Les Wallabies sans victoire dépendent du savoir-faire d’Eddie en matière de tournoi

SYDNEY (Reuters) – Les affirmations fréquentes d’Eddie Jones selon lesquelles l’Australie peut remporter la Coupe du monde de rugby en France pourraient paraître un peu minces auprès des fans des Wallabies au vu des résultats récents, mais ils n’ont désormais d’autre choix que de faire confiance au savoir-faire d’un vétéran de la campagne en matière de tournoi.

L’Australie semble certainement avoir besoin de tout l’avantage possible alors qu’elle se dirige vers le tournoi sans victoire en cinq tests cette année et se classe neuvième au monde, les triomphes de 1991 et 1999 s’effaçant rapidement des mémoires.

Jones sait cependant que les Wallabies n’auront pas besoin de battre les meilleurs du monde chaque semaine en France pour accéder à la phase commerciale de la Coupe du monde.

Le rusé Sydneysider de 63 ans a emmené trois équipes à la Coupe du monde en tant qu’entraîneur-chef et dans chacune d’elles, il a réalisé une performance unique, presque parfaite.

Avec l’Australie en 2003, c’était la demi-finale contre la Nouvelle-Zélande à Sydney, où les Wallabies ont déjoué tous les pronostics pour battre les All Blacks et atteindre la finale.

En 2015 à Brighton, son équipe japonaise a stupéfié le monde avec une victoire ultime contre l’Afrique du Sud, qui reste sans doute la plus grande surprise de l’histoire de la Coupe du monde.

La Nouvelle-Zélande a de nouveau été victime en 2019, lorsque l’Angleterre a dominé les champions en titre lors d’une victoire 19-7 à Yokohama qui les a propulsés dans la course au titre.

Les deux finales ont été perdues et le Japon est quand même sorti en phase de poules, mais Jones sait également qu’une campagne réussie pour l’Australie en Coupe du monde en 2023 ne signifie pas nécessairement soulever le trophée.

Le fait que la France, l’Irlande, première mondiale, l’Afrique du Sud, championne en titre, et la Nouvelle-Zélande, toujours forte, soient de l’autre côté du tableau sera certainement utile.

Si les Wallabies parviennent à sortir d’une poule C comprenant également le Pays de Galles, les Fidji, la Géorgie et le Portugal, ils rencontreront probablement l’Angleterre ou l’Argentine pour une place dans le dernier carré.

Compte tenu des faibles attentes en Australie, une place en demi-finale avec la promesse de meilleurs résultats lorsque l’Australie accueillera la Coupe du monde en 2027 devrait être considérée comme un bon résultat.

DE GRAVES FAIBLESSES

Le showman de Jones a soutenu qu’un troisième triomphe des Wallabies en Coupe du Monde était une possibilité, même si les preuves des cinq premiers tests de son deuxième règne suggèrent le contraire.

Il a abandonné ses tentatives de bâtir sur ce qu’il avait hérité de Dave Rennie après les défaites contre l’Afrique du Sud et l’Argentine, abandonnant des vétérans comme Michael Hooper et Quade Cooper et lançant les dés sur des jeunes prometteurs.

Reste à savoir si les jeunes pourront franchir le pas, même s’il y a eu de bons signes lors de la défaite 23-20 contre les All Blacks lors du deuxième test de la Bledisloe Cup.

Un 41-17 humilié face à la France lors de son dernier échauffement a cependant une fois de plus révélé de sérieuses faiblesses auxquelles il faudra remédier de toute urgence.

Les 14 pénalités concédées indiquent que le peloton des Wallabies, mené par le nouveau capitaine Will Skelton, n’a pas encore trouvé le juste équilibre entre agressivité et discipline.

Même si les coups de pied arrêtés étaient compétitifs, le maul roulant australien est loin d’être l’arme dont tous les prétendants au titre auront besoin.

La décision de Jones de jeter tous ses jetons sur Carter Gordon à l’ouverture s’est également retournée contre lui lorsque le joueur de 22 ans, qui n’est pas un botteur régulier en Super Rugby, a eu un jour de repos depuis le tee du Stade de France.

L’Australie compte de nombreuses menaces en défense, avec l’ancien joueur vedette de la ligue de rugby, Suliasi Vunivalu, qui commence à récompenser la patience de Jones au sein d’un corps d’arrières extérieurs déjà dangereux.

Si des joueurs comme Vunivalu, Marika Koroibete, Mark Nawaqanitawase, Andrew Kellaway et même l’adolescent Max Jorgensen obtiennent un bon ballon dans l’espace, l’Australie aura suffisamment de puissance de feu pour sortir de la poule.

Après cela, c’est le rugby à élimination directe et le palmarès de Jones lors de quatre Coupes du monde précédentes – il a également été conseiller de l’équipe triomphante des Springboks en 2007 – suggère qu’il ne serait pas judicieux d’écarter les Wallabies.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite