Von der Leyen invoque « l’appel de l’histoire » en soutenant l’adhésion de l’Ukraine à l’UE

STRASBOURG La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a invoqué l’appel de l’histoire en exhortant les Européens à intégrer l’Ukraine dans une UE de plus de 30 pays, faisant de l’élargissement une décision historique pour le bloc de 27 pays.

L’avenir de l’Ukraine est dans notre Union, a déclaré la chef de la Commission dans son discours annuel sur l’état de l’Union à Strasbourg, dans lequel elle a également ouvert la porte à une modification du traité européen, si nécessaire.

Le soutien de von der Leyen à l’Ukraine, elle a également cité deux autres pays candidats, la Moldavie et la Serbie, a couronné une série d’appels de haut niveau à l’élargissement, alors que tout le monde, du président français Emmanuel Macron au ministre autrichien des Affaires étrangères, a soutenu une UE plus grande.

Mais alors même qu’elle ouvrait la porte à une UE plus grande, von der Leyen a insisté sur le fait que les candidats devaient passer par le processus d’adhésion souvent épuisant de Bruxelles, soulignant que l’adhésion était « fondée sur le mérite », ou dépendait de la capacité des aspirants membres à répondre aux exigences de l’UE. normes sur l’indépendance judiciaire et la stabilité économique, entre autres exigences.

L’invasion russe à grande échelle de son voisin ukrainien a changé la donne pour de nombreux pays de l’UE qui s’opposaient auparavant à un nouvel élargissement, notamment la France.

Son exécutif européen a notamment repoussé l’idée, lancée par le chef du Conseil Charles Michel, de fixer une date cible pour l’adhésion à 2030.

« L’adhésion est fondée sur le mérite et la Commission défendra toujours ce principe », a-t-elle déclaré. « Cela demande beaucoup de travail et de leadership. Mais il y a déjà beaucoup de progrès.

Tout aussi important dans le discours de von der Leyen, le dernier qu’elle prononcera au cours de son mandat de 5 ans, était un appel à réformer les règles du bloc pour accueillir les nouveaux membres, y compris la possibilité de modifier son traité de base.

Je soutiendrai toujours cette Assemblée et tous ceux qui veulent réformer l’UE et faire en sorte qu’elle fonctionne mieux pour les citoyens. Et oui, cela signifie inclure une modification de la Convention européenne et du traité si et là où cela est nécessaire, a-t-elle déclaré depuis la tribune du Parlement européen.

Néanmoins, von der Leyen, qui n’a pas précisé si elle envisageait de briguer un autre mandat l’année prochaine, n’a pas tardé à ajouter que l’élargissement devrait avoir lieu avec ou sans modification du traité.

Alors que plusieurs législateurs européens ont présenté une proposition ambitieuse de modification du traité, de nombreux pays de l’UE s’y opposent. Nous ne pouvons pas et nous ne devons pas attendre une modification du traité pour avancer dans la voie de l’élargissement. Une Union adaptée à l’élargissement peut être réalisée plus rapidement, a-t-elle déclaré.

En fin de compte, les pays membres de l’UE ont l’approbation finale quant à l’admission de nouveaux membres dans le bloc, bien que la Commission européenne donne une orientation politique et doive publier le mois prochain un tableau de bord annuel sur les progrès réalisés par les différents pays candidats.

Les dirigeants de l’UE devraient débattre de l’élargissement potentiel lors d’une réunion de la Communauté politique européenne qui comprend à la fois des pays membres et des pays candidats à Grenade, en Espagne, au début du mois prochain, ainsi que lors d’un sommet des ministres européens fin octobre, selon un rapport. Fonctionnaire d’Europe occidentale.

Dans le cadre de l’intensification du débat, von der Leyen a également chargé la Commission de proposer une série d’examens de la politique pré-élargissement afin de préparer l’arrivée de nouveaux membres, y compris un examen de l’apparence du Parlement et de la Commission dans un contexte élargi. UE.

Bien que ses commentaires sur la modification du traité soient remarquables, von der Leyen a évité le langage de la technocratie pour la majeure partie de son discours, faisant plutôt appel à une idée plus large de l’Europe en appelant à ce que l’Ukraine ne soit pas laissée pour compte par ses compatriotes européens.

L’histoire nous appelle désormais à travailler à l’achèvement de notre Union, a-t-elle déclaré.

Dans un monde où certains tentent de sélectionner les pays un par un, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser nos compatriotes européens derrière nous, a-t-elle ajouté. Dans un monde où la taille et le poids comptent, il est clairement dans l’intérêt stratégique et sécuritaire de l’Europe de compléter notre Union.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite