Nouvelle crise au Haut-Karabakh : l’explosion d’un dépôt de carburant fait au moins 20 morts

GORIS, Arménie Une explosion lundi soir dans un dépôt de carburant utilisé par des civils fuyant le Haut-Karabakh a tué au moins 20 personnes et fait des centaines de blessés.

Dans un communiqué, Gegham Stepanyan, défenseur des droits humains de l’administration arménienne non reconnue du Karabakh, a déclaré que « le nombre de blessés dépasse les 200 » et que « l’état de santé de la majorité est grave, voire extrêmement grave ». Les capacités médicales du Haut-Karabakh ne suffisent pas.»

Dans le cadre d’un accord avec l’Azerbaïdjan, le ministère arménien de la Santé a confirmé mardi qu’une équipe de médecins arméniens avait été autorisée à se rendre à Stepanakert pour évacuer les blessés. Entre-temps, le gouvernement azerbaïdjanais a déclaré avoir envoyé une ambulance contenant des pansements pour brûlés, des gants stériles, des médicaments et d’autres fournitures essentielles.

Les autorités locales avaient déjà du mal à faire face aux centaines de personnes blessées après que l’Azerbaïdjan a lancé une offensive militaire pour capturer la région mardi dernier, forçant ses dirigeants à accepter un accord de reddition négocié par la Russie.

Des images publiées par Siranush Sargsyan, un journaliste indépendant de Stepanakert, la capitale de facto de la région, montrent des scènes de chaos dans les hôpitaux locaux, avec des patients souffrant de graves brûlures et attendant d’être soignés.

« Nous n’avons plus aucune ressource médicale qui puisse nous aider », a déclaré un agent de santé dans un appel désespéré devant la caméra. « Nous devons évacuer de toute urgence nos patients vers des unités spécialisées pour grands brûlés à Erevan », a-t-elle ajouté.

La route vers l’Arménie, cependant, est pratiquement au point mort, bloquée par une longue file de voitures, d’autobus et de camions tandis que les civils fuient le territoire isolé à l’intérieur des frontières internationalement reconnues de l’Azerbaïdjan, mais contrôlé par sa population d’origine arménienne depuis la guerre qui a suivi la guerre de l’Union soviétique. effondrement au début des années 1990.

S’adressant lundi à POLITICO, le chef de la politique étrangère azerbaïdjanaise, Hikmet Hajiyev, a déclaré que l’une des premières étapes vers la « réintégration » des Arméniens du Karabakh serait la création d’un centre médical d’urgence commun « avec des médecins arméniens et azerbaïdjanais travaillant côte à côte ».

Les deux parties se rencontrent aujourd’hui à Bruxelles pour discuter de l’avenir de la région.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite