#image_title

Pénurie de médicaments en France : pourquoi le plan d’aide est-il retardé ?

Un plan gouvernemental visant à remédier aux pénuries de médicaments en France a été retardé, alors même que les tensions et les pénuries de stocks s’aggravent.

Les pénuries de ces dernières années ont touché les fabricants de produits pharmaceutiques, les grossistes et distributeurs, les professionnels de la santé et les patients.

Lire notre article précédent : Problèmes d’approvisionnement en médicaments en France : des milliers de médicaments concernés

En avril 2023, l’ancien ministre de la Santé François Braun a annoncé un grand projet que nous mettons en place pour lutter contre la pénurie de médicaments. Cela comprenait les intentions de :

  • Créer une nouvelle liste précise des médicaments dont beaucoup en France ne peuvent se passer
  • Identifier tous les points de production en France, et le principe actif produit
  • Veiller à ce que les médicaments essentiels soient toujours disponibles
  • Rapatrier la production de principes actifs en France et dans l’Union Européenne

Changements de ministre de la Santé

Le retard dans la mise en œuvre de ce projet proposé s’explique en partie par le changement de ministre de la Santé.

M. Braun devait faire une présentation à cet effet à l’industrie le 20 juillet, mais le remaniement ministériel l’a amené à quitter ses fonctions le même jour.

Six mois plus tard, le nouveau ministre Aurélien Rousseau devait faire une présentation sur le sujet le 19 décembre, mais celle-ci a de nouveau été annulée. Aucune mise à jour n’a été publiée depuis.

Absence de feuille de route

L’absence de feuille de route pour prévenir ces pénuries rend difficile d’avancer sur de nombreux aspects de cette question, a déclaré Thomas Borel, directeur scientifique du LEEM, syndicat de l’industrie pharmaceutique.

Le LEEM a proposé la création d’une plateforme qui fournirait à chaque maillon de la chaîne du médicament (laboratoires, grossistes, pharmaciens, médecins) une information en temps réel sur les stocks disponibles.

Quelques mesures en place

Le gouvernement a cependant déjà mis en œuvre certaines des mesures proposées.

Il s’agit notamment de fournir une liste de 450 médicaments considérés comme essentiels et d’en identifier 147 qui sont désormais prioritaires pour la relocalisation de leur fabrication afin d’éviter des pénuries dans la chaîne d’approvisionnement.

Ramener la production de médicaments prioritaires sur le sol français était un engagement électoral clé du président Emmanuel Macron qui a annoncé sa volonté d’avoir la souveraineté médicale d’ici 2030.

Les pharmaciens sont également désormais autorisé à délivrer un nombre précis de comprimés ou de traitements, et diviser une boîte, plutôt que de donner aux patients la boîte entière (ou équivalent).

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a également pour objectif de mettre en place un plan hivernal, pour éviter des pénuries saisonnières de même ampleur que celles observées lors de l’hiver 2022-23.

À l’époque, les médicaments populaires, notamment le paracétamol, un analgésique, et l’antibiotique amoxicilline, étaient très rares en raison du manque d’approvisionnement des laboratoires.

Lire la suite : Pénuries de 4 000 médicaments en France ; quel risque pour cet hiver ?
Lire la suite : Alerte déclenchée sur la pénurie d’antibiotiques dans les pharmacies en France

Les pénuries persistent

Le paracétamol ne manque plus, mais les stocks d’amoxicilline pédiatrique sont encore limités, dit la directrice générale Christelle Ratignier-Carbonneil de l’ANSM.

Les tensions sont liées à la perturbation du système de distribution, a-t-elle précisé. Les fabricants disposent des quantités dont ils ont besoin, mais en raison de la pénurie de l’année dernière, certaines de leurs actions ont conduit à cette situation chaotique où les produits sont (encore) indisponibles pour les patients.

De retour sur la bonne voie ?

L’ANSM indique cependant qu’une nouvelle charte d’engagement a été signée par les laboratoires, les grossistes et les pharmaciens pour aider à redresser la situation.

La situation s’améliore, a déclaré Mme Ratignier-Carbonneil. Il a été demandé très fermement aux fabricants de libérer leurs stocks. Les dispensaires ont désormais une visibilité de quelques jours et les grossistes ont été réapprovisionnés en amoxicilline.

Nous sommes sur la bonne voie, mais nous devons être très prudents et poursuivre nos efforts, a-t-elle déclaré.

L’ANSM s’est également vu accorder des pouvoirs de surveillance accrus, notamment lorsqu’il s’agit de sanctionner financièrement les fabricants qui ne respectent pas leurs obligations, a déclaré Catherine Simonin, responsable de France Assos Sant, le syndicat des droits des patients et des usagers du système de santé.

Elle a dit que c’était une bonne nouvelle.

L’association continue également de faire pression sur le gouvernement pour qu’il mette en œuvre son plan et qu’il prenne des mesures fortes pour atténuer les pénuries, a-t-elle ajouté.

Articles Liés

Comment la France envisage de remédier à ses pénuries de médicaments et aux médicaments les plus touchés
Des Français se rendent en Italie pour acheter des médicaments face à la pénurie
Certains antibiotiques pourraient être vendus pilule par pilule en raison de la pénurie en France

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite