Biden renforce son engagement mondial à l’ONU alors que ses problèmes nationaux s’aggravent

Il exposera au monde les mesures que lui et son administration ont prises pour promouvoir une vision du leadership américain fondée sur le principe de la collaboration avec d’autres pour résoudre les problèmes les plus urgents du monde, a déclaré Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale. en avant-première du discours de Biden mardi.

Sullivan a soutenu que l’administration perçoit un fort signal de demande pour un engagement américain accru, pour davantage d’investissements américains ainsi que pour une plus grande présence américaine sur tous les continents et dans toutes les régions du monde.

La politique étrangère fait rarement bouger les votes, et Biden sera probablement absorbé cette semaine par des questions sur la fermeture imminente du gouvernement ainsi que sur l’enquête sur son fils. Pourtant, la Maison Blanche s’est appuyée sur l’image de Biden en tant qu’homme d’État mondial, l’utilisant comme preuve de son leadership et pour souligner la revitalisation des coalitions endommagées par son prédécesseur, Donald Trump, ainsi que sa vitalité. Le voyage secret de Biden à Kiev plus tôt cette année a été transformé en une récente publicité de campagne conçue comme une réprimande subtile aux critiques qui pensent que le président de 80 ans est trop fragile pour faire le travail.

La Maison Blanche est particulièrement douée pour trouver des moments de commandement en chef à franchir, même dans un environnement médiatique fracturé, a déclaré Jennifer Palmieri, directrice des communications de la Maison Blanche sous l’ancien président Barack Obama. Le voyage à Kiev est la meilleure réaction qu’ils aient contre son âge, tandis que les voyages en Europe et en Asie et maintenant aux Nations Unies l’établissent à nouveau comme le véritable leader du monde libre.

Biden devrait rencontrer mercredi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en marge de la réunion, refusant au leader de droite la visite à la Maison Blanche qu’il souhaitait à la suite d’une réforme judiciaire que Biden a dénoncée comme antidémocratique. De nombreux membres de la Maison Blanche se méfient du leadership de Netanyahu, même s’ils pourraient profiter des réunions de Turtle Bay pour faire pression en faveur d’une normalisation des relations entre les ennemis de longue date, Israël et l’Arabie Saoudite.

Le président chinois Xi Jinping, qui n’a pas participé au G20 il y a deux semaines, ne devrait pas se rendre à New York. Le président russe Vladimir Poutine ne sera pas non plus présent, même si la Russie conserve son siège au Conseil de sécurité de l’ONU et exercera une influence sur les débats. Mais le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy fera une apparition, principalement pour exhorter les dirigeants réunis à New York à rester à Kiev.

Zelensky se rendra ensuite à Washington pour faire valoir à nouveau ses arguments jeudi à la Maison Blanche et au Capitole. Les collaborateurs de la Maison Blanche notent depuis longtemps que le soutien du public américain à l’Ukraine a tendance à augmenter après l’accord de Zelensky et le plan visant à ce que le président tente de capitaliser sur la visite. Le moment s’est avéré idéal, estime l’aile ouest, au début d’une bataille avec les républicains qui ont appelé à réduire considérablement l’argent envoyé dans la zone de guerre. Les Républicains de la Chambre, dimanche soir, a présenté un projet de loi de financement du gouvernement sans y inclure l’aide à l’Ukraine.

Le discours de Biden mardi à la tribune des Nations Unies sera, en partie, un engagement à continuer de soutenir l’Ukraine, ont déclaré ses conseillers, et l’espoir est que ses remarques combinées aux apparitions de Zelenskyy feront pression sur les républicains pour qu’ils financent la guerre.

Trump, le favori prohibitif pour devenir le candidat présidentiel du GOP, a remis en question la nécessité de soutenir l’Ukraine et a répété son désir de négocier rapidement un accord de paix avec la Russie. Les responsables des deux côtés de l’Atlantique estiment que Poutine essaie d’attendre les prochaines élections américaines, estimant que sa fortune dans la guerre pourrait changer si un républicain commandait depuis le Bureau Ovale.

Le Congrès a déjà approuvé une aide de 113 milliards de dollars à l’Ukraine, dont environ 70 milliards de dollars pour l’assistance à la sécurité ; plus de 90 pour cent de cette somme a déjà été dépensée ou affectée. La dernière demande de la Maison Blanche comprend 13,1 milliards de dollars pour une aide militaire à l’Ukraine et la reconstitution des fournitures d’armes du Pentagone utilisées pour l’effort de guerre. Certains à droite ont fait pression pour réduire considérablement ce montant, l’un des déclencheurs possibles d’une éventuelle fermeture du gouvernement.

La réunion de l’ONU ayant lieu si peu de temps après le sommet du G20 en Inde, les dirigeants de quatre des cinq pays qui détiennent des sièges permanents au Conseil de sécurité de l’ONU devraient sauter l’événement annuel. Leur absence pourrait avoir un effet secondaire bienvenu pour Biden : cela pourrait stimuler les efforts de son administration pour améliorer l’image de l’Amérique auprès des pays moins puissants d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie qui considèrent les Nations Unies comme un forum vital. Cela pourrait également aider à éloigner ces pays de la Chine et de la Russie. Mais Biden risque d’être repoussé par certains Occidentaux car il méprise la mondialisation et minimise les droits de l’homme, tout en essayant de construire des coalitions alliées pour résoudre des problèmes importants et spécifiques.

Des appels seront également lancés en faveur de réponses mondiales aux catastrophes massives en cours au Maroc et en Libye, ainsi que d’une attention particulière portée au changement climatique.

À New York, Biden tiendra également une réunion avec le secrétaire général de l’ONU, assistera à un événement syndical avec le président brésilien Luiz Incio Lula da Silva et accueillera les dirigeants du monde pour une réception au Metropolitan Museum of Art.

Et mêlant une fois de plus aux besoins de la politique intérieure, il participera à plusieurs collectes de fonds de campagne.

Alexander Ward, Nahal Toosi et Eli Stokols ont contribué à ce rapport.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite