6 visions positives de l’IA pour l’avenir du travail

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

  • De nombreux experts en IA prédisent que les machines pourraient surpasser les humains dans toutes les tâches d’ici 45 ans.
  • Il n’y a actuellement aucun consensus sur la façon de façonner ces technologies pour soutenir une main-d’œuvre et une économie en évolution.
  • Nous avons demandé à plus de 150 experts de discuter de ces défis et de partager leur avenir positif en matière d’IA.

Les tendances actuelles de l’IA sont tout à fait remarquables. Jour après jour, nous entendons des histoires sur des systèmes et des machines assumant des tâches que, jusqu’à très récemment, nous considérions comme l’apanage exclusif et permanent de l’humanité : faire des diagnostics médicaux, rédiger des documents juridiques, concevoir des bâtiments ou encore composer de la musique.

Notre préoccupation ici, cependant, porte sur quelque chose d’encore plus frappant : la perspective de systèmes d’intelligence artificielle de haut niveau qui surpassent les êtres humains dans pratiquement toutes les tâches. Ce n’est pas de la science fiction. Dans une enquête récente, l’estimation médiane parmi les principaux informaticiens a signalé une probabilité de 50 % que cette technologie arrive dans les 45 ans.

Fait important, cette enquête a également révélé un désaccord considérable. Certains voient l’intelligence artificielle de haut niveau arriver beaucoup plus rapidement, d’autres beaucoup plus lentement, voire pas du tout. De telles divergences d’opinion abondent dans la littérature récente sur l’avenir de l’IA, du commentaire populaire à l’analyse plus experte.

Pourtant, malgré ces points de vue contradictoires, une chose est claire : si nous pensons que ce genre de résultat pourrait être possible, alors cela devrait exiger notre attention. Les progrès continus de ces technologies pourraient avoir des effets extraordinairement perturbateurs, car ils exacerberaient les tendances récentes en matière d’inégalité, saperaient le travail en tant que force d’intégration sociale et affaibliraient une source de but et d’épanouissement pour de nombreuses personnes.

Des experts se réunissent pour partager leurs visions de l’IA

En avril 2020, une initiative ambitieuse intitulée Positive AI Economic Futures a été lancée par Stuart Russell et Charles-Edouard Boue, tous deux membres du World Economic Forums Global AI Council (GAIC). Au cours d’une série d’ateliers et d’entretiens, plus de 150 experts d’horizons très divers se sont réunis virtuellement pour discuter de ces défis, ainsi que des visions positives possibles de l’intelligence artificielle et de leurs implications pour les décideurs politiques.

Parmi ceux-ci figuraient Madeline Ashby (auteur de science-fiction et experte en prospective stratégique), Ken Liu (auteur de science-fiction et de fantasy lauréat d’un Hugo Award) et les économistes Daron Acemoglu (MIT) et Anna Salomons (Utrecht), entre autres. Ce qui suit est un résumé de ces conversations, développé dans le rapport du Forum Avenirs économiques positifs de l’IA.

Qu’est-ce qui constituera le « travail » dans un futur

Les participants étaient divisés sur cette question. Un camp pensait que, libérés des entraves du travail traditionnel, les humains pourraient utiliser leur nouvelle liberté pour s’engager dans l’exploration, l’amélioration personnelle, le bénévolat ou tout ce qu’ils trouvent satisfaisant. Les partisans de ce point de vue soutenaient généralement une forme de revenu de base universel (RBI), tout en reconnaissant que notre système d’éducation actuel ne prépare guère les gens à façonner leur propre vie, sans aucune contrainte économique.

Le deuxième camp de nos ateliers et entretiens croyait le contraire : le travail traditionnel pouvait encore être essentiel. Pour eux, l’UBI est un aveu d’échec, il suppose que la plupart des gens n’auront rien de valeur économique à apporter à la société. Ils peuvent être nourris, logés et divertis principalement par des machines, mais autrement laissés à eux-mêmes.

Les gens seront engagés dans la fourniture de services interpersonnels qui peuvent être fournis ou que nous préférer être fourni que par les humains. Ceux-ci comprennent la thérapie, le tutorat, le coaching de vie et le développement communautaire. C’est-à-dire que si nous ne pouvons plus fournir le travail physique de routine et le travail mental de routine, nous pouvons toujours fournir notre humanité. Pour que ces types d’emplois génèrent une valeur réelle, nous devrons être bien meilleurs en tant qu’humains, un domaine où notre système d’éducation et notre base de recherche scientifique sont notoirement faibles.

Ainsi, que nous pensions que la fin du travail traditionnel serait une bonne ou une mauvaise chose, il semble que nous ayons besoin d’une réorientation radicale de l’éducation et de la science pour permettre aux individus de vivre une vie épanouissante ou pour soutenir une économie basée en grande partie sur des services interpersonnels à valeur ajoutée. Nous devons également nous assurer que les gains économiques issus de l’automatisation basée sur l’IA seront équitablement répartis dans la société.

Six scénarios d’IA qui pourraient construire un avenir positif

L’un des plus grands obstacles à l’action est qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas de consensus sur l’avenir que nous devrions viser, peut-être parce qu’il n’y a pratiquement aucune discussion sur ce qui pourrait être souhaitable. Ce manque de vision est un problème car, si une intelligence machine de haut niveau arrivait, nous pourrions rapidement nous retrouver submergés par des changements technologiques sans précédent et des forces économiques implacables. Ce serait une immense opportunité gâchée.

Pour cette raison, les participants à l’atelier et aux interviews, des écrivains de science-fiction aux économistes et experts en IA, ont tenté d’articuler des visions positives d’un avenir où l’intelligence artificielle peut faire la plupart de ce que nous appelons actuellement le travail.

Ces scénarios représentent des trajectoires possibles pour l’humanité. Aucun d’entre eux, cependant, n’est sans ambiguïté réalisable ou souhaitable. Et bien qu’il existe des éléments d’accord et de consensus importants entre les visions, il y a aussi souvent des affrontements révélateurs.

1. Prospérité économique partagée

Les avantages économiques du progrès technologique sont largement partagés dans le monde. L’économie mondiale est 10 fois plus importante parce que l’IA a considérablement augmenté la productivité. Les humains peuvent faire plus et accomplir plus en partageant cette prospérité. Cette vision pourrait être poursuivie en adoptant diverses interventions, allant de l’introduction d’un régime fiscal mondial à l’amélioration de l’assurance contre le chômage.

2. Entreprises réalignées

Les grandes entreprises se concentrent sur le développement de l’IA qui profite à l’humanité, et elles le font sans détenir un pouvoir économique ou politique excessif. Cela pourrait être poursuivi en modifiant les structures de propriété des entreprises et en mettant à jour les politiques antitrust.

3. Marchés du travail flexibles

La créativité humaine et le soutien pratique donnent aux gens le temps de trouver de nouveaux rôles. Les gens s’adaptent aux changements technologiques et trouvent du travail dans des professions nouvellement créées. Les politiques se concentreraient sur l’amélioration des opportunités d’éducation et de recyclage, ainsi que sur le renforcement des filets de sécurité sociale pour ceux qui seraient autrement dans une situation pire en raison de l’automatisation.

Le Centre des forums économiques mondiaux pour la quatrième révolution industrielle, en partenariat avec le gouvernement britannique, a élaboré des lignes directrices pour des achats publics plus éthiques et plus efficaces de la technologie de l’intelligence artificielle (IA). Les gouvernements d’Europe, d’Amérique latine et du Moyen-Orient expérimentent ces directives pour améliorer leurs processus d’approvisionnement en IA.

Nos directives servent non seulement d’outil de référence pratique pour les gouvernements qui cherchent à adopter la technologie de l’IA, mais définissent également des normes de base pour des marchés publics efficaces et responsables et le déploiement de normes d’IA qui peuvent être éventuellement adoptées par les industries.

Exemple de processus d’approvisionnement basé sur les défis mentionné dans les lignes directrices

Nous invitons les organisations intéressées par l’avenir de l’IA et de l’apprentissage automatique à s’impliquer dans cette initiative. En savoir plus sur notre impact.

4. IA centrée sur l’humain

La société se prononce contre l’automatisation excessive. Les chefs d’entreprise, les informaticiens et les décideurs politiques choisissent de développer des technologies qui augmentent plutôt que diminuent la demande de travailleurs. Les incitations à développer une IA centrée sur l’humain seraient renforcées et l’automatisation taxée si nécessaire.

5. Remplir des emplois

Les nouveaux emplois sont plus épanouissants que les précédents. Les machines gèrent des tâches dangereuses et ennuyeuses, tandis que les humains se tournent vers des emplois plus productifs, épanouissants et flexibles avec une plus grande interaction humaine. Les politiques visant à atteindre cet objectif comprennent le renforcement des syndicats et l’augmentation de la participation des travailleurs aux conseils d’administration des entreprises.

6. Autonomisation civique et épanouissement humain

Dans un monde où le besoin de travailler est moindre et les besoins de base satisfaits par UBI, le bien-être provient de plus en plus d’activités significatives non rémunérées. Les gens peuvent s’engager dans l’exploration, l’amélioration personnelle, le bénévolat ou tout ce qu’ils trouvent satisfaisant. Un plus grand engagement social serait soutenu.

L’intention est que ce rapport lance une discussion plus large sur le type d’avenir que nous voulons et les défis qui devront être relevés pour y parvenir. Si le progrès technologique continue sa progression incessante, le monde sera très différent pour nos enfants et petits-enfants. Beaucoup plus de débats, de recherches et d’engagements politiques sont nécessaires sur ces questions qu’elles sont maintenant trop importantes pour que nous puissions les ignorer.

.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite