Questions et réponses : Mettre fin au VIH dans l’UE

Les pays européens sont pionniers en matière de techniques pour mettre fin à l’épidémie de VIH d’ici 2030. Pourtant, les progrès varient considérablement d’un pays à l’autre, et même d’une communauté à l’autre au sein d’un même pays.

POLITICO Studio s’est entretenu avec Neil Mulcock, vice-président des affaires gouvernementales internationales chez Gilead Sciences, pour en savoir plus sur les dernières meilleures pratiques en matière de dépistage, de prévention et de traitement, et sur la manière dont l’Europe peut avancer pour mettre fin à l’épidémie, une fois pour toutes.

Cette séance de questions-réponses fait partie du télescope POLITICO : La nouvelle épidémie de sida, une exploration en cours de la maladie aujourd’hui.

 – Actusduweb.com
Neil Mulcock vice président des affaires gouvernementales internationales chez Gilead Sciences | via Gilead Sciences

Question : Quel succès avons-nous obtenu jusqu’à présent dans la réduction de la propagation du VIH ?

R : Nous avons déjà réalisé d’énormes progrès dans la lutte contre cette maladie. Le VIH est désormais une maladie gérable et non une condamnation à mort. Les personnes vivant avec le VIH qui sont diagnostiquées tôt après l’infection et qui commencent un traitement peuvent désormais vivre longtemps et en bonne santé. Et comme les médicaments réduisent la quantité de virus dans leur sang à des niveaux indétectables, ils ne risquent plus de transmettre le VIH à quelqu’un d’autre.

Cette idée très importante est connue sous le nom de U=U*, qui signifie Undetectable = Untransmittable. Et c’est un puissant message de santé publique dans la lutte pour mettre fin à l’épidémie de VIH. Plus les gens se rendront compte qu’il y a un énorme avantage à se faire tester et à commencer un traitement s’ils sont positifs ou à accéder à la prévention, y compris la PreP, sinon plus vite nous atteindrons les objectifs de l’ONUSIDA visant à mettre fin aux nouvelles infections d’ici 2030.

Question : Que faut-il faire maintenant pour éliminer complètement le VIH ?

R : Le monde a adhéré à ce que l’on appelle les objectifs 95-95-95 de l’ONUSIDA. L’objectif est, d’ici 2030, que : 95 pour cent des personnes vivant avec le VIH soient testées et sachent qu’elles vivent avec le virus ; 95 pour cent de ceux qui prennent des médicaments ; et 95 pour cent d’entre eux ont une charge virale indétectable, ce qui signifie qu’ils ne peuvent transmettre le VIH à personne d’autre.

En Europe, nous progressons bien pour atteindre ces objectifs, mais nous n’y sommes pas encore et le temps presse. Certains pays, comme la Suisse, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, ont atteint ou sont sur le point d’atteindre 95 pour cent dans les trois domaines. Mais d’autres ont encore du chemin à parcourir, notamment en matière de tests. La Pologne, par exemple, n’a testé que 80 pour cent du nombre estimé de personnes vivant avec le VIH dans le pays. En Bulgarie, ce chiffre est d’environ 78 pour cent et en Moldavie, de 65 pour cent. Cependant, même dans les pays qui progressent bien vers ces objectifs, les données suggèrent que certains groupes, tels que les migrants, ne sont pas testés, diagnostiqués ou ne commencent pas un traitement autant que d’autres, ce qui représente un problème clé à résoudre.

Il y a plusieurs raisons à ces résultats variés. Le premier est la disponibilité et l’accessibilité des tests. Un certain nombre de pays du bloc ont rendu le dépistage aussi répandu que possible en approuvant de nombreuses méthodes différentes pour passer un test de dépistage du VIH. En Espagne, par exemple, en plus d’aller dans une clinique et de passer le test par un professionnel de la santé, vous pouvez vous rendre dans un centre communautaire ou vous faire tester à la maison, comme pour un test de dépistage du COVID-19 ou de grossesse. Mais d’autres pays sont plus restrictifs quant au lieu et à la manière dont vous pouvez vous faire tester. L’autre raison est que la stigmatisation et la peur dissuadent certaines personnes de se faire dépister et que, dans certains pays européens, il existe même des lois qui criminalisent les personnes séropositives.

Question : Quelle proportion de personnes ignorent leur statut en Europe ? Pourquoi n’atteignons-nous pas encore ces personnes ?

R : Dans toute l’Europe, le nombre de nouvelles infections au VIH et le nombre de décès liés au SIDA restent élevés. L’une des raisons est qu’environ une personne sur huit vivant avec le VIH dans l’UE/EEE ignore qu’elle est porteuse du virus. Outre la stigmatisation, le dépistage limité et l’accès aux services de soins du VIH, certains groupes ne sont tout simplement pas touchés par les campagnes qui encouragent les gens à se faire dépister. J’inclurais par exemple sur cette liste les migrants, qui ne sont peut-être pas sûrs que, s’ils sont positifs, ils recevront des soins de santé, ainsi que les personnes trans, les personnes issues de certaines minorités ethniques et les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes dans pays où il existe des restrictions culturelles ou juridiques sur les communautés LGBTQ+. Il existe également des groupes qui ne croient pas que le VIH les affecte, comme les hommes et les femmes hétérosexuels. Nous devons travailler davantage pour atteindre toutes ces populations clés.

 – Actusduweb.com
Des manifestants à la Marcha PositHIVa à Madrid en Espagne en novembre 2022 pour protester contre la stigmatisation liée au VIH | via Shutterstock

Question : Que pouvons-nous faire pour atteindre les personnes qui n’ont pas accès aux tests et aux traitements ?

R : Nous avons déjà appris que les programmes de prévention combinée constituent un facteur très important dans la réduction de la transmission du VIH. Il s’agit de programmes qui amplifient l’importance de multiples options de prévention biomédicale et comportementale dans le contexte des besoins de chaque communauté. Il pourrait s’agir de relever les défis auxquels sont confrontés certains groupes ou de proposer des tests dans différents environnements, par exemple dans un cadre communautaire plutôt que dans une clinique, mais cela pourrait également impliquer le développement de nouveaux médicaments innovants dotés de nouveaux mécanismes d’administration et de différentes fréquences d’utilisation. Si quelqu’un savait, par exemple, qu’il pourrait prendre des médicaments moins fréquemment s’il était positif, ce qui l’aiderait à garder sa séropositivité plus confidentielle, cela pourrait changer la donne et l’encourager à se faire dépister en premier lieu. Dans ce contexte, l’innovation joue un rôle clé pour mettre fin à l’épidémie de VIH, avec davantage d’options mieux adaptées aux besoins des personnes.

Question : Que peuvent apprendre les pays de l’UE et au-delà les uns des autres ?

R : Il existe déjà de nombreuses bonnes pratiques en Europe. Le NHS en Angleterre, par exemple, a introduit un programme de non-participation de routine dans 33 services d’urgence d’hôpitaux situés dans des zones à très forte prévalence afin de diagnostiquer et de réengager les personnes dans les soins, ce qui signifie qu’il est devenu courant pour les personnes de se présenter dans ces services d’urgence. subir un test de dépistage du VIH. Au cours des 12 premiers mois du programme, 343 personnes vivant avec le VIH ont été diagnostiquées, et 209 autres personnes ayant déjà reçu un diagnostic mais n’ayant pas bénéficié des services liés au VIH ont été identifiées. Ce programme lutte également contre les inégalités en matière de santé, puisque 54 pour cent des personnes diagnostiquées au cours des 100 premiers jours étaient d’origine noire africaine, caribéenne ou d’autres origines ethniques noires. Le Portugal a fait de même à l’hôpital de Cascais et a vu le diagnostic tardif du VIH dans les situations d’urgence, le nombre de personnes qui découvrent qu’elles vivent avec le virus seulement lorsqu’elles risquent de tomber malade est tombé d’environ 80 pour cent à 40 pour cent. D’autres États membres envisagent également d’étendre la disponibilité de différentes options de test.

L’Europe pourrait être la première région au monde à mettre fin au VIH. La présidence espagnole montre réellement la voie et nous espérons que la prochaine présidence belge poursuivra la dynamique politique, mais nous avons besoin que tous, les organismes gouvernementaux de l’UE et des États membres, l’industrie, les professionnels de la santé et les communautés du VIH, travaillent tous ensemble pour mettre fin à cette épidémie. . Tout le monde doit s’impliquer pour mettre en avant les bonnes pratiques en un seul endroit et les diffuser dans tout le bloc, en encourageant les investissements dans les tests, l’innovation dans les options de prévention et de traitement, et en luttant contre la stigmatisation.

Les institutions européennes ont également un rôle clé à jouer pour éduquer les citoyens sur le VIH, ainsi que pour guider, motiver et soutenir les États membres dans leurs efforts pour mettre fin à l’épidémie. Les objectifs de l’ONUSIDA peuvent être atteints, ils sont réalistes et accessibles, mais chacun doit faire un effort supplémentaire, et le moment est venu.

Question : Que peut apporter Gilead pour atteindre 95-95-95 ?

R : Gilead est à l’avant-garde de la recherche et du développement sur le VIH depuis plus de 30 ans et nous continuons d’investir dans des approches innovantes en matière de dépistage tout en garantissant une innovation continue en matière de traitement et de prévention, y compris des essais cliniques qui aideront à atteindre ceux dont les besoins ne sont pas satisfaits. satisfaits par les interventions actuelles contre le VIH.

Nous travaillons en partenariat avec de nombreuses organisations pour accroître l’accès aux tests et améliorer les liens avec les soins et le traitement. Nous travaillons par exemple en partenariat avec la Elton John AIDS Foundation dans le cadre du programme RADIAN Model Cities, qui travaille avec les communautés d’Europe de l’Est et d’Asie centrale pour améliorer les services destinés aux personnes touchées par le VIH.

Et nous travaillons avec les gouvernements pour garantir que le VIH reste une priorité de santé publique et soutenons leurs efforts pour mettre fin à l’épidémie de VIH, notamment en plaidant en faveur du financement de ces efforts.

Il existe un réel potentiel pour l’Europe. La région pourrait être l’une des premières au monde à atteindre globalement les objectifs 95-95-95 et à mettre fin aux nouvelles infections d’ici 2030. Toutefois, cela nécessitera un effort global, coordonné et soutenu, en mettant l’accent sur des interventions fondées sur des données probantes, innovations scientifiques, engagement politique et partenariats solides avec les communautés affectées, l’industrie et les parties prenantes. Nous n’en sommes pas encore là, mais en travaillant ensemble, nous pourrions y arriver bientôt.


*U=U est vrai pour deux raisons : prendre des médicaments anti-VIH tels que prescrits et devenir et rester indétectables pendant au moins six mois empêche la transmission du VIH aux partenaires par le biais des relations sexuelles. Indétectable signifie que le virus ne peut pas être mesuré par un test de charge virale (charge virale <200 copies/mL)

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite