#image_title

Les manifestations paysannes paralysent la France et se propagent à toute l’Europe

Les agriculteurs protestataires ont érigé hier des dizaines de barrages routiers sur les principales autoroutes entourant les villes de France et de Belgique. Les manifestations se sont accompagnées de nouvelles manifestations massives d’agriculteurs en Allemagne. Les agriculteurs possédant 1 500 tracteurs ont bloqué les routes autour de Hambourg, le plus grand port du pays, pour protester contre la réduction des subventions aux carburants alors que le gouvernement allemand augmente ses dépenses militaires et réduit les subventions agricoles dans le contexte de la guerre de l’OTAN contre la Russie en Ukraine.

Les agriculteurs ont mis en place des barrages routiers autour de Bruxelles, Lige et Namur en Belgique, avec la participation d’agriculteurs francophones et flamands, ainsi que dans des villes de France. Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Lille et de nombreuses petites villes ont vu des blocus agricoles perturber l’approvisionnement et créer des embouteillages. Celles-ci ont été intensifiées par les opérations de ralentissement des chauffeurs de taxi qui protestaient contre une augmentation soudaine des taxes annoncée par le gouvernement français sur les revenus générés par le transport des malades vers les hôpitaux.

Les membres de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) se sont engagés à assiéger Paris, rejetant les concessions mineures faites la semaine dernière par le nouveau Premier ministre Gabriel Attal. Le gouvernement Attal est en crise profonde et a ordonné à 15 000 policiers de se préparer à faire régner l’ordre auprès des agriculteurs. Des véhicules blindés de la police militaire française ont été déployés hier autour des aéroports de la région parisienne et du centre critique de distribution alimentaire de Rungis.

Des tracteurs bloquent une autoroute à Argenteuil, au nord de Paris (WSWS Media)

Les journalistes du WSWS ont interviewé des agriculteurs qui protestaient contre les barrages routiers à l’extérieur de Paris, qui ont souligné la situation impossible à laquelle sont confrontées leurs petites entreprises au milieu de la guerre, de la crise économique et des réformes du Green Deal de l’Union européenne sur les subventions agricoles de la Politique agricole commune (PAC).

Vincent, un agriculteur qui travaille au nord de Paris, a déclaré au WSWS : Je ne pense pas qu’il faille se fier aux premières déclarations, qui sont faites pour nous calmer. Ensuite, il y a l’exigence que 4 pour cent des terres soient en jachère. Aujourd’hui dans le monde, de nombreuses personnes meurent de faim, et la France est un pays où il est assez facile de cultiver du blé. Refuser de cultiver sur 4 pour cent de la superficie du pays est une folie. L’État devrait nous faire cultiver du blé pour l’aide alimentaire, les garde-manger, des choses comme ça.

Vincent (médias du WSWS)

Il a souligné l’impact dévastateur sur les agriculteurs européens de la montée de l’inflation après les plans de sauvetage liés à la pandémie et le déclenchement de la guerre OTAN-Russie en Ukraine. Il a déclaré : « Tous nos coûts d’intrants augmentent. Des produits pour protéger les plantes, des fongicides, et puis on paie tellement d’impôts. Les prix des engrais augmentent et vous aurez constaté que le coût de la vie augmente en général. Et si nous embauchons quelqu’un, les salaires et les avantages sociaux coûtent plus cher.

Vincent a également critiqué le système de retraite français, qui voit certains agriculteurs prendre leur retraite avec seulement 400 euros par mois : Le système de retraite des agriculteurs est un scandale. Il y a de bonnes récoltes, de mauvaises récoltes, on cotise et on gagne des points pour notre retraite. Mais quand on fait une bonne année, le nombre de points qu’on peut obtenir, même si on paie beaucoup, est limité. Nous n’avons donc jamais une bonne pension, même lorsque nous avons une bonne récolte.

Des dizaines de tracteurs ont bloqué les agriculteurs sur une autoroute au nord de Paris (WSWS Media)

La France est partisane de l’imposition de normes plus strictes que les autres pays, a-t-il ajouté, critiquant l’incohérence de l’interdiction des pesticides, des cultures génétiquement modifiées et des engrais chez soi en France, tout en important des aliments cultivés avec eux ailleurs. La récente signature d’accords de libre-échange avec l’Amérique latine, a-t-il ajouté, a suscité beaucoup de colère parmi les agriculteurs français.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite