Les dirigeants européens approuvent l’utilisation des bénéfices provenant des avoirs russes gelés

BRUXELLES Les dirigeants de l’UE ont approuvé des projets sans précédent visant à utiliser les bénéfices générés par le gel des avoirs de l’État russe pour la reconstruction de l’Ukraine et ont appelé la Commission européenne à présenter des propositions juridiques à cet effet, selon les conclusions du sommet du Conseil européen.

« Des progrès décisifs sont nécessaires, en coordination avec les partenaires, sur la manière dont les revenus extraordinaires détenus par des entités privées provenant directement des actifs immobilisés de la Russie pourraient être affectés au soutien de l’Ukraine, à son redressement et à sa reconstruction, conformément aux obligations contractuelles applicables et conformément aux accords de l’UE et droit international. Le Conseil européen appelle le Haut Représentant et la Commission à accélérer les travaux en vue de présenter des propositions », ont-ils écrit.

Sur environ 300 milliards de dollars de réserves de change russes gelées par les pays participant aux sanctions au début de la guerre de Moscou contre l’Ukraine, la majorité, plus de 200 milliards, se trouve dans l’UE. Lorsque les titres russes arrivent à échéance et sont réinvestis par les intermédiaires financiers, ils génèrent un profit.

L’UE a lancé l’idée de taxer ces bénéfices au profit de l’Ukraine, mais la Banque centrale européenne et certains pays de l’UE Des capitales, dont Paris et Berlin, ont exprimé des doutes. Ils craignent que cette décision ne perturbe les marchés financiers et n’affaiblisse le statut de monnaie de réserve de l’euro.

Lors d’un sommet à Bruxelles vendredi, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a demandé aux dirigeants un mandat pour faire des propositions juridiques, soulignant une déclaration de soutien des ministres des Finances du G7 publiée plus tôt ce mois-ci, selon des personnes proches des discussions des dirigeants.

Au sein de l’UE, les pays baltes, le Danemark, la Suède, la Finlande et la Pologne se sont tous prononcés en faveur de cette idée. Le Premier ministre belge Alexander De Croo a exigé que tous les risques juridiques, macroéconomiques et monétaires soient pris en compte, tout comme le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, mettant en garde contre la prudence.

La chambre de compensation belge Euroclear gère 180 milliards d’actifs de l’État russe, selon le gouvernement belge, et a généré 3 milliards de bénéfices au cours des neuf premiers mois de l’année, selon ses résultats trimestriels publiés jeudi. Le Luxembourg abrite Clearstream, une autre chambre de compensation détenant actuellement des titres russes gelés.

La décision intervient le dernier jour du sommet du Conseil européen des dirigeants de l’UE à Bruxelles. Cependant, l’idée d’exploiter ces actifs russes au profit de la reconstruction de l’Ukraine après l’invasion totale du président russe Vladimir Poutine circule depuis qu’ils ont été gelés sous les sanctions occidentales il y a plus d’un an.

En juin, von der Leyen s’était engagée à élaborer une proposition sur la manière de tirer parti des actifs de l’État russe « avant les vacances d’été », mais aucune n’a été présentée en raison des inquiétudes exprimées par la BCE et certaines capitales.

La Commission a ensuite cherché à préparer une déclaration du G7 sur l’exploitation des atouts russes pour l’Ukraine, afin de garantir que l’UE ne supporterait pas les risques juridiques et financiers liés à une décision aussi sans précédent. Malgré les tentatives de l’UE d’y parvenir lors des récentes réunions des ministres de la Justice et des Finances du G7, cela n’a pas non plus eu lieu.

Les dirigeants de l’UE ont fait une percée alors que la guerre entre Israël et le Hamas menaçait d’éclipser la guerre russe en Ukraine. Des propositions sont attendues d’ici un an, a déclaré un responsable de la Commission.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite