#image_title

L’exposition de Pierre Bonnard à Phillips Collection s’ajoute à la grande année française | Diplomate de Washington

L'exposition Pierre Bonnard à Phillips Collection s'ajoute à la grande année française
The Palm, huile sur toile peinte par Pierre Bonnard en 1926. Acquis en 1928 par la Phillips Collection, Washington, DC (2024 Artists Rights Society, New York)

Pour tous ceux qui aiment la couleur et la lumière sur toile, la dernière exposition de Phillips Collections est à ne pas manquer.

Mondiaux Bonnards ne suit pas le parcours typique d’une rétrospective et n’en sert que mieux le spectateur. Au lieu d’une exploration chronologique de l’œuvre de Pierre Bonnard, nous avons fait un voyage par décor et par lieu. Des peintures réalisées à des décennies d’écart mais inspirées par le même lieu sont accrochées côte à côte.

C’est un artiste qui aime tellement communiquer à travers l’art ses pensées et ses sentiments intangibles, a déclaré la conservatrice en chef de Phillips, Elsa Smithgall. Le diplomate de Washington. C’est juste devenu une sorte d’idée organisatrice de dire : et si nous regardions le travail de Bonnard à travers cette lentille et commençons par le monde extérieur, de magnifiques paysages ensoleillés, des jardins luxuriants et des vues sur la terrasse, et que nous nous faufilions progressivement vers ces moments plus calmes, les espaces domestiques de ses maisons ?

Une grande année pour la France encore plus grande

C’est une grande année pour la France, le pays de naissance, de vie et de mort de Bonnard. L’impressionnisme fête ses 150 ans. Nous approchons du 80e anniversaire du jour J. Et bien sûr, les Jeux olympiques nous attendent. La collection Phillips vient s’ajouter à la liste avec ce regard sur Bonnard et la façon dont son pinceau a régalé la France. Il s’agit de la première grande rétrospective de l’œuvre de Bonnard au musée depuis deux décennies, et l’exposition fournit un argument convaincant en faveur du talent du membre souvent négligé du groupe post-impressionniste de peintres français connu sous le nom de Nabis.

Il y a une intimité et une profondeur émotionnelle dans les choix d’exposition, alors que les visiteurs du musée explorent la façon dont Bonnard a représenté les lieux qui l’ont façonné et ému, depuis les espaces intérieurs de sa maison jusqu’aux plus grandes étendues de Paris, de Normandie et du sud de la France. La lumière éblouit, les couleurs submergent.

 – Actusduweb.com
<em>Nu dans un intérieur<em> huile sur toile de Pierre Bonnard 1935 National Gallery of Art Washington DC Provenant de la collection de M et Mme Paul Mellon 2024<br >Société des droits des artistes New York

« Je pense que c’est passionnant, surtout quand on prend un artiste comme Bonnard dont le travail peut tisser des fils tout au long de sa carrière », a déclaré Smithgall. C’est une nouvelle façon d’appréhender le travail.

C’est une exposition immersive, pleine de couleurs vives et de toiles lumineuses. Le spectacle ouvre très tôt le décor aux spectateurs, avec cette citation de Bonnard placardée au mur en caractères massifs : J’ai tous mes sujets sous la main. Je vais les voir. Je prends des notes. Et puis je rentre chez moi. Et avant de peindre, je pense, je rêve.

Mondiaux Bonnards est une exposition massive et couvre un vaste terrain. L’absence de chronologie propulse le spectacle et lui confère un véritable dynamisme. Plutôt que de se sentir forcé ou aléatoire, c’est une façon éclairante de découvrir cet artiste et son travail.

Co-organisée par la Phillips Collection et le Kimbell Art Museum de Fort Worth, au Texas, l’exposition met également en lumière le lien qui unit la galerie DC à l’artiste. Le fondateur du musée, Duncan Phillips, a été l’un des premiers à croire en l’artiste et le premier tableau qu’il a acquis auprès de Bonnard en 1925 (Femme avec un chien) est exposé. Bonnard s’est même rendu à Washington DC en 1926, et le musée possède aujourd’hui l’une des plus grandes collections de son œuvre dans un musée hors de France.

« Les couleurs fusionnent comme des vagues »

Dans plusieurs pièces de l’exposition, la maison est le décor et l’intimité est au centre. Alors que les visiteurs voyagent à l’intérieur et voient tout, depuis les aliments et les fleurs qui se trouvaient sur sa table jusqu’à la façon dont il a imaginé sa partenaire de longue date, Marthe, chez elle. toilettes les couleurs fusionnent comme des vagues et saturent tout.

Toute critique de Bonnard ne peut pas être longue sans souligner sa fascination pour les animaux. Des chats et des chiens figurent dans ses œuvres, avec des petits visages joyeux et étranges. L’émission note que lui et Marthe avaient six teckels, tous nommés Poucette ou Thumbelina. Et c’est toujours un jeu amusant de trouver les chats cachés dans ses peintures et de choisir votre préféré.

Dans son travail, les gens sont représentés de manière un peu étrange, ses chats sont mignons mais décalés, mais ses mondes sont toujours baignés d’une lumière inégalée. L’exposition voyage à l’extérieur de la maison, embrassant le monde depuis une fenêtre, puis sur la terrasse, puis dans le jardin lui-même avant de pénétrer dans les vastes étendues sauvages d’un paysage. Bonnard fait des choses avec de l’huile qui ressemblent à du pastel, et il y a une riche beauté et des détails fascinants à travers les peintures exposées alors que vous êtes transporté d’un décor d’intimité à l’étendue.

Sur une image, vous êtes sur un balcon, face à un monde de vie verte et de couleurs vibrantes. Un chien regarde par une porte-fenêtre. Dans une autre, vous êtes entièrement immergé dans une mer de couleurs, des jardiniers au travail sous un ciel violet et doré.

À maintes reprises, Bonnard brise les règles et réinvente la peinture de paysage en faisant en sorte que tout ressemble à une peinture de paysage, même les moments intimes de la vie ou la simplicité de regarder par la fenêtre.

Les visiteurs ont l’occasion dans cette exposition de prendre le point de vue de Bonnard, de parcourir les points de vue de sa vie et de les explorer tout au long de son œuvre. Comme j’ai entendu dire un visiteur alors que je déambulais dans les chambres : Ces paysages sont délicieux.

L’inspiration des impressionnistes est également visible dans Early Spring de 1908, mais le défi qu’il a dû relever est également celui d’aller plus loin et, comme il le dit, de les surpasser dans leurs impressions naturalistes de couleurs. C’est le monde de Bonnard, déclare l’exposition, et les visiteurs du musée prennent son point de vue tout au long, voyant le monde à travers ses yeux, mais hors du temps, hors séquence.

« Mystérieux et séduisant »

Matisse a fait l’éloge d’un tableau exposé, Panier de fruits de 1946, comme étant si mystérieux et séduisant. C’est une bonne façon de décrire l’exposition elle-même, qui est un régal de couleurs et de lumière. Tout au long des œuvres exposées, il y a des corps roses, du soleil violet et du jaune partout. Les gens semblent exploser hors de la verdure dans son Twilight (Le jeu de croquet) de 1892, leurs tenues géométriques surgissant des verts profonds et différents. Trois pousses de lumière dorée émergent de l’arrière-plan, et les femmes dans le coin sont des visions floues de robes blanches jaillissant de l’image aplatie.

Chez Bonnard, même s’il s’agit d’une scène domestique, il y a une volonté de capturer quelque chose de sauvage, que ce soit dans la richesse des plantes sur une table de cuisine, le visage étrange et étranger d’un animal de compagnie, ou la vue inattendue de personnes vivant dans un environnement violet et incandescent. corps. Cette exposition est une vitrine de la couleur dans son intensité maximale, et une invitation bienvenue à comprendre un artiste singulier et la France qu’il a connue.

Mondiaux Bonnards est à la Phillips Collection jusqu’au 2 juin 2024.

Mackenzie Weinger

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite