#image_title

Ne jetez pas le recyclage européen à la poubelle

Les agriculteurs européens sont loin d’être les seuls à ressentir une profonde colère face à la menace d’une concurrence déloyale et à bas prix, ainsi que de prix qui risquent de détruire leurs moyens de subsistance.

L’industrie européenne du recyclage des emballages est confrontée à un défi existentiel similaire.

Nous ne brûlons pas de pneus ni ne déversons des tas de fumier fumant sur le siège de nos assemblées législatives, mais nous partageons la frustration de la fraternité agricole lorsque les législateurs européens montrent des signes d’oubli de quel côté ils sont censés se trouver.

Dans notre cas, la menace qui pèse sur la viabilité de notre industrie n’est que trop réelle et résulte de la concurrence déloyale de l’Asie.

Les taux de recyclage des déchets d’emballages plastiques en Europe se situent historiquement autour de 35 %(1), mais n’ont pas fait de progrès significatifs au-delà des flux de déchets de bouteilles transparentes, plus faciles à recycler.

Le problème est qu’en dehors de l’Europe, il n’existe aucune exigence relative au contenu recyclé et que certains pays, comme la Chine, interdisent même l’utilisation de contenu recyclé dans leurs propres emballages nationaux d’aliments et de boissons. Contrairement à l’Europe, les déchets plastiques ont peu ou pas de valeur dans la grande majorité des pays et peuvent donc arriver en Europe à faible coût sous forme de polymère recyclé, laissant l’infrastructure de recyclage européenne avec une incitation nulle, voire négative, à recycler davantage.

Une solution est sur la table avec les négociations entre les législateurs européens à un stade critique sur le nouveau règlement sur les emballages et les déchets d’emballages (PPWR). Le PPWR a l’intention d’établir des exigences saines en matière de contenu recyclé et de taux de recyclage pour l’UE, créant ainsi un marché d’offre et de demande solide. L’adoption de ces nouvelles règles devrait positionner l’Europe comme leader mondial dans la transition vers une économie circulaire.

Mais – il y a toujours un mais – le diable est dans les détails.

Avec le recul, l’Europe et une grande partie du monde occidental exporteraient une quantité importante de leurs déchets plastiques vers l’Est. Mais fatigué d’être la poubelle du monde, Pékin a interdit il y a sept ans les importations de déchets plastiques. Elle expédie désormais une quantité importante de ses déchets plastiques sous forme de polymère recyclé dans notre direction, si bien que l’UE se retrouve à devenir la poubelle de la Chine.

Ces importations nuisent à la compétitivité de l’UE et mettent en péril les objectifs environnementaux du Green Deal de l’UE.

Permettre que les déchets provenant de pays tiers soient pris en compte dans les objectifs de recyclage de l’UE réduirait l’incitation à collecter et à recycler davantage en Europe. Le coût pour y parvenir est déjà nettement plus élevé en Europe, car les matériaux faciles à recycler sont déjà recyclés, ce qui signifie que des innovations et des investissements sont nécessaires pour étendre la collecte, le tri et le recyclage à des matériaux plus difficiles à recycler, tels que les emballages en plastique mélangé et les textiles. .

Mais si les déchets d’un pays tiers sont pris en compte dans les objectifs de l’UE, il n’y a aucune incitation à les collecter et à investir davantage en Europe. Par conséquent, sans investissements supplémentaires dans l’infrastructure de recyclage de l’UE, l’UE n’atteindra jamais ses taux de recyclage, ni ne mettra en place les capacités nécessaires pour traiter les matériaux en fin de vie provenant non seulement des emballages, mais aussi d’autres grands secteurs comme le textile par exemple ; et à terme, l’incinération des déchets plastiques recyclables se poursuivra et se développera.

Pour l’avenir, la Commission européenne, dans son nouveau règlement PPWR, a délibérément exigé que les objectifs de contenu recyclé soient basés sur les déchets générés par l’UE afin de garantir qu’il y aurait des investissements suffisants dans l’infrastructure de recyclage de l’UE. Cela reflète le principe selon lequel chaque région doit gérer ses propres déchets générés localement.

Certaines industries multinationales souhaitent édulcorer cette exigence cruciale selon laquelle le contenu recyclé doit provenir de déchets générés localement. Plaidant pour l’application de dispositions nébuleuses et autodestructrices sur le « libre-échange », ils font pression sur les législateurs pour qu’ils étendent la définition actuelle afin d’inclure les déchets provenant de tout pays non membre de l’UE.

Ne pas concrétiser l’ambition incarnée par le PPWR porterait un coup dur aux chaînes de valeur circulaires.

Sophie Sicard, présidente, Branche Recyclage des Plastiques, Confédération Européenne des Industries du Recyclage (EuRIC)

« Il est crucial de garantir que le PPWR stimulera en premier lieu la demande de plastiques recyclés dans les emballages provenant des déchets collectés et traités dans l’UE. Ne pas réaliser l’ambition incarnée par le PPWR porterait un coup dur aux chaînes de valeur circulaires, prêtes à transformer les objectifs verts de l’UE en investissements tangibles qui créent des emplois industriels locaux et verts, dont l’Europe a désespérément besoin.» Sophie Sicard, présidente de la branche recyclage des plastiques, Confédération européenne des industries du recyclage (EuRIC).

L’ironie est qu’il existe de multiples propositions politiques qui répondraient au besoin de circularité régionale, sans pour autant être envahissantes sur le flux commercial de l’emballage final ou des produits entièrement emballés.

La menace est réelle

Environ 100 usines basées en dehors de l’UE sont actuellement enregistrées auprès de la Commission européenne pour les applications en contact avec les aliments dans l’UE, mais aucune n’a d’exigence de contenu recyclé sur son marché intérieur — voir Figure 1.

 – Actusduweb.com
<strong>Figure 1<strong> Dossier dinformation sur le PET et le polyester circulaires SystemIQ | via EuRIC

Impact sur l’industrie

Si la politique s’ouvrait pour inclure largement les déchets provenant de n’importe où dans le monde, cela porterait gravement atteinte à la capacité européenne de recyclage des emballages. Non seulement les futurs investissements dans le recyclage cesseraient, mais les capacités de recyclage existantes ralentiraient ou cesseraient également. Ces dernières semaines, nous avons assisté à la faillite du recycleur de déchets plastiques Umincorp aux Pays-Bas et du recycleur de textiles suédois Renewcell. Inclure les déchets de tout pays tiers serait en contradiction flagrante avec les objectifs de cette politique historique, qui visait à nettoyer les déchets européens et à établir la première économie circulaire au monde pour les plastiques.

Ce secteur a besoin d’un signal clair de soutien pour poursuivre son travail, sinon il disparaîtra.

Paolo Campanella, secrétaire général, Association européenne de gestion des déchets (FEAD)

« Depuis plus de 30 ans, les recycleurs de plastique européens créent de la valeur et des ressources à partir des déchets collectés. Ils ont développé des compétences et des technologies de pointe tout en respectant la durabilité environnementale, les droits des travailleurs et en créant des opportunités de croissance économique locale. Ce secteur a besoin d’un signal clair de soutien pour poursuivre son travail, sinon il disparaîtra. Tout ce qu’il faut pour continuer à exister, à croître et à investir, c’est une demande stable et sûre de plastiques recyclés européens.» Paolo Campanella, secrétaire général, Association européenne de gestion des déchets (FEAD).

Les recycleurs de plastique européens ont investi des centaines de millions d’euros pour atteindre leurs objectifs de recyclage, mais sont désormais contraints de fonctionner en dessous de leur capacité de production, sans aucun signe de reprise en 2024. Notre secteur a augmenté la capacité de recyclage du PET de 50 % entre 2018 et 2022 et d’environ 90 % sur les autres types de plastique, en prévision de la nouvelle demande que l’économie circulaire européenne est censée créer.

Nous appelons les législateurs européens à faire le bon choix lors de ce qui pourrait être le dernier cycle de négociations sur le nouveau règlement la semaine prochaine. Ils devraient insister sur le fait qu’une politique est mise en place pour lutter contre les déchets en Europe et que seuls les déchets plastiques post-consommation en provenance de l’UE sont pris en compte dans les objectifs de contenu recyclé.

Nous pensons que la vérification appuyée par la certification par un tiers, bien qu’importante, est largement insuffisante à elle seule pour permettre la circularité régionale envisagée par le PPWR. Cependant, une vérification robuste, combinée à des dispositions exigeant des déchets locaux, créerait un bon système pour atteindre les avantages environnementaux ciblés visés par le PPWR.

La situation critique du secteur du recyclage des plastiques reflète le contexte général de l’industrie de l’Union européenne : un manque de compétitivité inquiétant dans un paysage géopolitique.

Ton Emans, président de Plastic Recyclers Europe

« La situation critique du secteur du recyclage des plastiques reflète le contexte général de l’industrie de l’Union européenne : un manque de compétitivité inquiétant dans un paysage géopolitique où tous les pays ne respectent pas les mêmes règles et des objectifs environnementaux qui ne seront pas atteints sans de nouvelles mesures législatives. .» Ton Emans, président de Plastic Recyclers Europe.

Notre position est partagée par tous ceux qui souhaitent un avenir pour notre industrie en Europe – et nous ne sommes pas les seuls à adopter ce point de vue. En effet, le 20 février 2024, plus de 400 entreprises européennes ont signé la Déclaration d’Anvers pour un accord industriel européen visant à compléter le Green Deal et à maintenir des emplois de haute qualité en Europe.

C’est la voie à suivre.

Le PPWR ne peut pas changer la donne sans rassurer l’industrie européenne du recyclage des plastiques sur le fait que nous sommes sérieux dans la recherche d’une solution pour nos propres déchets et donc dans la mise en place d’une économie circulaire. Ce n’est qu’ainsi que nous fournirons un tremplin pour parvenir à un changement radical dans les taux de recyclage du plastique.

Une chaîne de valeur de recyclage saine dans l’UE est essentielle pour parvenir à la durabilité et à la circularité des plastiques, ainsi qu’à la neutralité climatique. Les politiques adoptées par les législateurs européens doivent contribuer à y parvenir.


(1) Source : Livre blanc SystemIQ EU Circularité 2023

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite