#image_title

L’Italie suit la France en renforçant la sécurité après l’attaque d’une salle de concert revendiquée par l’EI en Russie

L’Italie a suivi la France en renforçant la sécurité suite à l’attaque contre une salle de concert de la banlieue de Moscou et à la revendication de responsabilité par un affilié du groupe État islamique.

L’attaque a renouvelé l’attention en Europe sur le risque posé par les extrémistes, et en particulier leur filiale d’Asie centrale, alors que le continent se prépare à de grands événements tels que les Jeux olympiques de Paris et le Championnat d’Europe en Allemagne.

La France a augmenté dimanche sa posture d’alerte sécuritaire au plus haut niveau. En Italie, une réunion du Conseil national de sécurité lundi a abouti à la décision de renforcer la sécurité autour des célébrations de la Semaine Sainte menant à Pâques ce week-end.

En Allemagne, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Cornelius Funke, a déclaré que la menace des extrémistes islamiques « reste aiguë, mais que l’évaluation des risques par les autorités n’a pas changé jusqu’à présent à la suite de l’attaque de Moscou ».

En Serbie, des agents de la police secrète armés de mitrailleuses ont été vus patrouillant dans les rues de Belgrade ce week-end. Le président Aleksandar Vucic a déclaré que ces policiers et des policiers en civil surveilleraient les sites sportifs et les centres commerciaux de la capitale. La mesure a été critiquée par les opposants de Vucic comme étant inutile et conçue pour effrayer la population.

Une filiale du groupe État islamique, connue sous les noms d’ISIS-K, IS-K ou ISPK, a revendiqué la responsabilité de l’attaque de Moscou, une affirmation confirmée par les États-Unis et d’autres responsables occidentaux. La filiale a mené des attaques à plusieurs reprises en Afghanistan depuis la prise du pouvoir par les talibans en 2021.

C’est à l’origine de l’attentat suicide d’août 2021 à l’aéroport de Kaboul qui a fait 13 morts parmi les soldats américains et environ 170 Afghans lors du retrait chaotique des États-Unis. Il a également revendiqué la responsabilité d’un attentat à la bombe à Kerman, en Iran, en janvier, qui a tué 95 personnes lors d’une procession commémorative.

Mais il a également été actif et sur le radar des autorités en Europe.

L’IS-K, qui, selon Funke, du ministère allemand de l’Intérieur, est à notre connaissance la filiale la plus agressive de l’EI à l’heure actuelle, a été lié par les autorités allemandes à trois complots présumés depuis juillet.

Il s’agit notamment d’un plan présumé qui a incité les autorités à renforcer la sécurité à la cathédrale de Cologne à Noël et, plus récemment, de l’arrestation la semaine dernière de deux Afghans accusés d’avoir projeté d’attaquer la police près du parlement suédois en réponse à l’incendie de copies du Coran, le livre sacré musulman.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que Paris disposait de renseignements désignant une entité de l’EI comme responsable de l’attaque de Moscou et que le groupe serait impliqué dans plusieurs tentatives d’attentats ces derniers mois en France.

Il n’a pas nommé spécifiquement l’IS-K, mais a déclaré lors d’un voyage en Guyane française que c’était la raison pour laquelle la France avait déclenché son alerte de sécurité par mesure de précaution.

Le Premier ministre français Gabriel Attal a déclaré que 4 000 soldats étaient prêts à être déployés en plus des 3 000 soldats qui patrouillent déjà à travers le pays dans les gares et à proximité de sites comme les écoles, les lieux de culte et les salles de concert.

___

Les rédacteurs d’Associated Press Colleen Barry à Milan, Sylvie Corbet à Paris et Dusan Stojanovic à Belgrade, en Serbie, ont contribué à ce rapport.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite