#image_title

Qu’est-ce que ça fait de vivre dans l’espace ? Une astronaute dit que cela change ses rêves : Ondes courtes


L’astronaute de la NASA et ingénieur de vol de l’Expédition 70, Loral O’Hara, est photographié en train de travailler avec la boîte à gants scientifique en microgravité, un environnement confiné que les membres de l’équipage utilisent pour manipuler des matières dangereuses dans le cadre de diverses recherches dans l’espace.

NASA


masquer la légende

basculer la légende

NASA


L’astronaute de la NASA et ingénieur de vol de l’Expédition 70, Loral O’Hara, est photographié en train de travailler avec la boîte à gants scientifique en microgravité, un environnement confiné que les membres de l’équipage utilisent pour manipuler des matières dangereuses dans le cadre de diverses recherches dans l’espace.

NASA

Peu d’humains ont eu l’occasion de voir la Terre depuis l’espace. Et pour les astronautes vivant dans la Station spatiale internationale comme Loral O’Hara, cette vision ne vieillit jamais.

Mais rien ne vaut la première fois.

« Vous savez, vous le voyez sur des photos, mais cela n’a rien à voir avec le fait de le voir en personne pour la première fois en 3D », a déclaré O’Hara à NPR. Onde courte animer Regina G. Barber dans une récente interview. « Je viens de voir l’océan et les nuages, ce marbre bleu et blanc sur fond d’obscurité de l’espace et c’était l’une des plus belles choses que j’ai jamais vues. »

O’Hara est ingénieur de vol pour l’équipage Expedition 70 de la NASA, qui s’est lancé dans l’espace en septembre 2023. Elle et son équipe ont passé les six derniers mois à rechercher une série de sujets : comment le cerveau et le corps humains s’adaptent à la microgravité, les humains imprimés en 3D tissu cardiaque et comment l’espace modifie le système immunitaire des plantes.

Loral O’Hara parle à Regina G. Barber


NASA
Youtube

L’une de ces enquêtes est le programme Complément de protocoles intégrés pour la recherche en exploration humaine, ou CIPHER. Son objectif est d’aider les chercheurs à comprendre comment la vie dans l’espace modifie la santé et la psychologie humaines.

Sur Terre, la gravité maintient le sang et les autres fluides relativement bas dans le corps. Mais lorsque les astronautes vivent en microgravité, ces fluides sont poussés vers le cœur, ce qui peut provoquer un gonflement, une congestion et même des modifications de la vision et de l’audition.

O’Hara affirme que ces changements peuvent être désorientants pour les astronautes et parfois les rendre malades.

« Je suis congestionnée depuis environ un mois maintenant et ça ne va pas disparaître, dit-elle. « C’est un peu ma nouvelle normalité. »

À bord de l’ISS, O’Hara affirme que les astronautes surveillent ces risques potentiels pour la santé, en effectuant régulièrement des examens de la vue et des échographies pour collecter des données.

L’espoir est d’utiliser ces données non seulement pour la recherche en microgravité, mais aussi pour la recherche sur Terre. Par exemple, les chercheurs savent que les astronautes perdent environ 1 à 2 % de leur densité osseuse par mois pendant les vols spatiaux. Ainsi, O’Hara et son équipe analysent les cellules souches de la moelle osseuse afin de mieux comprendre à la fois cette perte osseuse et le vieillissement normal sur Terre.

O’Hara dit que les changements ne sont pas seulement physiques. Elle a même fait de nouveaux types de rêves depuis qu’elle est montée à bord de l’ISS en septembre dernier. Elle dit qu’elle se retrouve souvent dans des espaces restreints et restreints, à chercher des objets sur la station spatiale.

« Ce ne sont pas des cauchemars spatiaux, mais ce ne sont pas, vous savez, des rêves agréables, flottant en regardant la Terre », dit-elle.

Peut-être qu’un jour, une expérience expliquera cela aussi.

Vous voulez en savoir plus sur l’espace ? Envoyez-nous un courriel à ondes courtes@npr.org.

Écoutez Short Wave sur Spotify, Podcasts Apple et Podcasts Google.

Écoutez chaque épisode de Short Wave sans sponsor et soutenez notre travail chez NPR en vous inscrivant à Short Wave+ sur plus.npr.org/shortwave.

L’épisode d’aujourd’hui a été produit par Rachel Carlson. Il a été édité par Rebecca Ramirez. Rebecca et Rachel ont également vérifié les faits. Patrick Murray était l’ingénieur du son.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite