- Advertisement -

Le gouvernement fédéral annoncera l’Internet haute vitesse pour les personnes âgées et les familles à faible revenu | Nouvelles de Radio-Canada

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Des centaines de milliers de personnes âgées et de familles à faible revenu bénéficieront bientôt d’un accès Internet haute vitesse à 20 $ par mois dans le cadre d’un partenariat entre le gouvernement fédéral et plus d’une douzaine de fournisseurs de services Internet, a appris CBC News.

Les familles recevant le montant maximal de l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) et les personnes âgées recevant le montant maximal du Supplément de revenu garanti (SRG) seront admissibles à Internet avec des vitesses allant jusqu’à 50 mégabits par seconde (Mbps) et 10 Mbps de téléchargement, ou la vitesse disponible la plus rapide dans leur région.

Une annonce est attendue lundi, indique une source gouvernementale.

Quatorze fournisseurs de services Internet, dont Bell, Rogers et Telus, contribuent à l’initiative.

Le déménagement, qui fait partie de l’initiative gouvernementale Connecting Families, a été baptisé Connecting Families2.0. Il met à jour et élargit ce que le gouvernement offrait auparavant avec Connecting Families 1.0. Dans le cadre de ce plan, annoncé en 2017, les familles recevant l’ACE pourraient avoir accès à Internet pour 10 $ par mois.

L’attribution de données passera également à 200 gigaoctets par mois sous la version 2.0.

Le forfait de 10 $ par mois sera toujours disponible pour ceux qui le souhaitent.

Les données de l’Agence du revenu du Canada et d’Emploi et Développement social Canada suggèrent que plus de 800 000 ménages recevant l’ACE et des centaines de milliers d’autres recevant le SRG pourraient être admissibles. Les ménages éligibles recevront une lettre du gouvernement contenant un code d’accès qui pourra être utilisé pour s’inscrire via un portail sécurisé.

Le gouvernement s’est fixé pour objectif de connecter 98 % des Canadiens à Internet haute vitesse d’ici 2026 et 100 % d’ici 2030.

Nouvelles bienvenues, mais plus d’aide nécessaire: les défenseurs

L’accès à Internet à la maison a changé la vie de Ray Noyes.

L’homme de 66 ans d’Ottawa est membre d’ACORN, un groupe qui défend les personnes à revenu faible et moyen, et il n’avait pas Internet pendant la première année de la pandémie, à une époque où les voix sur sa télévision ou sa radio souligneraient à quel point accès indispensable.

« J’entendais constamment à quel point il est important pendant la pandémie de ne pas être isolé », a-t-il déclaré.

« On m’a répété encore et encore à quel point il était important d’avoir Internet pour éviter l’isolement social, qui est considéré comme très mauvais, et j’ai trouvé cela très frustrant. »

Ray Noyes, montré dans son appartement d’Ottawa dimanche, est membre du groupe de défense ACORN. Noyes, qui n’avait pas les moyens d’accéder à Internet au cours de la première année de la pandémie de COVID-19, se félicite du plan du gouvernement pour un accès Internet haute vitesse à 20 $/mois. (Buntola Nou/CBC)

Noyes a finalement pu obtenir un accès à Internet à la maison grâce au programme Connected for Success de Rogers. Il a dit que cela l’avait beaucoup aidé, notamment avec son trouble bipolaire et sa dépression.

« Cela a été une grande différence, et cela a fait beaucoup de bien à mon humeur », a-t-il déclaré.

Bien que Noyes se réjouisse de Connecting Families 2.0, il a déclaré qu’il craignait que le programme ne couvre pas toutes les personnes âgées et les familles à faible revenu et que ceux qu’il couvre déjà dans le cadre du programme de 10 $ par mois ne soient peut-être pas en mesure de payer le coût accru d’un Internet plus rapide.

« Nous craignons que les familles qui participent déjà au programme bénéficient de droits acquis et obtiennent cette vitesse plus élevée », a-t-il déclaré.

Marion Pollack, présidente du conseil d’administration de la 411 Seniors Centre Society de Vancouver, a déclaré qu’elle partageait ses préoccupations.

Bien qu’elle ait dit que le programme amélioré est une «première étape très importante», elle souhaite qu’il soit étendu à toutes les personnes âgées à faible revenu et pas seulement à celles qui reçoivent le montant maximal du SRG.

« C’est une petite minorité de personnes âgées à faible revenu », a déclaré Pollack.

« Comme cela se limite uniquement aux personnes âgées qui reçoivent le SRG maximal, nous maintenons tout un tas d’autres personnes âgées du mauvais côté de la fracture numérique. »

Marion Pollack, présidente du conseil d’administration de la 411 Seniors Centre Society de Vancouver, dit qu’elle souhaite voir un accès Internet haute vitesse abordable étendu à toutes les personnes âgées à faible revenu, ainsi qu’un programme de formation sur l’utilisation d’Internet. (Radio-Canada)

Pollack a déclaré que l’accès à Internet est essentiel pour obtenir des informations sur les vaccins COVID-19 pour les personnes âgées, leur permettant de remplir numériquement les formulaires gouvernementaux et leur permettant de rester plus facilement en contact avec leur famille et leurs amis.

Mais elle souhaite également voir des programmes gouvernementaux former les personnes âgées aux compétences Internet, y compris comment se protéger contre les escroqueries en ligne, et fournir des tablettes et des ordinateurs remis à neuf ou neufs aux personnes âgées à faible revenu.

Pollack a déclaré que son centre avait compris à quel point il était essentiel d’avoir accès à Internet et aux compétences numériques lorsque la Colombie-Britannique a introduit son programme de passeport vaccinal.

« Nous aidions quotidiennement les personnes âgées à remplir le passeport vaccinal », a-t-elle déclaré.

Annie Kidder, directrice exécutive du groupe torontois de défense de l’éducation publique People For Education, a également salué la nouvelle.

Elle a déclaré que l’apprentissage en ligne pendant la pandémie a montré que la vitesse et la qualité d’Internet sont une question d’équité.

« Si vous aviez deux enfants à la maison qui apprenaient en ligne ou interagissaient avec des enseignants en ligne, si vous aviez un Internet lent et glitché, c’était un énorme problème », a déclaré Kidders.

« Cela signifie que dans une salle de classe, il n’y a pas ce sentiment de division entre qui a le meilleur équipement ou l’Internet plus rapide ou l’accès le plus facile, et qui ne l’a pas. »

Mais Noyessaid, il n’est pas sûr que le gouvernement soit sur la bonne voie pour atteindre son objectif d’avoir tous les Canadiens en ligne d’ici la fin de la décennie.

« Ce n’est peut-être pas assez, assez vite », a-t-il déclaré.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite