#image_title

L’économie de Biden continue de gâcher le message de Trump

Il s’agit d’un net tournant à la hausse pour Biden après une période épuisante de flambées de prix qui a aigri l’humeur des électeurs et endommagé les cotes de popularité du président. Biden a toujours reçu de mauvaises notes sur sa gestion de l’économie, les sondages montrant que les problèmes de coût de la vie figurent parmi les principales préoccupations des Américains.

Mais aujourd’hui, alors que le risque de récession semble s’éloigner, même les proches alliés de Trump reconnaissent qu’il devient difficile de raconter aux électeurs une sombre histoire sur l’économie. Et même si c’est loin d’être certain, il est désormais possible que la santé économique du pays devienne un atout électoral pour Biden d’une manière inattendue.

Je pense que c’est la question du jour, a déclaré Stephen Moore, chercheur principal à la Heritage Foundation et économiste chez FreedomWorks, proche de la campagne Trump. Vous ne pouvez pas blâmer le président lorsque les politiques tournent mal, puis dire qu’il n’est pas responsable si les choses vont bien.

Moore, qui a déclaré avoir rencontré Trump en décembre et discuté des perspectives économiques, a ajouté : Si cela continue, là où vous voyez une forte croissance de l’emploi et aussi si vous voyez les salaires dépasser l’inflation, comme cela a été le cas au cours des neuf derniers mois environ, cela sera certainement le cas. rend l’argument moins convaincant.

Trump a répondu en lançant une série de contre-arguments minimisant le rôle de Biden dans la reprise économique, suggérant notamment que les gains des marchés boursiers étaient en réalité de sa faute.

Lundi, il a affirmé sur Truth Social que les électeurs profitaient déjà d’un MARCHÉ BOURSIERS DE TRUMP parce que l’économie anticipait sa victoire éventuelle. Pour l’instant, a déclaré Trump, TOUT LE RESTE EST TERRIBLE (REGARDEZ LE MOYEN-ORIENT !)

Mais les économistes ont rapidement rejeté cette affirmation, et la théorie selon laquelle Trump devrait obtenir le mérite d’une économie supervisée par Biden s’est également révélée trop exagérée pour de nombreux républicains.

Je n’en ferais pas mon principal argument, a déclaré Charlie Gerow, un stratège républicain basé en Pennsylvanie. L’économie est bonne parce que certains événements futurs ne constituent généralement pas le meilleur argument.

L’ancien conseiller économique de Trump à la Maison Blanche, Larry Kudlow, qui avait initialement lancé l’idée que Trump méritait d’être crédité pour les gains actuels des actions, a également depuis renoncé à cette idée. C’était une concession remarquable étant donné que Kudlow est l’un des commentateurs économiques pro-Trump les plus fiables.

Je suis un courtier honnête, a-t-il déclaré sur Fox News à la suite de chiffres du PIB meilleurs que prévu. Si j’étais (Biden), je m’en vanterais aussi.

Les électeurs n’oublieront ni ne pardonneront toute la misère et le désespoir que Joe Biden a enduré en seulement quatre ans, a déclaré le porte-parole de la campagne Trump, Steven Cheung. Les Américains savent qu’ils étaient mieux lotis avec le président Trump à la Maison Blanche. Après presque quatre années de présidence désastreuse de Biden, nous avons besoin d’un retour aux politiques « America First » qui ont réussi à maintenir la sécurité de notre pays et à dynamiser l’économie pour tous les Américains.

Les responsables de Biden disent qu’ils reconnaissent que le président fait face à une bataille difficile pour vendre son propre programme, même avec les récents vents économiques favorables. La plupart des Américains restent sceptiques quant à la trajectoire globale de l’économie ou déclarent avoir du mal à identifier les politiques spécifiques qui les ont affectés. Les prix des produits alimentaires, par exemple, ont dépassé l’inflation et ont augmenté de 25 pour cent par rapport à ce qu’ils étaient il y a quatre ans.

Un récent sondage de l’Associated Press-NORC Center for Public Affairs Research a révélé que 65 pour cent des Américains considèrent globalement l’économie comme mauvaise.

Biden, dans ses propres discours, s’est donné beaucoup de mal pour reconnaître que l’administration doit faire davantage. Mais il a également redoublé d’efforts pour comparer directement ses réalisations au bilan du premier mandat de Trump, le décrivant comme se souciant uniquement d’aider les riches et les entreprises.

Trump ne sera pas honnête à propos de l’économie pour la même raison qu’il a encouragé l’effondrement du marché avant les prochaines élections, a déclaré vendredi le directeur de la réponse rapide du Comité national démocrate, Andrew Floyd, dans un communiqué. Il ne se soucie que de lui-même et il laissera les familles de travailleurs à l’abandon s’il pense que cela peut l’aider, lui et ses amis ultra-riches.

Au milieu de toutes les nouvelles économiques prometteuses, les alliés de Trump affirment que son meilleur argument contre Biden est peut-être désormais le plus simple : les prix sont toujours plus élevés qu’ils ne l’étaient sous son administration. Ils disent que cela touche au sentiment que de nombreux Américains ont à propos de leur portefeuille, même si les indicateurs économiques s’améliorent.

Le désastre de l’inflation de Biden a écrasé les finances de votre ménage. Ce qu’il a fait à vos finances est incroyable. Il a écrasé vos finances et sa politique d’ouverture des frontières. Ils ont démoli vos salaires, a déclaré Trump lors d’un récent rassemblement au Nevada.

Et il existe des problèmes spécifiques liés au coût de la vie que Trump est particulièrement désireux d’exploiter. Un
annonce publiée
par la campagne Trump début janvier a attaqué Biden pour les prix élevés de l’essence et les taux hypothécaires.

C’est la chose qui correspond le plus à ce que ressentent les gens : comment vais-je par rapport à mon salaire ? » dit Moore. Sous Biden, au cours de ses trois premières années, le revenu familial médian moyen a diminué d’environ 2 000 dollars. Et c’est quelque chose que je lui ai dit de continuer à insister.

Moore a ajouté qu’il a exhorté Trump à s’appuyer sur de telles comparaisons directes, en lui montrant des dizaines de graphiques mettant en évidence des éléments de l’économie qui, selon lui, avaient mieux performé sous Trump que sous Biden.

Au sein du Parti républicain, il existe encore un certain espoir que les frustrations économiques des électeurs puissent propulser Trump vers une victoire en novembre. L’optimisme croissant des Américains quant à leur propre situation financière ne s’est pas encore traduit par une vision plus favorable de Biden, et beaucoup restent marqués par le souvenir d’une inflation de 9 %.

Il faudra peut-être plus d’efforts pour faire valoir cet argument que Trump et ses alliés ne l’avaient prévu.

Le taux d’inflation a peut-être baissé, mais les prix ne sont pas revenus au niveau où ils étaient en 2019, a déclaré Whit Ayres, un sondeur républicain de longue date. Et c’est ce qui cause tant d’angoisse aux gens.

Pourtant, les conseillers des deux camps reconnaissent que si l’écart se réduit entre les deux candidats, c’est principalement parce que l’économie est en plein essor et sape ainsi l’argument électoral principal de Trump.

David Siders a contribué à ce rapport.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite