Comment l’UE peut permettre une économie circulaire dans les emballages en plastique

Le Green Deal européen définit une orientation claire vers la décarbonisation de l’Europe d’ici 2050 et la transition vers une économie circulaire. Les plastiques et les emballages ont été identifiés comme des chaînes de valeur clés avec un potentiel de circularité important qui nécessiteront de nouvelles mesures réglementaires pour réduire leur empreinte environnementale.

Le secteur privé a un rôle essentiel à jouer, soutenu par une politique qui favorise l’innovation, encourage l’adoption de technologies durables et offre une sécurité juridique afin que les investissements privés aillent là où ils sont le plus nécessaires. Par exemple, la chaîne de valeur de l’emballage innove pour développer de nouvelles alternatives comme l’emballage en sachet souple, qui réduit l’empreinte carbone des produits emballés par rapport aux matériaux rigides. Au départ, ces sachets n’étaient pas facilement recyclables, mais grâce à l’innovation, ils sont maintenant conçus pour être recyclables. En outre, un écosystème florissant de startups européennes développe des technologies telles que le recyclage chimique, qui peuvent compléter le recyclage mécanique traditionnel pour garantir le recyclage d’un plus grand nombre d’emballages. Des objectifs ambitieux de contenu recyclé, y compris ceux des emballages en contact avec les aliments, et la reconnaissance légale de ces nouvelles technologies sont essentiels pour soutenir le rôle de leader de l’Europe dans la réalisation de la circularité.

Des objectifs ambitieux de contenu recyclé, y compris ceux des emballages en contact avec les aliments, et la reconnaissance légale de ces nouvelles technologies sont essentiels pour soutenir le rôle de leader de l’Europe dans la réalisation de la circularité.

Favoriser l’innovation par une réglementation progressive

Le recyclage chimique est un ensemble de technologies qui offrent des solutions là où le recyclage mécanique présente des limites. Ceci est particulièrement pertinent pour les applications réglementées hautes performances telles que l’alimentation et l’automobile, où le recyclage mécanique ne peut pas atteindre les objectifs de contenu recyclé en raison de limitations de performances et de restrictions réglementaires. L’utilisation de plastiques recyclés dans les emballages alimentaires, à l’exception des bouteilles en PET, est un défi particulier étant donné les exigences légales strictes pour protéger la sécurité des matériaux en contact avec les aliments.

La seule façon d’atteindre les objectifs de recyclage des emballages alimentaires souples sera d’utiliser le recyclage chimique, qui transforme les déchets plastiques en une matière première, remplaçant la matière première d’origine fossile. Cela garantit que l’emballage alimentaire peut être recréé comme emballage alimentaire. En plus de résoudre le problème des déchets plastiques, le recyclage chimique réduit le besoin de matières premières fossiles vierges, améliorant encore l’empreinte carbone des plastiques.

La seule façon d’atteindre les objectifs de recyclage des emballages alimentaires souples sera d’utiliser le recyclage chimique, qui transforme les déchets plastiques en une matière première, remplaçant la matière première d’origine fossile.

L’intensification du recyclage chimique sera cruciale pour répondre à l’utilisation de plastiques recyclés dans la demande actuelle de neuf millions de tonnes de polyéthylène et de polypropylène dans les emballages alimentaires dans l’UE, qui devrait augmenter avec les règles d’emballage révisées. Les entreprises de biens de consommation ont déjà déclaré qu’elles chercheraient collectivement à acheter 800 000 tonnes de matériaux d’emballage recyclés chimiquement en 2030, un signal qui montre à quel point ces technologies sont essentielles pour la circularité des emballages en Europe.

Pour aider à répondre à la demande croissante de plastiques recyclés, Dow a conclu des partenariats et investi dans plusieurs startups à travers l’Europe afin de développer et d’étendre le recyclage chimique. En France, nous soutenons Valoregen dans le développement de la première usine du pays combinant recyclage mécanique et chimique pour atteindre des rendements optimaux dans le cadre de la hiérarchie des déchets de l’UE. Partout en Europe et aux États-Unis, en partenariat avec Mura Technology, nous visons à construire plusieurs installations de recyclage avancées à l’échelle mondiale ciblant collectivement 600 000 tonnes de capacité de recyclage annuelle dans le monde d’ici 2030. Cela contribuera à atteindre l’objectif de Dow d’accélérer l’écosystème circulaire en transformant les déchets et matières premières alternatives pour fournir trois millions de tonnes métriques par an de solutions circulaires et renouvelables d’ici 2030. La première usine sera à Bhlen, en Allemagne, colocalisée avec notre site de fabrication pour améliorer le rendement et les économies de gaz à effet de serre, et elle devrait être opérationnelle en 2025 .

Pour aider à répondre à la demande croissante de plastiques recyclés, Dow a conclu des partenariats et investi dans plusieurs startups à travers l’Europe afin de développer et d’étendre le recyclage chimique.

En plus de traiter le recyclage chimique comme une technologie valable, nous avons besoin d’une reconnaissance légale de l’approche du bilan massique. Cela nous permet de mesurer la quantité de matières premières recyclées ou biosourcées entrant dans notre approvisionnement, afin que nous sachions quelle quantité de notre produit peut être considérée comme recyclée ou biosourcée. À terme, cela nous aidera à réaliser notre feuille de route zéro net pour réduire la dépendance à l’égard des matières premières fossiles en augmentant l’utilisation de sources de carbone circulaires et renouvelables qui maintiendront le carbone dans la boucle plus longtemps.

Un bon exemple de bilan de masse est la transition énergétique qui a été rendue possible grâce à une approche similaire : les sociétés énergétiques vendent de l’énergie renouvelable mais tous les électrons ne proviennent pas de sources renouvelables. Le point important est que le système électrique global ne vend que la quantité d’électricité renouvelable réellement produite. De cette façon, une mise à l’échelle progressive est possible avec l’infrastructure existante. L’utilisation de l’infrastructure existante est importante pour permettre la transformation de la circularité de manière abordable pour les consommateurs et avec des impacts environnementaux moindres. L’énergie fournie provient d’un mix de sources renouvelables et non renouvelables qui permet une part croissante d’électricité renouvelable.

De même, le recyclage à grande échelle des produits chimiques ne sera possible que s’il peut s’intégrer de manière transparente dans l’infrastructure existante. Un système de comptabilité par bilan massique permettra cela. Reconnaître cela comme une méthodologie valable est actuellement entre les mains des décideurs politiques de l’UE. La reconnaissance formelle aidera à maximiser l’utilisation de contenu recyclé et à respecter les taux de recyclage de l’UE, ainsi que les engagements pris par de nombreux fabricants de marque de manière rapide, traçable et efficace. L’approche acceptée doit être conforme à la hiérarchie des déchets de l’UE, ce qui signifie qu’elle ne doit pas autoriser l’utilisation de déchets pour le recyclage des combustibles.

Le recyclage des produits chimiques à grande échelle ne sera possible que s’il peut s’intégrer de manière transparente dans l’infrastructure existante. Un système de comptabilité par bilan massique permettra cela.

La circularité des plastiques nécessitera également des investissements dans l’amélioration de la collecte et du tri des déchets plastiques afin de garantir l’accès à des déchets de haute qualité en grands volumes. Dans ce contexte, le mouvement transfrontalier de déchets au sein du marché unique est essentiel. Seul un cadre réglementaire mis en œuvre de manière cohérente dans toute l’UE peut permettre aux entreprises de maximiser leurs investissements vers une économie circulaire et nette zéro, en promouvant l’innovation et en préservant la compétitivité mondiale de l’industrie européenne.

Nous comptons sur les décideurs politiques pour établir le cadre qui permettra une transition rapide vers une véritable économie circulaire dans toute l’UE, car les décisions que nous prenons aujourd’hui façonneront l’industrie de demain.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite