L’Allemagne et la France unissent leurs forces contre Biden dans la bataille des subventions

BERLIN/PARIS L’Allemagne et la France ont fait pression mardi pour des politiques industrielles plus strictes telles que davantage de subventions publiques aux entreprises européennes pour contrer la menace des réformes américaines qui risquent de déclencher une guerre commerciale transatlantique.

Les deux principales économies de l’UE ont mis de côté leur mauvais sang des dernières semaines pour publier une déclaration commune s’engageant à « explorer les possibilités de politique industrielle » pour protéger les industries européennes des mesures commerciales discriminatoires de Washington et de Pékin.

La déclaration, qui intervient après deux jours de réunions ministérielles de haut niveau à Paris, au cours desquelles le président français Emmanuel Macron a invité la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock et le ministre de l’Économie Robert Habeck au palais de l’Élysée, signale une escalade des efforts européens pour protéger la fabrication locale de la menace de concurrence déloyale de la part des États-Unis

Paris et Berlin sont de plus en plus frustrés que l’administration du président américain Joe Biden montre peu d’intérêt à répondre à leurs préoccupations concernant l’Inflation Reduction Act, un ensemble de 369 milliards de dollars de subventions et d’allégements fiscaux pour stimuler les entreprises vertes américaines. D’un point de vue européen, la loi américaine est une mesure protectionniste car elle encourage les entreprises à transférer leurs investissements hors d’Europe et incite les clients à « Buy American » lorsqu’il s’agit d’acheter un véhicule électrique.

Pourtant, alors qu’il ne reste que six semaines avant l’entrée en vigueur des dispositions finales de la loi américaine le 1er janvier et que les négociations d’un accord de paix avec Washington n’avancent guère, le gouvernement de Berlin est de plus en plus convaincu qu’il doit s’allier à Paris et soutenir une La France fait pression pour une politique industrielle européenne davantage basée sur les subventions, comme l’a rapporté POLITICO pour la première fois samedi.

L’objectif : créer de meilleures conditions commerciales pour garantir que l’Europe reste un lieu d’investissement pour les futures technologies vertes cruciales telles que les batteries, l’hydrogène ou les panneaux solaires.

Mardi, cette nouvelle alliance de politique industrielle entre Berlin et Paris a commencé à prendre forme sous la forme d’une déclaration commune de Habeck et de son homologue français Bruno Le Maire.

« Nous appelons à une politique industrielle de l’UE qui permette à nos entreprises de prospérer dans la concurrence mondiale », indique le communiqué, ajoutant que « nous voulons coordonner étroitement une approche européenne face à des défis tels que la loi américaine sur la réduction de l’inflation ».

Bien que la déclaration évite d’utiliser directement le mot « subventions », elle parle plutôt de la nécessité « d’explorer les possibilités de politique industrielle pour prévenir les effets négatifs des mesures protectionnistes des pays tiers » et de « construire une plate-forme européenne des technologies de transformation ». Le texte demande également à la Commission européenne d’accélérer les procédures d’approbation des subventions dans le cadre des projets dits importants d’intérêt européen commun (PIIEC).

Cependant, le texte souligne que toute mesure d’aide d’État de l’UE doit être conforme aux règles de l’Organisation mondiale du commerce, ce qui signifie qu’elle ne doit pas discriminer les investisseurs étrangers.

La poussée franco-allemande, qui fait suite aux récentes tensions entre les deux pays, intervient au milieu des craintes croissantes à Berlin que l’acte américain, ainsi que les prix élevés de l’énergie en Europe, ne poussent un nombre croissant d’entreprises à suspendre leurs investissements ou même à fermer leurs activités dans afin de déménager aux États-Unis ou en Chine à la place.

Le dernier des Mohicans

« Nous sommes entrés dans une nouvelle mondialisation », a déclaré Le Maire. « La Chine est dans cette mondialisation depuis très longtemps avec des aides d’État massives qui sont réservées exclusivement aux produits chinois, le fait est que les États-Unis viennent d’entrer sous nos yeux dans cette nouvelle mondialisation pour développer leur capacité industrielle sur le sol américain. L’Europe doit pas être le dernier des Mohicans. »

L’Allemagne, quant à elle, reste préoccupée par le fait que toute réponse à la loi américaine ne déclenche pas une guerre commerciale. Le chancelier allemand Olaf Scholz a mis en garde mardi contre une concurrence surenchère dans le domaine des subventions et des tarifs protecteurs, comme certains le voient venir à la suite de la loi américaine sur la réduction de l’inflation. »

S’exprimant lors d’un sommet économique à Berlin, organisé par le journal allemand Sddeutsche Zeitung, Scholz a également suggéré qu’un accord commercial limité entre l’UE et les États-Unis pourrait aider à désamorcer ces tensions. « Nous devrions également examiner de très près l’idée d’un accord sur les tarifs industriels avec les États-Unis », a déclaré Scholz.

Les responsables américains ont exhorté l’UE à éviter de s’engager dans des échanges commerciaux avec Washington et ont suggéré que l’Europe devrait plutôt copier le modèle de subvention américain pour ses propres industries.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite