Activision va en justice pour arrêter le logiciel de triche Call of Duty

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Un coup de
Agrandir / Une photo de la fonctionnalité « radar 3D » qu’Activision tente d’arrêter avec son procès.

Activision a déposé une plainte fédérale contre les tricheurs allemands EngineOwning et les individus associés pour « trafic de technologies qui contournent ou échappent aux technologies anti-triche utilisées par Activision pour protéger l’intégrité de [Call of Duty] Jeux. »

EngineOwning facture 13 euros par mois ou plus pour l’accès par abonnement à des suites individualisées d’outils de triche conçues pour Appel du devoir jeuxet aussi Champ de bataille, Chute des Titans 2, et Front de bataille de Star Wars. Le logiciel promet des capacités telles que des aimbots automatisés, des triggerbots à déclenchement automatique, un « radar 2D » qui affiche les emplacements ennemis sur le HUD et un « radar 3D » qui peut suivre et afficher les joueurs adverses même à couvert.

EO promet que son logiciel est indétectable par les outils automatisés, y compris les outils anti-triche au niveau du noyau Ricochet récemment lancés par Activision. Le logiciel comprend également des outils intégrés pour rendre la tricherie moins évidente pour les modérateurs humains et les logiciels d’enregistrement, faisant en sorte que les utilisateurs « ressemblent à un joueur légitime ». La société vend séparément un logiciel de « usurpation d’identité matérielle » qui promet de contourner les interdictions basées sur le matériel dans Appel du devoir et autres jeux.

Dans son procès, Activision affirme que ces outils ont été utilisés « des milliers de fois par des joueurs aux États-Unis », rapportant à EngineOwning « des centaines de milliers de dollars ou plus ». Ainsi, le logiciel a entraîné « au moins des dizaines de milliers de violations » des conditions d’utilisation que les joueurs doivent accepter avant de jouer en ligne.

En plus des violations alléguées de DMCA qui sont assez standard dans ce type de procès, Activision fait valoir qu’EngineOwning est coupable d' »interférence intentionnelle avec les relations contractuelles ». En aidant Appel du devoir les joueurs enfreignent les conditions d’utilisation du jeu (et évitent d’être détectés par les outils de modération d’Activision), « l’objectif des défendeurs est de s’assurer que leurs clients continuent de bénéficier des avantages de leurs contrats avec Activision tout en continuant à violer leurs obligations en vertu de ces contrats « , argumente Activision.

Activision a déclaré avoir tenté de contacter le créateur d’EngineOwning, Valentin Rick, au sujet de la cessation de ses activités à plusieurs reprises au cours des dernières années. Rick aurait déclaré à Activision qu’il avait vendu le site à un nouveau propriétaire, et un fil de discussion sur les forums EO affirme que le site a été relancé avec une « gestion rafraîchie » fin 2018. Mais Activision dit que « Rick n’a jamais fourni la preuve qu’une telle vente a eu lieu « , et la société estime que  » Rick a continué à gérer et à exploiter EO et le site Web d’EO « . Les représentants d’EngineOwning n’ont pas répondu à une demande de commentaire d’Ars Technica.

Activision demande une ordonnance du tribunal mettant fin à la distribution des produits d’EngineOwning, des dommages-intérêts légaux et punitifs, et le remboursement des « produits illégaux des défendeurs » provenant de ses ventes de logiciels.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite