Les neuroscientifiques utilisent la réalité virtuelle pour ouvrir un tout nouveau monde de recherche sur le cerveau

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Le cerveau humain est l’un des plus grands mystères de la vie. Les neuroscientifiques ont travaillé pendant des années pour décoder la façon dont il traite les émotions complexes : où exactement les étincelles tirent-elles ? Et pour combien de temps ?

Les chercheurs ont fait des progrès limités, mais ont souvent eu du mal à reproduire des émotions humaines réelles et viscérales dans des conditions de laboratoire contrôlées, qui étaient nécessaires pour normaliser un certain nombre de variables. Mais ensuite, ils se sont aventurés dans le monde de la réalité virtuelle, et cela a complètement changé la donne.

C’est selon une équipe de l’Institut Max Planck pour les sciences cognitives et cérébrales humaines à Leipzig, en Allemagne. Il a mené une étude pour surveiller l’activité neuronale lorsque les humains sont chargés d’émotions et a testé une technique de pointe pour y parvenir : utiliser le pouvoir immersif de la réalité virtuelle. Les participants ont reçu des lunettes de réalité virtuelle qui les ont transportés dans les voitures d’un tour de montagnes russes, où ils se sont ensuite embarqués dans un voyage exaltant de hauts et de bas – d’abord, un roulement régulier à travers un paysage montagneux pittoresque ; puis, une course désespérée à travers les flammes d’un incendie qui fait rage ; et enfin, après un moment tendu de vacillement sur le bord, une plongée abrupte dans les profondeurs de l’abîme.

L’ensemble de l’expérience a évoqué des émotions beaucoup plus naturelles, selon l’équipe, que les méthodes classiques, qui impliquent généralement des chercheurs montrant aux participants des photographies statiques de scènes émotionnelles, comme un chiot blessé ou un cimetière effrayant la nuit. Selon les chercheurs, la situation de se voir montrer une photo est très éloignée des expériences émotionnelles que nous aurions normalement. C’est parce que dans la vraie vie, les émotions sont continuellement évoquées à travers une combinaison de souvenirs passés et de divers facteurs environnementaux avec lesquels nous interagissons dans le présent. En termes simples, pour comprendre comment le cerveau fonctionne au quotidien, il est essentiel d’observer l’activité cérébrale dans des situations qui semblent aussi réelles que possible, et non comme des études de cas fabriquées.

À l’aide des données des participants à la réalité virtuelle, l’équipe a pu confirmer les modèles d’ondes cérébrales rythmiques liées à l’excitation émotionnelle, appelées oscillations alpha (plus la force des oscillations est faible, plus le degré d’excitation est élevé). Ils ont également pu prédire la force de ces émotions en identifiant les lobes et les régions crâniens les plus impliqués. Ces résultats pourraient avoir une myriade d’applications à l’avenir, selon l’équipe, notant que les lunettes VR sont déjà utilisées dans la thérapie psychologique. Si, par exemple, les médecins pouvaient suivre l’activité neurophysiologique et la corréler aux états émotionnels en temps réel, ils pourraient alors collecter des données sur la réponse émotionnelle des patients à un traitement donné sans interrompre le moment en demandant au patient de s’autodéclarer.

L’étude a été publiée dans la revue scientifique eLife en octobre.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite