Lutter contre le mariage des enfants en Inde grâce à l’école et au téléphone portable

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

L’affiche montre une petite fille aux cheveux tressés, attachée à la fin avec des rubans roses. Son visage s’affaisse de désespoir alors qu’elle marche à côté d’un homme plus âgé. Les guirlandes autour de leur cou indiquent qu’ils viennent de se marier.

Elle tient un petit tableau noir à la main, avec les premières lettres de l’alphabet hindi dessus, signe qu’elle préférerait être à l’école.

L’image suivante montre une autre vie pour la fille : elle sourit joyeusement, habillée pour l’école et assise à côté de sa mère souriante.

Le message est simple, mais efficace : éduquez vos enfants, arrêtez le mariage des enfants.

Avec l'aide d'un service de téléphonie mobile innovant, les agences des Nations Unies travaillent avec le gouvernement et les organismes locaux du Rajasthan pour lutter contre le mariage des enfants

ONU Inde/JAS

Avec l’aide d’un service de téléphonie mobile innovant, les agences des Nations Unies travaillent avec le gouvernement et les organismes locaux du Rajasthan pour lutter contre le mariage des enfants

Histoire de Sapnas

La petite fille de l’affiche de Naubat Baja pourrait bien être Sapna*, une jeune fille de Jaipur au début de son adolescence. Même si elle est encore mineure, sa famille l’a retirée de la classe et s’apprêtait à la marier, lorsque Shreya*, une bénévole de Jeevan Ashram Sansthan (JAS), une ONG qui œuvre pour l’autonomisation des femmes et des filles, est intervenue.

Shreya était au courant de la mission Naubat Baja et avait son numéro de téléphone. En juin 2021, elle a appris qu’une mineure de Jaipur devait se marier avec un homme de 30 ans.

Le père de Sapnas avait contracté un emprunt auprès de la famille de l’homme. Lorsqu’il n’a pas pu le rembourser, le prêteur du futur père du marié a déclaré qu’il annulerait le prêt si Sapna épousait son fils.

Shreya a appelé la ligne d’assistance et la police est passée à l’action. Le mariage a été arrêté. Sapna a été envoyée dans un refuge pendant deux mois, mais elle est maintenant de retour chez elle et est retournée dans la salle de classe.

L'UNFPA utilise des moyens nouveaux et innovants pour diffuser des messages socialement pertinents auprès des jeunes.

ONU Inde/Zainab Dehgamwala

L’UNFPA utilise des moyens nouveaux et innovants pour diffuser des messages socialement pertinents auprès des jeunes.

De la musique aux mobiles

L’affiche fait partie de la campagne de Naubat Baja Missed Call Radio, une chaîne de radio basée sur le cloud dans l’État du Rajasthan, dans l’ouest de l’Inde, qui aborde les questions de bien-être, d’autonomisation et de santé des adolescents.

Les mots Naubat Baja, représentent un ensemble d’instruments de musique qui ont été joués ensemble dans les temps anciens pour attirer l’attention des gens. Cette initiative est une nouvelle incarnation de l’ère numérique, relayant des messages contre les pratiques néfastes telles que le mariage des enfants et la discrimination sexuelle.

Lancé lors de la Journée internationale de la femme en 2019, Naubat Baja s’appuie en grande partie sur la force des téléphones portables, qui ont pénétré dans les coins les plus reculés de l’Inde. L’initiative mise sur le fait que le téléphone cellulaire est le mode de communication préféré des jeunes, particulièrement dans les régions où les gens ont peu accès à la télévision, au câble ou à Internet.

Bien que le mariage des enfants soit interdit dans de nombreux États indiens, y compris le Rajasthan. Shreya en a été le témoin direct dans sa propre famille : ses deux sœurs aînées, dit-elle, se sont mariées alors qu’elles étaient mineures.

J’ai vu les difficultés qu’ils rencontrent maintenant à cause du manque d’éducation. Je ne veux pas que d’autres filles tombent dans ce piège, dit Shreya, qui a échappé à son destin de sœur et étudie pour un diplôme de troisième cycle.

100 millions de filles en danger

Dans un rapport de mars 2021, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, l’UNICEF, a souligné que quelque 100 millions de filles risquent de se marier précocement au cours de la prochaine décennie.

La pandémie de COVID-19, selon l’étude, a entraîné des fermetures d’écoles, des tensions économiques, des interruptions de services, des grossesses et des décès de parents, laissant 10 millions de filles vulnérables supplémentaires face à la possibilité d’un mariage d’enfants.

Au Rajasthan, des organisations de la société civile telles que JAS luttent contre cette pratique et réussissent à faire prendre conscience de ses dangers, grâce à des programmes innovants tels que Naubat Baja.

Les familles qui ont du mal à subvenir à leurs besoins préfèrent marier leurs filles même si elles ne sont pas encore majeures. Cela signifierait moins de bouches à nourrir, explique Radhika Sharma, directrice du JAS.

Organiser un mariage en période de pandémie signifie également moins de dépenses en raison des restrictions sur les rassemblements et, avec des personnes quittant leur domicile et se rendant dans des régions éloignées à la recherche de travail, marier leurs filles tôt, assure aux parents la sécurité de leur progéniture.

Les parents pensent souvent que leurs filles seraient en sécurité si elles étaient mariées tôt, ajoute Mme Sharma. Ils ne seraient pas maltraités physiquement si l’on savait qu’ils sont mariés. La pauvreté, le manque d’éducation, le patriarcat et les inégalités entre les sexes sont également des facteurs importants à l’origine de cette pratique.

Musique, divertissement, autonomisation

L’objectif du programme Naubat Baja n’est pas seulement de contrer la pratique du mariage des enfants, mais aussi d’autonomiser les filles par d’autres moyens.

Les filles appellent le numéro Naubat Baja et reçoivent un rappel, qui contient un enregistrement de 15 minutes de divertissement gratuit, parsemé de chansons de films hindi, de nouvelles et de drames audio sur le thème des problèmes sociaux racontés par la comédie ou la satire.

Il y a des nouvelles sur les opportunités d’emploi, des faits de connaissance générale et des informations sur les programmes d’aide sociale du gouvernement destinés aux jeunes.

Des messages sur des thèmes tels que le mariage des enfants, la violence domestique, la santé des adolescentes, l’hygiène menstruelle, la sensibilisation au genre, la sensibilisation financière, les protocoles et les précautions COVID-19 sont transmis à travers les drames.

Le programme régulièrement mis à jour, supervisé par des représentants de l’UNFPA, est produit dans des studios avec l’aide d’une équipe de chercheurs et présenté par des créateurs de contenu audio professionnels.

Le programme est popularisé par le biais des médias sociaux, des graffitis et des campagnes de sensibilisation dans les zones rurales et urbaines par des bénévoles, des dirigeants communautaires, des membres des Panchayats (organes directeurs ruraux), des Anganwadi (garderies rurales) et des travailleurs Asha (activiste social accrédité en matière de santé).

Les bénévoles et les chefs de groupe d’adolescents associés à Naubat Baja sont appelés des champions : Shreya est l’un d’entre eux.

Oser rêver

Au Rajasthan, des efforts sont en cours pour attirer davantage de partenaires dans la lutte contre le mariage des enfants. Des travailleurs locaux de première ligne et des membres de Nehru Yuva Kendra Sangathan (NYKS), l’un des plus grands réseaux de jeunes au monde, sont formés pour organiser des réunions et des discussions avec des adolescentes et des familles de la communauté sur les messages diffusés par Naubat Baja.

L’initiative est l’une des stratégies innovantes employées par l’UNFPA et les partenaires impliqués, pour s’assurer que les jeunes sont conscients de leurs droits et opportunités, ont accès à des informations et des services précis concernant leur santé et leur bien-être, et sont capables de participer et de contribuer à s’attaquer aux problèmes sociaux qui les touchent », explique le représentant adjoint de l’UNFPA en Inde, Sriram Haridass.

Une fois que les stratégies commenceront à porter leurs fruits et que de nombreuses initiatives telles que Naubat Baja engageront et autonomiseront des jeunes comme Shreya, des milliers de Sapnas oseront rêver.

L’affiche de Naubat Baja contre le mariage des enfants le résume bien. Je laisserai les rêves de mes enfants s’envoler, dit la mère à côté de la petite fille heureuse à l’école.

Une version de cette histoire a été publiée par l’agence des Nations Unies pour les droits reproductifs (UNFPA) au début du mois. Vous pouvez le trouver ici.

* nom changé pour protéger l’identité

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite