L’Allemagne pèse plus dur sur la Chine et ses « violations massives des droits de l’homme »

BERLIN Le ministère allemand des Affaires étrangères veut adopter une ligne plus dure vis-à-vis de la Chine et pousser les entreprises à réduire leur dépendance vis-à-vis de Pékin, tout en encourageant les efforts de l’UE pour négocier un accord d’investissement avec Taïwan.

La question centrale sera désormais de savoir si la position des ministères fera finalement une différence dans la politique chinoise établie de longue date. L’Allemagne a longtemps été à l’avant-garde de la promotion d’une politique accommodante de l’UE à l’égard de la Chine, en grande partie parce que ses fabricants y ont de gros investissements. Berlin a carrément rejeté les préoccupations en matière de droits de l’homme en 2020 lorsqu’elle a ouvert la voie en essayant de conclure un accord d’investissement de l’UE avec la Chine.

Un brouillon de 61 pages de la prochaine stratégie allemande pour la Chine, qui devrait être adoptée au début de l’année prochaine, avertit que les dirigeants chinois « sont disposés et capables » d’utiliser leur marché « comme levier » pour obtenir des concessions d’autres pays. . Le document critique également les « violations massives des droits de l’homme » dans les régions autonomes chinoises du Tibet et du Xinjiang, qui abrite la minorité musulmane ouïghoure.

POLITICO a obtenu une copie du projet de document, daté du 1er novembre, qui a été rédigé par le ministère des Affaires étrangères mais doit encore être officiellement adopté après des consultations avec d’autres ministères et la chancellerie, ce qui signifie que des changements pourraient encore se produire.

« Nous visons à utiliser des instruments basés sur le marché pour modifier la structure d’incitation à la diversification des entreprises allemandes afin que la réduction de la dépendance à l’exportation devienne plus attrayante », indique le projet de texte, ajoutant que les entreprises « qui sont particulièrement exposées à la Chine » devraient être obligées « de préciser et résumer les développements et les chiffres pertinents liés à la Chine » dans le cadre de leurs exigences de divulgation.

« Nous examinerons si les entreprises concernées doivent effectuer des tests de résistance réguliers afin d’identifier les risques spécifiques à la Chine à un stade précoce et être en mesure de prendre des mesures correctives », poursuit le document.

Selon le texte, l’Allemagne « examinera » également la possibilité de créer une base juridique qui permettrait au gouvernement, ou à l’UE, de contrôler les investissements étrangers « critiques pour la sécurité » des entreprises allemandes ou européennes en Chine, une mesure qui pourrait potentiellement empêcher entreprises de transférer des infrastructures critiques vers la République populaire et d’augmenter ainsi les dépendances.

Berlin souhaite également « une meilleure vue d’ensemble européenne des investissements et des avoirs chinois dans les infrastructures critiques » en Europe, comme les ports.

De plus, le texte propose également de créer des cartels d’acheteurs européens pour l’achat de minerais spécifiques tels que les terres rares afin de « renforcer la position de négociation des entreprises européennes ».

De plus, les garanties d’investissement soutenues par l’État devraient être limitées à 3 milliards par entreprise et être soumises à des critères plus stricts tels que le respect des normes environnementales et des droits du travail et l’absence de travail forcé dans la chaîne d’approvisionnement. « Lors de l’émission de garanties de crédit à l’exportation, nous resserrerons les critères pour empêcher les transferts de technologie non désirés », indique le projet de texte.

Le document appelle également à « renforcer » les relations avec Taiwan. « Nous soutenons l’appel du Parlement européen en faveur d’un exercice de cadrage rapide et ouvert et d’une évaluation d’impact pour un accord bilatéral d’investissement avec Taïwan », indique-t-il, ajoutant que, comme Taïwan est membre de l’Organisation mondiale du commerce, « un tel accord est compatible avec la politique d’une seule Chine de l’UE. »

Cependant, s’orienter vers un tel accord d’investissement contrarierait probablement la Chine, qui a vu la ratification de son accord d’investissement avec l’UE bloquée en raison de tensions politiques. Le ministère des Affaires étrangères de Pékin a déjà réagi avec colère au projet de stratégie allemand, critiquant le « dénigrement de la Chine par la partie allemande » sur des questions telles que les droits de l’homme.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite