Pourquoi la France est le champion européen des investissements directs étrangers DW 13/07/2023

Un quartier de Douvrin Billy-Berclau, dans le département le plus septentrional des Hauts-de-France, fait équipe avec les gens. Ils travaillent à la finition du premier des trois immenses hangars, qui seront utilisés lorsque la première giga-usine de batteries du pays sera achevée ici.

Le projet de 3 milliards de dollars (3,3 milliards de dollars), appelé ACC, ou Automotive Cells Company, est l’un des nombreux exemples d’investissements directs étrangers récents en France : 1 300 projets de ce type ont été annoncés l’année dernière. Mais alors qu’ils ont été affichés au public, l’impact économique global est jusqu’à présent limité.

« En ce moment, nous achetons toutes nos batteries d’Asie en provenance de Chine, de Corée du Sud et du Japon. Mais nous voulons créer notre propre industrie pour concevoir, produire et vendre des batteries 100 % made in France », Matthieu Hubert, directeur général d’ACC Secrétaire, a déclaré à DW, alors qu’il se promenait sur le chantier de construction un mercredi matin récent.

L’usine, détenue par un consortium composé du constructeur automobile néerlandais Stellantis, du constructeur automobile allemand Mercedes et du géant français de l’énergie TotalEnergies, produira un jour des cellules de batterie pour jusqu’à 500 000 véhicules par an et emploiera environ 2 000 personnes.

La France devrait avoir une industrie locale des batteries pour véhicules électriques, déclare le secrétaire général de l’ACC, Matthieu HubertImage : Lisa Louis/DW

Faibles coûts énergétiques grâce aux activités de leurre nucléaire

La joint-venture prévoit également de construire des giga-usines similaires en Allemagne et en Italie. Mais le consortium a de bonnes raisons d’implanter son premier mégaprojet en France.

« La France dispose d’ingénieurs et de techniciens hautement qualifiés et d’une vraie culture industrielle », a expliqué Hubert. « Et le pays a un énorme avantage par rapport à des voisins comme l’Allemagne : l’électricité nucléaire bon marché. »

Les réacteurs nucléaires français produisent environ 70 % de l’électricité du pays. Et le gouvernement prévoit de construire au moins six centrales nucléaires supplémentaires.

Neil Bernard, directeur des affaires publiques, de l’accès au marché et de la communication de la société pharmaceutique italienne Chiesi, ajoute un autre argument en faveur de la France.

« Les autorités françaises nous ont toujours soutenus de manière proactive dans nos projets, nous nous sentons vraiment les bienvenus ici », a-t-il déclaré à DW, décrivant le pays comme un « territoire stratégique » pour l’entreprise.

En dehors de l’Italie, la France est le seul pays européen où la multinationale basée à Parme possède des filiales, un bureau de R&D à Bois-Colombes près de Paris et un site de production à La Chausse-Saint-Victore dans le centre de la France.

Chiesi prévoit maintenant d’agrandir ce dernier. L’entreprise y investira 60 millions jusqu’en 2026 et y fera passer le nombre d’employés de 170 à 300.

En dehors de l’Italie, le seul autre site européen de la société pharmaceutique Chiesi, basée à Parme, se trouve en FranceImage : Stéphane Picot

Le gouvernement français s’efforce de relancer l’économie

Le soutien gouvernemental dont parle Bernard est aussi déterminant pour l’Allemand Vorwerk, qui s’est implanté en France il y a 50 ans.

L’entreprise basée à Wuppertal, connue pour son robot de cuisine Thermomix, construit actuellement une deuxième production française à Donmar dans la région nord du Centre-Val-de-Loire. L’installation d’origine, appelée Vorwerk Semco, est située à Cloyes-les-trois-Rivières, à 150 kilomètres (93 miles) au sud de Paris.

« Nous savons que le gouvernement est favorable aux entreprises et vise à réindustrialiser la France, ce que nous apprécions », a déclaré Sebastian Weber, directeur général de Vorwerk Semco, à DW.

« De plus, le pays dispose d’une très bonne infrastructure et de travailleurs hautement qualifiés », a-t-il ajouté.

Vorwerk recrutera 74 autres travailleurs de ce type pour la nouvelle installation, qui devrait être opérationnelle d’ici la fin de 2024.

Les Français disent « non » à travailler plus longtemps

Ce navigateur ne prend pas en charge l’élément vidéo.

Les experts s’interrogent sur le véritable impact de l’investissement

Le président Emmanuel Macron a en effet mené un certain nombre de réformes pro-entreprises, a souligné Olivier Becht, ministre délégué au Commerce extérieur, à l’Attractivité et aux Français de l’étranger.

« Nous avons réduit l’impôt sur les sociétés de 33 à 25 %, assoupli notre législation du travail, réduit les formalités administratives et fourni des emplacements fonciers supplémentaires aux investisseurs », a-t-il expliqué à DW.

L’investissement étranger direct est une aubaine pour l’économie, a souligné Becht.

« De tels projets ont créé 58 000 emplois en 2022. L’économie a progressé de 2,6% l’an dernier et continuera de croître cette année, alors que des pays comme l’Allemagne sont entrés en récession », a-t-il déclaré.

Mais si les investissements directs étrangers sont une bonne nouvelle pour le pays, ce n’est pas la raison derrière les changements apparemment positifs des résultats économiques de la France, a déclaré Anne-Sophie Alsif, économiste en chef chez BDO Consultancy.

« Le chômage est passé de 10% à environ 7% en quelques années, car notre population vieillit et il y a moins de personnes disponibles pour travailler », a-t-elle déclaré à DW.

Les entreprises ont également reçu des subventions pour atténuer l’impact économique de l’épidémie de Covid-19 et de la guerre en Ukraine, a-t-elle ajouté.

« C’est pourquoi ils ont pu investir cet argent, ce qui a conduit à la croissance », a-t-elle déclaré.

L’économiste Anne-Sophie Alsif affirme que la hausse de l’emploi en France peut être attribuée aux changements démographiques, et non aux investissements étrangersImage : Lisa Louis/DW

L’ACC veut développer la « battery valley » française

Reste que dans la région des Hauts-de-France, la giga-usine risque d’être accueillie avec vivacité.

L’industrie automobile traditionnelle y emploie plus de 50 000 personnes. Mais parce que l’UE a interdit la vente de voitures à essence et diesel à partir de 2035, beaucoup d’entre eux devront trouver de nouveaux emplois.

Hubert d’ACC espère que certains de ces travailleurs rejoindront son entreprise.

« Nous voulons être pleinement opérationnels rapidement. Notre usine fera partie de tout un écosystème de batteries dans cette vallée », a-t-il déclaré.

Cet écosystème comprendra également au moins trois autres giga-usines de batteries.

Les entreprises, ainsi que leur chaîne d’approvisionnement, pourraient ajouter jusqu’à 10 000 emplois dans ce que la France appelle déjà sa vallée de la batterie.

Édité par : Kristie Pladson

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite