La sonde du vaccin COVID des procureurs de l’UE piégera-t-elle von der Leyen?

C’est le scandale qui ne disparaîtra pas et produit plus d’intrigues que de réponses.

Le parquet de l’UE a déclaré vendredi qu’il enquêtait sur l’achat par l’UE de vaccins contre le coronavirus pendant le pic de la pandémie. Pourtant, l’annonce prudente n’offrait presque aucun détail sur qui elle enquêtait, quels crimes potentiels elle recherchait ou pourquoi elle avait franchi le pas maintenant.

Entrez dans la machine à spéculation bruxelloise. Son meilleur bavardage : les textes d’Ursula von der Leyens.

Depuis des mois, la pression s’accumule sur la présidente de la Commission européenne depuis qu’elle a admis avoir échangé des textes avec le directeur général de Pfizer, Albert Bourla, alors que l’UE négociait son contrat de vaccin avec l’entreprise. Deux agences de surveillance de l’UE l’ont déjà réprimandée à ce sujet, évoquant le refus de la Commission de produire les textes.

Mais le Parquet européen se penche-t-il même sur cette affaire ? Pour l’instant, il n’y a aucun moyen de le savoir.

En attendant, POLITICO décompose ce que cela pourrait signifier pour von der Leyen et l’UE, et examine ce (ou qui) d’autre pourrait être dans le collimateur des procureurs de l’UE.

Comment tout cela a-t-il commencé?

En avril 2021, von der Leyen a déclaré au New York Times qu’elle avait échangé des SMS avec le PDG de Pfizer pendant un mois à l’approche de la signature par l’UE de son contrat avec le géant pharmaceutique américain.

Dans l’accord, la Commission s’est engagée à acheter 900 millions de vaccins Pfizer-BioNTech au nom des membres de l’UE, avec une option d’achat de 900 millions supplémentaires.

Pourquoi cela dérangeait-il les gens ?

Les remarques ont suscité des discussions sur la question de savoir si von der Leyen avait travaillé en indépendant pendant les négociations contractuelles et contourné les canaux normaux.

Les journalistes ont demandé l’accès aux textes, seulement pour se faire dire qu’il n’y avait aucune trace de ces messages.

Mais le Médiateur de l’UE a révélé plus tard que la Commission n’avait jamais explicitement demandé à l’équipe von der Leyens de rechercher les textes, car elle ne les considérait pas comme des documents méritant d’être conservés. Dans un rapport sur ses conclusions, le médiateur a qualifié l’approche de mauvaise administration.

La Commission a répliqué qu’elle ne peut pas fournir les textes parce que les documents éphémères et éphémères ne sont pas conservés.

Un responsable de Pfizer a déclaré au Parlement européen que la société n’avait pas négocié son contrat de vaccin par SMS | Jonas Roosens/BELGA/AFP via Getty Images

Un autre chien de garde de l’UE, la Cour des comptes européenne, a ensuite lancé sa propre enquête. L’agence a découvert que von der Leyen était intervenu dans les premières discussions avec Pfizer et avait écarté les équipes de négociation habituelles pour conclure personnellement un accord préliminaire.

Nous avons demandé à la Commission de nous fournir des informations sur les négociations préliminaires de cet accord, écrit le tribunal dans un rapport. « Cependant, aucun n’a été annoncé.

Un responsable de Pfizer a déclaré la semaine dernière au Parlement européen que la société n’avait pas négocié son contrat de vaccin par SMS. Mais alors que le jargon juridique du contrat lui-même aurait pu être décidé par des équipes d’avocats, il n’est pas clair quelles décisions politiquement sensibles ont été prises lors de ces négociations préliminaires cruciales, dont il n’existe aucune trace publique.

Alors, que pouvons-nous dire si le procureur de l’UE examine cette question ?

Pas grand-chose, malheureusement.

Le moment est intéressant, mais le procureur de l’UE pourrait très bien enquêter sur l’un des nombreux contrats de vaccins signés par l’UE, ainsi que sur d’autres fonctionnaires à l’intérieur ou à l’extérieur de la Commission.

Un facteur à prendre en considération : le mandat des procureurs de l’UE est d’enquêter sur l’utilisation abusive des fonds de l’UE. Et la plupart des vaccins ont finalement été payés par les membres de l’UE et non par l’UE elle-même. Cependant, 2,5 milliards de dollars de l’UE ont été utilisés pour financer une partie des coûts initiaux de la production de vaccins.

À quel point cela pourrait-il devenir mauvais pour von der Leyen?

Étant donné que le procureur de l’UE enquête spécifiquement sur les affaires pénales, on ne peut exagérer à quel point cela serait mauvais pour von der Leyen si elle était impliquée dans l’enquête. Mais encore une fois, il n’y a aucune preuve jusqu’à présent.

Lundi, un porte-parole de la Commission a déclaré n’avoir encore reçu aucune information à ce sujet.

Néanmoins, la question est potentiellement toxique pour von der Leyen étant donné son implication dans un scandale similaire alors qu’elle était ministre de la Défense en Allemagne.

Au cours d’une enquête sur l’attribution par l’Allemagne de contrats de défense lucratifs pendant son mandat de ministre, il est apparu que des données avaient été effacées des téléphones von der Leyens, les empêchant d’être utilisées dans l’enquête.

Le procureur de l’UE enquête spécifiquement sur les affaires pénales. Si von der Leyen était emportée par la sonde, ce ne serait pas bon pour elle | Johanna Geron/ PISCINE/ AFP/ via Getty Images

Bien que les enquêteurs aient innocenté von der Leyen dans cette affaire, elle a déclaré à une enquête parlementaire allemande que des leçons avaient été tirées.

Von der Leyen n’est pas non plus étranger au monde pharmaceutique. Son mari, Heiko, est directeur de la société américaine de biotechnologie Orgenesis et médecin de formation.

Qui d’autre pourrait-il être?

Le Premier ministre albanais Edi Rama a fait des vagues plus tôt ce mois-ci lorsqu’il a admis que le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, avait enfreint les règles des contrats de vaccins pour donner à l’Albanie des vaccins pour des raisons humanitaires au début de la pandémie.

Mais cela serait apparemment en dehors du mandat des procureurs de l’UE puisque les vaccins ont été achetés avec des fonds italiens, et ce don ne semble pas atteindre la barre de l’intérêt public extrêmement élevé mentionné par le Parquet européen.

Et après?

Probablement beaucoup de silence de la part du procureur de l’UE et beaucoup de rumeurs à Bruxelles jusqu’à ce que les enquêteurs offrent plus de clarté (ou que les journalistes en sachent plus).

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite