#image_title

La France veut éviter une rupture avec le président Faye nouvellement élu au Sénégal

Le nouveau président du Sénégal, Bassirou Diomaye Faye (au centre), au palais présidentiel de Dakar, le 28 mars 2024.

Le président sénégalais nouvellement élu, Bassirou Diomaye Faye, devrait être investi à Dakar le mardi 2 avril, et le président français Emmanuel Macron a pour objectif de forger un partenariat plus solide entre les deux pays. Macron a appelé Faye vendredi 29 mars, dans une conversation qui a duré une demi-heure et qui a donné lieu à « une discussion très positive », selon l’Elyse. Macron est déterminé « à poursuivre et à intensifier le partenariat entre le Sénégal et la France », a déclaré le président français à Faye, passé en quelques jours d’opposant emprisonné à président.

Dès le 25 mars, au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle où l’ancien inspecteur des impôts et des biens de 44 ans avait fait sensation en l’emportant avec plus de 54% des suffrages, Macron félicitait Faye dans un message. sur X en français et en wolof, la langue la plus parlée au Sénégal. « J’ai hâte de travailler avec lui », a tweeté le président.

Après des semaines de crise politique déclenchée par le report de l’élection du président sortant Macky Sall, l’Elyse a salué le vote de mars comme un exemple de vitalité démocratique dans une région où, depuis trois ans, les coups d’État se succèdent au Mali. , le Burkina Faso, la Guinée et le Niger ont contraint les soldats français à quitter le Sahel. Le nouveau gouvernement de Dakar recherche un rééquilibrage, mais Paris souhaite toujours maintenir des relations apaisées avec le pays.

En savoir plus Abonnés uniquement Macky Sall est-il responsable de la défaite de son camp à la présidentielle ?

En France, Faye est moins connu que son mentor, Ousmane Sonko, qu’il a remplacé comme candidat des Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF), car Sonko n’avait pas pu se présenter. Mais ce n’est pas un mystère que les deux hommes, anciens inspecteurs des impôts et des successions, partagent une plateforme souverainiste. Sonko, arrivé troisième à l’élection présidentielle de 2019, est depuis longtemps l’une des voix les plus critiques d’Afrique de l’Ouest à l’égard de l’ancienne puissance coloniale. « Il est temps », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar en juillet 2021, « que la France nous retire son genou. Sept siècles de misère, de trafic d’êtres humains, de colonisation et de néocolonisation, ça suffit. Il est temps que la France Laisse-nous tranquille. »

A l’époque, le maire de Ziguinchor était en pleine tourmente judiciaire, poursuivi dans une affaire de viol dénoncée par son camp comme un complot du pouvoir pour l’écarter de la présidentielle. Son arrestation en mars 2021 a déclenché des émeutes au cours desquelles 14 personnes ont été tuées, dont certaines par des balles réelles tirées par les forces de sécurité. Plusieurs magasins français ont été pillés et vandalisés. Paris est accusé de soutenir la répression. « Si un jour le PASTEF arrive au pouvoir, il faudra faire nos valises », confiait alors un diplomate français inquiet.

Il vous reste 57,53% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite