#image_title

Alors que les États-Unis font face à une vague croissante d’interdictions et de restrictions en matière d’avortement, la France inscrit la liberté d’accès dans la Constitution – Ms. Magazine

Les États-Unis et la France offrent aux femmes des environnements très différents, mais les deux pays partagent une forte tradition féministe. Comment expliquer leurs trajectoires d’avortement radicalement différentes ?

 – Actusduweb.com
Des femmes brandissent les drapeaux de la Fondation des femmes lors dun rassemblement de militants pour le droit à lavortement sur la place du Trocadro à Paris le 4 mars 2024 pour célébrer un projet de loi approuvé par le Parlement français visant à inscrire le droit à lavortement dans la Constitution Mathilde Kaczkowski et Hans Lucas AFP via Getty Images

En 2023, cherchant à éviter un scénario semblable à celui des États-Unis pour les femmes en France, alors que les groupes d’extrême droite gagnent du terrain, le président Emmanuel Macron a promis un amendement constitutionnel affirmant le droit des femmes à l’avortement et au contrôle de leur propre corps. L’amendement a ensuite été adopté à une écrasante majorité de 780 voix contre 72 et a été cérémonieusement inséré dans la Constitution française le 8 mars 2024, Journée internationale des femmes.

Pour célébrer, la Tour Eiffel a été illuminée avec le message Mon corps, mon choix. Cette première mondiale a eu lieu environ 50 ans après que le Parlement français a voté pour la première fois la dépénalisation de l’avortement avec l’adoption de la loi Veil, du nom de la ministre féministe de la Santé Simone Veil, qui a défendu la réforme.

Pendant ce temps, en 2022, le Dobbs c.Jackson pour la santé des femmes La décision de la Cour suprême a annulé la décision historique de 1973 Roe c.Wade qui considérait l’avortement comme un droit protégé par la Constitution des États-Unis. Renversant près de 50 ans d’un précédent bien établi, le Dobbs La Cour a insisté, sur la base d’une analyse textualiste étroite et anhistorique, sur le fait que Chevreuil était un exercice illégitime du pouvoir judiciaire brut. En conséquence, il a rendu aux États l’autorité légale en matière d’avortement, y compris le pouvoir de l’interdire purement et simplement. Depuis, 14 États ont interdit l’avortement.

Droit à l’avortement aux États-Unis et en France

Même si les décisions américaines et françaises démontrent des environnements très différents pour les femmes, les deux pays partagent une forte tradition féministe. Au cours des années 1960, l’appel s’est multiplié dans les deux pays en faveur de la décriminalisation de l’avortement dans le cadre de la lutte plus large qui en a résulté pour l’autonomie sexuelle et corporelle.

France

En France, après que les femmes ont obtenu le droit de vote en 1945, les féministes se sont mobilisées pour renverser une loi répressive de 1920 qui criminalisait à la fois le contrôle des naissances et l’avortement, et ont finalement légalisé la contraception en 1967.

Le bouleversement social de 1968 a encore stimulé les revendications des femmes en faveur de la liberté sexuelle et en particulier du droit à l’avortement.

En 1971, 343 femmes, pour la plupart des personnalités publiques connues, écrivains, acteurs, artistes, journalistes, médecins et avocats, ont publié un manifeste dans le magazine à grand tirage. Le Nouvel Observateur, annonçant qu’elles avaient subi des avortements illégaux. Un autre manifeste diffusé publiquement et signé par 252 médecins proclamait le droit des femmes à interrompre leur grossesse. Des réunions publiques en faveur de l’avortement ainsi que des contestations judiciaires réussies de la loi de 1920 ont finalement conduit à l’adoption de la loi Veil en 1975.

États-Unis

Aux États-Unis, après un premier effort dans les années 1960 par des professionnels pour libéraliser les lois nationales sur l’avortement criminel, les féministes ont commencé à exiger leur abrogation complète au motif qu’il s’agissait d’une condition préalable essentielle à « la pleine dignité humaine et à la personnalité des femmes ».

En 1970, à l’occasion du 50e anniversaire du droit de vote des femmes, un large éventail de femmes et certains hommes à travers le pays ont participé à la grève pour l’égalité, appelant, entre autres droits, à l’avortement gratuit sur demande. Les féministes ont également commencé à organiser des prises de parole au cours desquelles les femmes partageaient leurs histoires d’avortements illégaux. Ajoutant à ce ferment, une nouvelle génération d’avocats militants a contesté avec succès les lois pénales sur l’avortement devant les tribunaux inférieurs, ce qui a préparé le terrain pour une confrontation finalement réussie devant la Cour suprême.

 – Actusduweb.com
<em>MS<em> a publié We Have Had Abortions dans son premier numéro en 1972 avec les signatures de 53 femmes américaines éminentes

Il convient toutefois de noter que la trajectoire post-décriminalisation du droit à l’avortement a suivi des chemins différents dans les deux pays. En conséquence, à mesure que la décriminalisation approchait du cap des 50 ans, les écosystèmes reproducteurs respectifs étaient assez distincts.

L’avortement comme « mal nécessaire » : les restrictions en France

En France, inspirée par Simone Veils, qui partageait généralement l’opinion des parlementaires selon laquelle l’avortement était un mal nécessaire, la loi Veil de 1975 était en fait de nature assez conservatrice. Même si elle dépénalisait l’avortement, elle contenait une série d’exigences restrictives. Celles-ci comprenaient des conseils psychologiques et sociaux visant sans doute à décourager les femmes de choisir l’avortement, une exigence de consentement parental pour les mineures, une limite de gestation de 10 semaines et une période d’attente ou de réflexion de huit jours. Il existe également des limitations strictes au remboursement par la sécurité sociale.

Au cours des décennies suivantes, le Parlement a progressivement éliminé ou modifié ces restrictions et a fait en sorte que l’avortement soit entièrement subventionné par le système de sécurité sociale français.

Si la libéralisation de la loi a certainement suscité un débat à l’Assemblée nationale, elle n’a pas rencontré le même degré de résistance anti-avortement aussi féroce qu’aux États-Unis, malgré le fait que la France avait un mouvement anti-avortement actif et violent, qui était étroitement lié à celui des États-Unis. Et le soutien au droit des femmes à l’avortement n’a fait que croître ces dernières années. En France, selon un sondage de 2021, 93 pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu’elles soutenaient l’avortement et 90 pour cent se sont déclarées favorables à un amendement constitutionnel consacrant le droit des femmes à l’avortement. droit à l’avortement.

Réduire à Chevreuil

Aux États-Unis, en revanche, dès que la Cour a annoncé sa décision dans l’affaire Chevreuil, les militants anti-avortement se sont mobilisés pour l’éviscérer. Les absolutistes ont tenté en vain de le démolir d’un seul coup au moyen d’un amendement à la constitution fédérale portant sur la vie humaine, ce qui aurait effectivement rendu Chevreuil nul et vide.

En revanche, les progressistes ont cherché à éroder la décision en promulguant des mesures restrictives visant à limiter l’accès à l’avortement, en commençant par l’interdiction du financement de Medicaid et des lois sur la participation parentale, dans le but ultime de porter l’affaire devant une Cour suprême modifiée.

En fin de compte, bien que la décision des tribunaux de 1992 dans Planned Parenthood contre Casey a affirmé ce qu’il appelait Œufs l’idée fondamentale, à savoir que l’avortement était un droit constitutionnel protégé, a néanmoins donné le feu vert à la capacité des États à promulguer des lois conçues pour encourager (les femmes) à savoir qu’il existe des arguments philosophiques et sociaux de grand poids qui peuvent être mis en avant en faveur de l’avortement. de poursuivre la grossesse jusqu’à terme.

En conséquence, au moment Dobbs Parvenue à la Cour suprême, l’accès à l’avortement avait été considérablement limité, avec un impact disproportionné sur les populations vulnérables et structurellement marginalisées.

Pouvoirs anti-avortement aux États-Unis et en France

Alors, comment expliquer les trajectoires radicalement différentes sur cette dimension critique des droits des femmes entre deux pays dotés de forts mouvements féministes et anti-avortement qui ont décriminalisé l’avortement à quelques années d’intervalle ?

Il existe probablement une multitude de facteurs contributifs. Par exemple, la France est un petit pays très centralisé qui jouit d’une plus grande latitude dans l’élaboration des politiques nationales, tandis qu’aux États-Unis, comme nous l’avons vu, les États ont eu la latitude de s’opposer aux Chevreuilréduisant finalement la portée de la protection constitutionnelle fédérale du droit à l’avortement.

Cependant, la différence la plus cruciale réside probablement dans la religion et dans le rôle concomitant qu’elle a joué ou non dans la formation de l’environnement politique de chaque pays. Au moment de la décriminalisation, la France était un pays fortement catholique et la légalisation suscitait une opposition considérable. Mais plus récemment, le catholicisme a cessé d’occuper une place centrale dans la vie publique française.

Reflétant cette réalité, l’opposition à l’avortement ne figure sur le programme d’aucun parti politique. Même le parti d’extrême droite du Rassemblement national, dont de nombreux représentants, dont Marine Le Pen, ont voté en faveur de l’amendement constitutionnel.

La situation après la décriminalisation était bien entendu très différente aux États-Unis.Initialement, l’Église catholique menait la charge contre l’avortement, et comme le Parti républicain était majoritairement affilié aux protestants, il n’était pas encore devenu le parti pro-vie. À l’époque, le mouvement protestant évangélique blanc et sa fervente croyance dans le caractère sacré de la vie fœtale gagnaient du terrain. En 1976, dans un effort pour attirer les conservateurs sociaux, le Parti républicain a intégré un élément anti-avortement dans son programme national.

Avec la montée de la Nouvelle Droite (également connue sous le nom de Nouvelle Droite Chrétienne), comme l’écrit Carol Mason dans son livre Tuer pour la vie : le récit apocalyptique de la politique pro-viela politique pro-vie est passée de la défense à l’offensive et les politiciens de droite et les évangéliques ont utilisé l’avortement comme sujet de mobilisation (des électeurs).

En 2020, 74 % des protestants évangéliques aux États-Unis, qui représentent un quart de la population du pays, pensaient que l’avortement devrait être illégal, selon le Pew Research Center.

 – Actusduweb.com
Politiques américaines en matière davortement et accès après<em>Chevreuil<em> Institut Guttmacher

Quatorze États ont interdit l’avortement depuis Dobbs, et bien d’autres, principalement dans le Sud et le Midwest, ont adopté des limites de gestation et une série de mesures restrictives. La Cour suprême se prononcera bientôt dans une affaire contestant la libéralisation de l’accès à la mifépristone, un médicament abortif.

Dans ce contexte, y a-t-il des enseignements à tirer de l’expérience française ? Et comme les États-Unis sont seulement l’un des quatre pays au monde à avoir renforcé les restrictions sur l’avortement au cours des 30 dernières années, les autres étant le Salvador, le Nicaragua et la Pologne, tandis que plus de 60 pays et territoires ont libéralisé leurs lois, nous devons nous demander quelles leçons nous pouvons en tirer. la communauté féministe mondiale au sens large.

Suivant:

La démocratie américaine se trouve à un point d’inflexion dangereux, entre la disparition du droit à l’avortement, le manque d’équité salariale et de congé parental, la montée en flèche de la mortalité maternelle et les attaques contre la santé des personnes trans. Si rien n’est fait, ces crises entraîneront des écarts plus importants en matière de participation et de représentation politiques. Depuis 50 ans, MS. a forgé un journalisme féministe, s’est rebellé et a dit la vérité depuis les premières lignes, a défendu l’Amendement pour l’égalité des droits et a centré les histoires de ceux qui sont les plus touchés. Avec tous les enjeux de l’égalité, nous redoublons notre engagement pour les 50 prochaines années. À notre tour, nous avons besoin de votre aide, Soutien MS. aujourd’hui avec un don de tout montant qui a du sens pour vous. Pour aussi peu que 5 $ par mois, vous recevrez le magazine imprimé ainsi que nos newsletters électroniques, nos alertes d’action et nos invitations à MS. Événements et podcasts des studios. Nous sommes reconnaissants pour votre fidélité et votre férocité.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite