#image_title

« Je suis un agent, un agent de la paix », déclare un eurodéputé accusé d’espionnage pour le compte de la Russie

« Et je tiens à m’excuser ici et maintenant devant le peuple de ne pas avoir été un agent efficace », a-t-elle ajouté, déplorant l’état désastreux des relations entre la Russie et l’UE.

Plus tôt dans le débat, le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, a averti : Nous assistons depuis février 22 à une vague de désinformation utilisée comme arme par la Russie dans sa guerre d’agression contre l’Ukraine, déformant les faits, publiant de faux récits de dénazification et essayant d’en tirer parti. de la fatigue de la guerre pour déplacer les priorités et l’attention.

« Je crois qu’il est du devoir de cette Assemblée d’enquêter sur qui d’autre a fait quoi, et dans quelles conditions, pour jouer le jeu de Moscou », a-t-il déclaré, qualifiant les allégations de Danoka de « profondément troublantes ».

D’autres législateurs lettons ont averti que d’autres députés européens servaient sciemment les intérêts russes au Parlement, comme l’a rapporté pour la première fois le Brussels Playbook de POLITICO.

Danoka, qui avait déjà été interdit de se présenter aux élections européennes de juin, fait désormais l’objet d’une enquête du Parlement lui-même.

L’eurodéputée centriste française Nathalie Loiseau, qui a œuvré pour éliminer toute ingérence étrangère dans l’Assemblée européenne, a imploré ses collègues : gardez les yeux ouverts et n’oubliez pas que la manipulation russe est une arme de destruction massive lorsqu’il s’agit de notre démocratie.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite