Le gouvernement norvégien risque une crise à cause du conflit énergétique avec l’UE

Le gouvernement norvégien risque une crise en raison d’un paquet controversé de factures énergétiques de l’UE.

Le Parti agraire de centre-gauche a déjà menacé de quitter l’administration d’Oslo si le paquet européen sur l’énergie propre pour tous les Européens était transposé dans la loi norvégienne. Selon lui, cela sapera le contrôle national des ressources naturelles.

Un départ spectaculaire des Agrariens pourrait renverser le gouvernement de coalition, actuellement dirigé par le Premier ministre Jonas Gahr Stre, issu du parti travailliste de centre-gauche.

Le ministère du Pétrole et de l’Énergie, dirigé par les travaillistes, travaille sur la manière de mettre en œuvre le nouveau paquet, selon les médias norvégiens, qui devrait atteindre son paroxysme lorsqu’il atteindra le . Alors que la tension monte, une décision de justice clé attendue mardi devrait clarifier s’il était inconstitutionnel pour la Norvège d’adopter les précédentes lois européennes sur l’énergie.

Les opposants au paquet énergétique craignent qu’il ne rende permanent une perte de souveraineté énergétique, qui a commencé avec le troisième paquet sur le marché de l’énergie adopté par la Norvège en 2018, conduisant à une hausse des prix de l’énergie et à un contrôle moindre des marchés de l’électricité par les régulateurs norvégiens.

Le chef du Parti agraire et ministre norvégien des Finances, Trygve Slagsvold Vedum, a clairement indiqué que son parti adopterait le paquet.

« Ce n’est pas sur la table du gouvernement pour l’instant et s’il apparaît, les Agrariens ne le laisseront pas passer. Nous n’abandonnerons pas plus de pouvoir dans ce domaine », a promis Vedum au journal Dagbladet plus tôt cette année.

Le parti de Vedum a subi une baisse dans les sondages depuis son entrée au gouvernement avec 13 pour cent des voix aux élections nationales de 2021 et seulement 8 pour cent aux élections locales du début de cette année.

Même si la Norvège n’est pas membre du bloc et affiche depuis longtemps un certain scepticisme à l’égard de l’UE, elle continue de mettre en œuvre chaque texte de la législation bruxelloise qui a été adoptée dans le cadre de l’accord sur l’Espace économique européen, n’ayant refusé qu’une seule fois, et même après avoir cédé après un accord sur l’Espace économique européen. changement de gouvernement. L’accord fait de la Norvège une partie du marché intérieur du bloc, sans pour autant être un membre formel de l’UE ni être représentée dans ses institutions.

Le Parti agraire a fait campagne en partie sur la résistance aux politiques énergétiques de l’UE qu’il considère comme érodant la souveraineté de la Norvège sur ses abondantes ressources naturelles.

Si les Agraires mettent à exécution leur menace de quitter le gouvernement, leur partenaire, le Parti travailliste, devra former lui-même un gouvernement ou laisser les conservateurs de centre-droit prendre à nouveau les commandes. Après avoir remporté seulement 48 des 169 sièges parlementaires en 2021, les travaillistes auront du mal à gouverner seuls.

« Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un sujet sensible pour nous tous. Nous devons évaluer le cas en gardant cela à l’esprit et essayer de trouver une solution qui nous renforce finalement », a déclaré Terje Aasland, ministre travailliste du Pétrole et de l’Énergie. a déclaré la semaine dernière au service de presse norvégien NTB.

Le chef du Parti agraire et ministre norvégien des Finances, Trygve Slagsvold Vedum, a clairement indiqué que son parti adopterait le paquet | Terje Bendiksby/NTB/AFP via Getty Images

En 2022, alors que les prix de l’énergie ont grimpé bien au-dessus de ce à quoi les habitants étaient habitués, malgré les ressources naturelles du pays et son excédent énergétique de longue date, de nombreux Norvégiens ont blâmé la coopération énergétique avec l’UE.

La semaine dernière, l’un des principaux syndicats norvégiens a voté pour que le pays quitte l’union européenne de l’énergie et mette fin à la surveillance de l’agence européenne de régulation de l’énergie, l’ACER.

L’agence est un sujet particulièrement controversé en Norvège. La décision de la Cour suprême rendue mardi concerne la légalité du rôle de surveillance de l’ACER dans le pays.

Le ministère norvégien du Pétrole et de l’Énergie n’a pas immédiatement répondu à la demande de commentaires de POLITICO.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite