Pourquoi Bitcoin est la meilleure arme dont dispose la société contre l’inflation et les inégalités de richesse

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Pour les amateurs de bitcoins, l’un des aspects les plus convaincants de la crypto-monnaie est sa capacité à contourner les systèmes monétaires fiduciaires qui diluent la valeur des avoirs en espèces par l’inflation.

Ce n’est pas aussi compliqué qu’il y paraît. En termes très simples, les banques centrales graissent les rouages ​​de leurs économies en imprimant continuellement de la nouvelle monnaie. Une masse monétaire plus élevée permet aux entreprises de dépenser et de rembourser plus facilement leur dette. Mais il y a un hic : pour chaque nouveau dollar que vous ajoutez au pool de dépenses, le pouvoir d’achat de chaque dollar individuel diminue proportionnellement.

Encore une fois, c’est plus simple qu’il n’y paraît : changer la masse monétaire ne crée pas par magie de la richesse ou de la valeur. Si votre économie est une crèche et que votre masse monétaire est constituée de crayons, alors doubler le nombre de crayons dans la pièce ne rend pas les enfants plus riches. Ils ont tous deux fois plus de crayons qu’avant, donc ils doublent tous le nombre qu’ils proposent lorsqu’ils troquent des jouets, des livres, etc. En termes réels, rien n’a changé parce que la nouvelle offre d’argent est répartie également entre tout le monde dans la pépinière.

Là où les choses se compliquent et où les bitcoiners ont à juste titre identifié le besoin d’un système différent et plus juste, c’est ce qui se passe lorsque l’approvisionnement et la distribution ne sont pas égalitairement ?

Les banquiers centraux prétendent que ce n’est pas un problème, car ils soutiennent que tout l’argent s’écoule finalement vers l’homme de la rue, que ce soit par le biais de chèques de relance ou de salaires plus élevés ou de fonds de pension plus gros ou de toute autre voie qu’ils évoquent. En pratique, bien sûr, nous savons que cela ne reflète tout simplement pas la réalité.

Dans le monde réel, les milliardaires ont, de loin, été les plus grands gagnants de l’impression monétaire à l’ère de la covid. Ils ont pris leur masse monétaire plus élevée (y compris de vastes sommes d’argent emprunté, ce qui est moins cher et plus facile à obtenir lorsque les taux d’intérêt sont bas) et ils l’ont injecté dans des classes d’actifs anti-inflation telles que le marché boursier, l’immobilier, les objets de collection, etc. . Les classes moyennes ont fait de même, mais à plus petite échelle : constituer leur épargne pendant les confinements liés au covid, puis allouer une bonne partie de ces fonds à des actifs qui se sont bien appréciés en valeur.

Considérons maintenant les pauvres et les classes ouvrières. Le peu d’argent bonus qu’ils ont reçu pendant la pandémie a été soit dépensé pour la survie, soit stagné. Incapables de monter sur l’échelle de la propriété, ils ne peuvent ni profiter de la hausse des prix des logements ni commencer à se constituer une valeur nette en remplaçant le loyer (l’argent qui va dans le pot de quelqu’un d’autre) par des versements hypothécaires (l’argent qui va dans le leur). Les marchés boursiers peuvent, techniquement, être à leur portée, mais avec un handicap profond en raison de frais de transaction élevés et d’une compréhension limitée des stratégies d’investissement (le genre de savoir-faire dont les riches paient simplement quelqu’un d’autre pour s’en soucier).

Ce déséquilibre se traduit par une chose : l’inégalité.

Si vous êtes riche, vous pouvez prendre une masse monétaire plus élevée et l’utiliser à votre avantage. Si vous êtes pauvre, vous ne pouvez vraiment pas. Vous êtes coincé avec les liquidités que vous avez dans la nouvelle économie. Et, comme nous le savons, la valeur de ces avoirs est activement diluée par l’inflation. Plus on imprime d’argent, plus on s’appauvrit.

Les taux d’intérêt, bien sûr, pourrait sauver la situation si les banques centrales voulait eux à. Lorsque le taux d’intérêt dépasse le taux d’inflation, chacun d’entre nous peut augmenter la valeur de son argent simplement en le versant sur un compte d’épargne. Mais les décideurs politiques ne veulent pas de cela, car à peu près la seule chose qui freine l’économie mondiale en ce moment est un accès facile à la dette. Dès que le taux d’intérêt payé par les emprunteurs augmentera, les fondations fragiles de notre reprise économique à l’ère de la covid s’effondreront. Les entreprises et les propriétaires qui se gavent de prêts bon marché seront soudainement incapables de rembourser. Des vagues de faillites et de saisies vont paralyser l’économie mondiale.

Il n’est pas étonnant que les banquiers centraux, dont aucun n’appartient à la classe ouvrière, préfèrent d’ailleurs l’option facile de marteler les pauvres. Ce n’est peut-être pas parfait, rationalisent-ils, mais tout semble stable et tout le monde que je connais se porte plutôt bien ! Cela, en un mot, vous explique pourquoi les banques centrales sont le principal facteur d’inégalité des richesses.

Alors que faire? Eh bien, tant que les banquiers centraux et les politiciens sont aux commandes, il n’y a vraiment aucun moyen de changer la direction de ce voyage économique. Ceux au pouvoir promouvront toujours des politiques qui font avancer leurs propres intérêts personnels, et ils feront tout ce qui est nécessaire pour retarder un krach économique mondial, même celui qui, à long terme, serait probablement bon pour la société car il précipiterait des réformes structurelles pour le système actuel, cassé.

S’il y a une solution, il faudrait que ce soit un système monétaire alternatif qui résiste à la fois à l’inflation et à la manipulation de la banque centrale.

Aucun prix pour énoncer l’évidence là-bas : la civilisation a aspiré à avoir un tel système pendant des millénaires. Le problème, c’est qu’il n’a jamais été aussi facile de construire un réseau monétaire qui n’est soutenu par personne et pourtant protège les intérêts de tout le monde de manière si convaincante que les gens ordinaires lui feront confiance pour leurs économies. Jamais, c’est-à-dire jusqu’en 2009, lorsque le lancement du réseau monétaire bitcoin a donné au monde son premier avant-goût de la technologie blockchain décentralisée.

Le peu ennuyeux

Convaincre les lecteurs des avantages techniques de la blockchain, c’est un peu comme convaincre les personnes en surpoids des avantages pour la santé des régimes amaigrissants. La preuve est dans le pudding, pour ainsi dire. Et la personne moyenne dans la rue n’a pas plus envie de devenir un expert en science alimentaire pour savoir comment ou pourquoi un régime donné est efficace qu’elle ne le fait en programmation informatique.

Cela dit, vous ne pouvez pas comprendre le génie derrière le bitcoin sans avoir au moins une compréhension de base de la nature révolutionnaire de la technologie blockchain, alors voilà.

La confiance est tout. J’ai déjà fait allusion au fait que créer un système monétaire à partir de zéro est pratiquement impossible parce que l’argent n’a de valeur que si suffisamment de personnes croire il a de la valeur. Le moyen le plus simple de favoriser cette croyance est de faire en sorte qu’un gouvernement s’engage à maintenir ou à soutenir sa valeur (pensez à cette promesse de payer le porteur sur demande que vous voyez sur les billets de banque). Un autre moyen, plus ténu, consiste à proposer un actif universellement attrayant qui a une offre fixe. L’or coche bien cette case : c’est esthétiquement attrayant ; il ne peut pas être forgé en raison de sa densité unique ; et il ne peut être fabriqué par personne, donc il n’y aura jamais autant d’or sur la planète que la planète en contient déjà (en dépit des astéroïdes brillants).

Là encore, l’or est une douleur dans le cul. C’est lourd, donc c’est un fardeau à porter et à transférer. Ce n’est pas facilement divisible, il est donc difficile de payer des montants précis avec. Peu de gens font leurs courses hebdomadaires avec de l’or. Mais et si vous pouviez créer un version numérique d’or qui ne pèse rien, se déplace à la vitesse de la lumière et est divisible à la plus petite fraction de valeur. Super. Aussi impossible. Jusqu’en 2009.

Si vous ne comprenez qu’une chose à propos de la technologie blockchain, que ce soit ceci : pour la première fois dans l’histoire, les blockchains nous fournissent des données véritablement immuables.

Cela signifie que les informations qu’ils contiennent ne peuvent pas être modifiées. Déjà. Il faut du temps pour comprendre comment ils y parviennent : cela a à voir avec la nature décentralisée du grand livre, qui répertorie toutes les transactions jamais effectuées sur la blockchain et est sécurisé par 1) le nombre de copies existantes (nœuds complets, qui sont tous recoupées les unes par rapport aux autres) ; 2) le processus par lequel les nouvelles données sont écrites (cryptage cryptographique) ; et 3) la consommation d’énergie du réseau (le hashrate, qui rend impossible la maîtrise ou la modification du cours du processus de cryptage). Je t’ai peut-être perdu là-bas. Mais le résultat final n’est pas difficile à saisir. Une fois que vous avez des données immuables, vous avez la possibilité de créer de la monnaie numérique autonome.

En veillant à ce que l’historique des transactions de bitcoins ne puisse jamais être modifié, l’humanité a créé un actif numérique qui satisfait à cinq des critères de l’argent : sa durabilité, sa portabilité, sa rareté, son divisible et son fongibilité (interchangeable). Le critère final d’acceptabilité, ou la volonté des gens de concevoir le bitcoin comme de l’argent réel, sera déterminé non par ses caractéristiques techniques, mais par l’attitude de l’humanité à son égard. À l’ère de plus en plus numérique, les perspectives sont favorables.

Les détracteurs des Bitcoins et ils sont nombreux ; généralement les personnes âgées de la classe moyenne qui sont devenues très riches à partir du statu quo citent une définition différente de l’argent : qu’il doit être adopté par la société comme moyen d’échange ; une unité de compte ; et une réserve de valeur.

Bitcoin échoue sur tous les fronts, disent-ils, car trop peu de personnes l’utilisent quotidiennement et le prix est trop volatil pour mesurer ou stocker de la valeur. Peut-être, aujourd’hui. Mais il a également atteint une capitalisation boursière de 1 000 milliards de dollars en seulement 12 ans. N’est-ce pas un progrès assez rapide ?

Et qu’en est-il du dollar et des autres monnaies fiduciaires ? Sont-ils des moyens d’échange pratiques au-delà des frontières internationales ? Nous donnent-ils des prix stables et prévisibles année après année ? Plus important encore, sont-ils une réserve de valeur à une époque de forte inflation ? Si vous vous êtes déjà plaint de la hausse du coût de la vie, vous connaissez déjà la réponse.

.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite