#image_title

IntelBrief : La guerre à Gaza se répercute en Europe alors que la France est aux prises avec les retombées – The Soufan Center

Briefing Intellectuel / IntelBrief : La guerre à Gaza se répercute en Europe alors que la France est aux prises avec les retombées

AP Photo/Michel Euler

Résultat inférieur à l’avant :

  • L’extension du conflit du Moyen-Orient à la France a entraîné une recrudescence notable des incidents antisémites et islamophobes, ainsi que des menaces d’activités terroristes, en particulier concernant les prochains Jeux Olympiques de Paris.
  • Rien qu’au cours de la semaine dernière, une cinquantaine d’écoles auraient reçu sur leur plateforme de communication numérique des messages menaçants annonçant une attaque terroriste imminente dans leurs écoles de la part d’un membre présumé de l’État islamique.
  • La recrudescence des incidents antisémites a suscité une inquiétude généralisée, la majorité des citoyens français considérant ces actes non seulement comme une menace pour les individus de confession juive, mais aussi pour la société dans son ensemble.
  • Les valeurs républicaines de la France, notamment de dentelleont fait des établissements d’enseignement et des enseignants une cible privilégiée des terroristes.

Les répercussions du conflit Hamas-Israël persistent dans le monde entier, exerçant une influence significative sur la dynamique politique et sécuritaire au-delà du Moyen-Orient. Au lendemain du 7 octobre, il y a eu une recrudescence notable des incidents antisémites et islamophobes en France, couplée à une augmentation des menaces d’activités terroristes islamistes. Cela est particulièrement préoccupant à l’approche des prochains Jeux olympiques d’été à Paris, qui devraient accueillir plus de 15,3 millions de visiteurs dans le monde. Le nombre croissant de menaces terroristes visant les établissements d’enseignement, ainsi que la multiplication des complots terroristes déjoués à travers le pays, soulignent l’urgence de mesures de sécurité renforcées et efficaces et ont conduit à mettre à nouveau l’accent sur le respect des mesures de sécurité. de dentelle. Ensemble, ces facteurs soulignent les vastes conséquences intérieures du conflit au Moyen-Orient. Lundi, le président français Emmanuel Macron a déclaré que le groupe État islamique-Khorasan (IS-K), affilié à l’État islamique, qui a été lié à l’attaque meurtrière de l’hôtel de ville de Crocus à Moscou, avait tenté plusieurs attaques sur le sol français, soulignant encore davantage la complexité du problème national. paysage sécuritaire en France.

Quelques jours seulement après l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, un Tchétchène, surveillé par les services de sécurité français et soupçonné de radicalisation islamique, a tué un enseignant dans son ancien lycée d’Arras. Deux mois plus tard, un Français iranien radicalisé qui voulait venger les musulmans tuait un touriste près de la Tour Eiffel et en blessait deux. Depuis lors, les établissements d’enseignement ont reçu plus de 800 alertes à la bombe et de nombreux attentats terroristes ont été déjoués à travers le pays. Aujourd’hui, à la suite de l’attaque dévastatrice perpétrée contre l’hôtel de ville de Crocus à Moscou, la France a décidé de déployer 4 000 soldats supplémentaires pour effectuer des patrouilles à l’échelle nationale et a augmenté le niveau de sécurité. Vigipirate système d’alerte de sécurité nationale à son plus haut niveau. Rien qu’au cours de la semaine dernière, de nombreuses écoles en France ont reçu des alertes à la bombe et une cinquantaine d’écoles ont reçu sur leur plateforme de communication numérique des messages menaçants annonçant une attaque terroriste imminente dans leurs écoles de la part d’un membre présumé de l’État islamique. Le professeur français de criminologie Alain Bauer sur France 5 ont noté une résurgence des attaques terroristes planifiées par de petites cellules (3 à 4 personnes) plutôt que par des loups solitaires. Il note que jamais autant d’adolescents n’ont été arrêtés par les services de renseignement sous l’accusation de préparation active d’un attentat, plus de la moitié d’entre eux étant inconnus des services pour radicalisation. Ces chiffres mettent en lumière la tendance croissante à une nouvelle radicalisation dans la société française suite au conflit Hamas-Israël, soulignant particulièrement la susceptibilité des jeunes.

Après les attaques du Hamas du 7 octobre et la catastrophe humanitaire naissante dans la bande de Gaza, l’antisémitisme et l’islamophobie ont fait un bond en France. Le pays compte d’importantes communautés juives et musulmanes. Une multiplication par près de quatre des actes antisémites a été signalée en 2023 par rapport à l’année précédente. De plus, le 7 octobre, les incidents d’actes antisémites ont augmenté de plus de 700 pour cent par rapport à la moyenne quotidienne observée les années précédentes. Les actes antisémites comprennent des actes de vandalisme tels que la peinture d’étoiles de David sur des maisons juives, des agressions physiques comme l’attaque contre une femme juive à Lyon et d’autres formes d’intimidation. La recrudescence des incidents antisémites a suscité une inquiétude généralisée, la majorité des citoyens français considérant ces actes non seulement comme une menace pour les individus de confession juive, mais aussi pour la société dans son ensemble. Malgré les réponses politiques telles que le renforcement des mesures de sécurité dans les lieux de culte juifs et l’intensification des alertes aux menaces terroristes, la persistance de l’antisémitisme souligne des tensions sociétales profondément enracinées qui continuent de poser des défis à la France. Parallèlement à la montée de l’antisémitisme, on constate une multiplication des incidents islamophobes en France. Le Conseil musulman français a déclaré avoir reçu 42 lettres de menaces en octobre. En outre, le service des statistiques du ministère de l’Intérieur a signalé une augmentation de 32 % des crimes de haine racistes, xénophobes et fondés sur la religion en 2023, bien qu’il n’ait pas fourni de données sur la religion des victimes.

Les retombées du conflit Hamas-Israël et la résurgence du djihadisme islamiste en Europe interagissent particulièrement avec la tradition et l’identité laïque et républicaine de la France. De dentelle, le principe constitutionnel de laïcité en France qui garantit la neutralité religieuse dans les affaires publiques, a suscité des réactions divergentes en France face à la montée de l’insécurité. Par exemple, avec le meurtre d’un autre enseignant, nombreux sont ceux qui considèrent que la menace terroriste et les valeurs républicaines fondamentales du système éducatif sont profondément liées. Les enseignants ont longtemps été considérés comme la première ligne de défense des de dentelle ce qui en fait également de plus en plus des cibles faciles pour les individus radicalisés. Par ailleurs, les manifestations pro-palestiniennes sont impopulaires auprès du public français, avec environ 72 pour cent d’entre eux contre de telles manifestations et certains les considérant fondamentalement anti-républicaines ou antisémites. Le conflit a ainsi révélé et approfondi les divisions politiques et sociales au sein de la France sur ses valeurs fondamentales. En politique, le débat sur le conflit et ses répercussions sur la France est également très polarisé, certaines personnalités politiques refusant de qualifier le Hamas d’organisation terroriste, comme Mathilde Panot, tandis que d’autres, notamment d’extrême droite, Rassemblement National, ont cherché à tirer parti du conflit pour se distancier des accusations d’antisémitisme. Avec les prochaines élections au Parlement européen en juin et les Jeux olympiques qui débuteront en juillet, la sécurité restera une priorité pour les électeurs français.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite