#image_title

La Russie envoie un équipage de trois personnes, dont un astronaute américain, vers la station spatiale – Spaceflight Now

 – Actusduweb.com
Les photographes capturent le décollage de la mission Soyouz MS 25 à destination de la Station spatiale internationale Image NASABill Ingalls

Deux jours après un rare arrêt de lancement de dernière seconde, un vaisseau spatial russe Soyouz a décollé samedi pour un vol vers la Station spatiale internationale, transportant deux membres d’équipage de courte durée et un astronaute de la NASA en route pour une période de service de six mois.

Le commandant du Soyouz MS-25/71S Oleg Novitskiy, la cosmonaute invitée biélorusse Marina Vasilevskaya et la vétéran de la NASA Tracy Dyson se sont éloignés du cosmodrome de Baïkonour à 8 h 36 HAE (17 h 36 heure locale) et se sont mis en orbite huit minutes et 45 secondes plus tard. .

Le lancement était initialement prévu jeudi dernier, mais le compte à rebours a été interrompu au bout de 20 secondes lorsque les ordinateurs ont détecté des valeurs de basse tension dans le système électrique du premier étage de la fusée Soyouz 2.1a.

Il s’agissait du premier abandon de ce type pour une fusée Soyouz, et il a fallu une journée aux ingénieurs russes pour examiner la télémétrie, identifier le problème et remplacer les batteries suspectes. Des tests ultérieurs ont montré que tous les systèmes étaient prêts pour une deuxième tentative de lancement samedi.

Alors que le compte à rebours de Soyouz avançait vers un lancement en fin d’après-midi au Kazakhstan, un cargo SpaceX Dragon lancé jeudi depuis la station spatiale de Cap Canaveral a rattrapé la station spatiale et s’est amarré à 7 h 19, apportant 6 200 livres d’équipement scientifique. , des pièces de rechange et des fournitures pour l’équipage au complexe de laboratoire, y compris des kits de nourriture fraîche et de café.

 – Actusduweb.com
Un SpaceX Cargo Dragon photographié quelques instants avant son amarrage au port zénithal de la station spatiale Image NASA TV

 – Actusduweb.com

Le Soyouz devrait rattraper la station spatiale lundi et s’amarrer dans un port du module Prichal face à la Terre de la station à 11h09.

Ils seront accueillis à bord par le commandant de la station Oleg Kononenko, les cosmonautes Nikolai Chub et Alexander Grebenkin ainsi que les astronautes de la NASA Loral O’Hara, Matthew Dominick, Michael Barratt et Jeanette Epps.

Vasilevskaya, danseuse de salon accomplie et hôtesse de l’air chez Belavia Airlines, est le premier citoyen biélorusse, fidèle allié de la Russie, à voler dans l’espace depuis l’éclatement de l’Union soviétique.

Elle a été sélectionnée comme « participante aux vols spatiaux » dans le cadre d’un concours national et mènera des recherches pour des scientifiques en Biélorussie dans le cadre d’un programme connu sous le nom de Femme biélorusse dans l’espace.

Dyson effectue son troisième vol spatial et son deuxième à bord d’un Soyouz. Malgré les tensions politiques entre les États-Unis et la Russie, l’équipage semble bien s’entendre.

« Cela a été un véritable plaisir de travailler avec Marina », a déclaré Dyson. « Elle a une attitude fantastique, et cela est très utile lorsque vous travaillez ensemble avec des masques d’urgence sur le visage dans des conditions horribles et que vous essayez de passer les procédures (de formation d’urgence). C’est un véritable plaisir de travailler avec elle.

Kononenko, Chub et O’Hara ont été lancés vers la station le 15 septembre dernier à bord du vaisseau spatial Soyouz MS-24/70S. Dominick, Barratt, Epps et Grebenkin ont été lancés le 3 mars à bord d’un ferry SpaceX Crew Dragon. Connus sous le nom de Crew 8, ils ont remplacé quatre autres pilotes du Crew Dragon – Crew 7 – qui sont revenus sur Terre le 12 mars après un court transfert.

Novitskiy et Vasilevskaya prévoient de passer 12 jours à bord de la station spatiale. O’Hara remplacera Dyson pour le voyage de retour et le trio reviendra sur Terre le 6 avril à bord du vaisseau spatial Soyouz MS-24/70S qui a transporté O’Hara, Kononenko et Chub en orbite en septembre dernier.

Kononenko et Chub sont à mi-chemin d’un séjour prévu d’un an à bord de la station. Si tout se passe bien, ils reviendront sur Terre en septembre prochain, avec Dyson, à bord du ferry Soyouz MS-25/71S livré par l’équipage de Novitskiy.

Avec le retour d’O’Hara, cinq des sept membres d’équipage à temps plein de la station auront été remplacés, complétant ainsi la dernière séquence de rotation d’équipage.

Dyson a volé pour la première fois à bord de la navette spatiale Endeavour pour une visite de 13 jours à la station spatiale en 2007. Trois ans plus tard, elle a décollé à bord d’un vaisseau spatial Soyouz en tant que membre de l’équipage de longue durée de la station, passant 176 jours à bord de l’avant-poste entre avril et la fin. de septembre 2010.

 – Actusduweb.com
Marina Vasilevskaya participante au vol spatial biélorusse en haut lastronaute de lexpédition 71 de la NASA Tracy Dyson au milieu et le cosmonaute de Roscosmos Oleg Novitskiy font leurs adieux avant de monter à bord du vaisseau spatial Soyouz MS 25 Image NASABill Ingalls

Au cours de ce vol, une photo désormais célèbre de Dyson la montre en train de regarder la Terre bleue et blanche suspendue dans l’obscurité de l’espace, vue depuis le compartiment Cupola à plusieurs fenêtres du laboratoire.

Dans une interview avec CBS News, elle a déclaré qu’elle savait désormais à quoi s’attendre et que « cette fois, je vais juste voir comment je peux aider les autres ».

« Une partie de la beauté de vivre à bord réside dans le fait de faire partie d’un équipage et d’une équipe et de s’entraider », a-t-elle déclaré. « Donc, si j’ai du temps libre et que le reste de mes camarades travaillent, je vais certainement essayer de donner un coup de main là où je peux. Mais si nous avons tous du temps libre, j’ai vraiment hâte de voir cette vue par la fenêtre.

«J’ai un très bon souvenir (de cette expérience) et cette photo de la coupole capture certainement cela, la visualisation de la Terre. Et ça ne vieillit jamais.

La formation nécessaire pour y arriver est une autre affaire.

« C’est la partie la plus difficile de ce que nous faisons, la formation, qui nous oblige à être loin de chez nous pendant de longues périodes », a-t-elle déclaré. « Quand j’ai fait cela lors de mes deux premiers vols, ce n’était pas si grave car c’était vraiment juste moi à la maison. J’avais un chien dont d’autres étaient prêts à s’occuper. Mon mari a été déployé sur un navire.

« Mais maintenant, c’est un peu différent, et j’ai beaucoup de soutien de ma famille, qui m’a rappelé à maintes reprises que je fais ça pour eux autant que je le fais pour moi-même. »

Elle affrontera six mois très chargés dans l’espace.

Le ferry Starliner de Boeing, une alternative parrainée par la NASA au Crew Dragon déjà éprouvé de SpaceX, devrait décoller pour son premier vol d’essai piloté début mai, transportant les astronautes de la NASA Butch Wilmore et Sunita Williams vers la station spatiale pour un vol de shakedown.

Si le vol se déroule bien, le Starliner sera certifié pour une utilisation dans les futures missions de rotation de l’équipage de l’ISS, en alternance avec le Crew Dragon de SpaceX et fournira à la NASA une redondance lorsqu’il s’agira de lancer des astronautes vers et depuis la station spatiale.

« Aujourd’hui, tous nos Crew Dragons sont lancés sur (des fusées SpaceX Falcon 9) », a déclaré Dana Weigel, responsable du programme de la station spatiale. « S’il y avait un problème avec le F9, par exemple, et que nous devions nous arrêter pendant un moment… si nous avions un autre véhicule, nous pourrions continuer à voler. »

Et cela permettrait de garantir qu’un ou plusieurs astronautes américains soient toujours à bord de la station spatiale.

« C’est la raison pour laquelle, lorsque nous parlons d’avoir plusieurs fournisseurs, il est si important pour nous d’avoir cette capacité continue », a déclaré Weigel.

En juin, la NASA prévoit trois sorties dans l’espace, ou EVA, pour effectuer diverses tâches, notamment des travaux de préparation à l’ajout d’un ensemble final de couvertures de panneaux solaires déployées.

Les astronautes n’ont pas encore été affectés aux excursions, mais Dyson est une vétéran des sorties dans l’espace et son expérience pourrait inciter la NASA à la renvoyer dehors.

« Nous avons trois EVA prévues pour notre augmentation, et je fais partie des marcheurs dans l’espace formés pour effectuer ces EVA », a-t-elle déclaré. « Nous verrons comment ils s’entraînent tous et qui sort et qui reste à l’intérieur pour les équiper tous. »

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite