Bernard Laporte placé en garde à vue en France – reportage

Six semaines après avoir été condamné à deux ans de prison avec sursis et à une amende par le tribunal correctionnel de Paris pour diverses accusations de corruption, le président du rugby français Bernard Laporte aurait été placé mardi en garde à vue pour une allégation d’évasion fiscale.

À la suite du jugement du tribunal du 13 décembre, Laporte s’est retiré de ses fonctions de présidence de la FFR mais resterait dans ce rôle pendant son processus d’appel. Cependant, une situation distincte est maintenant apparue, selon LEquipe, le journal sportif français.

Selon nos informations, Laporte a été placé en garde à vue mardi pour blanchiment de fraude fiscale aggravée. Deux autres personnes ont également été placées en garde à vue. Cette affaire, totalement distincte de celle qui l’a conduit devant le tribunal correctionnel de Paris, est entre les mains du parquet national financier.

Espaceur vidéo
Espaceur vidéo

Une enquête préliminaire a été ouverte en août 2020 et confiée au Service d’enquêtes judiciaires financières (SEJF). Début janvier, Laporte a dû se retirer et abandonner toutes les prérogatives d’un président de la FFR sous la pression du ministère des Sports et du comité d’éthique.

Cela fait suite à sa condamnation le 13 décembre pour corruption, trafic d’influence et prise illégale d’intérêts pour des infractions commises dans l’exercice de ses fonctions. Laporte a interjeté appel de ce jugement de première instance.

Ce jugement a vu Laporte, le vice-président désormais auto-suspendu de World Rugby, recevoir une peine de deux ans de prison avec sursis et une amende de 75 000, mais il a nié tout acte répréhensible. Il a été accusé d’abus d’influence dans l’obtention d’un rôle pour Mohed Altrad, dont l’entreprise de construction sponsorise le maillot de la France.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite