#image_title

La visite de Macron au Brésil souligne les limites du dialogue entre la France et un leader du Sud

Emmanuel Macron et Luiz Inacio Lula da Silva se rencontrent au palais présidentiel du Palcio do Planalto à Brasilia, le 28 mars.

Poignée de main, champagne et tape dans le dos étaient de mise au terme de la visite d’État de trois jours d’Emmanuel Macron au Brésil, jeudi 28 mars. Le président français avait fait un tour éclair en Amazonie, São Paulo, Rio de Janeiro et enfin Brasilia. Depuis la capitale, Macron a exprimé sa volonté de relancer les relations entre les deux pays, ainsi que sa proximité avec son homologue Luiz Inacio Lula da Silva. Un déjeuner gastronomique dans le style de la région brésilienne de Bahia a été organisé au ministère des Affaires étrangères d’Itamaraty, avec la participation de l’ancien footballeur Rai Souza Vieira de Oliveira et du milieu offensif français Dimitri Payet, qui joue actuellement pour le club de football CR Vasco da Gama de Rio.

Un peu plus tôt, Macron a été accueilli au palais présidentiel Palcio do Planalto, œuvre monumentale du célèbre architecte brésilien Oscar Niemeyer, située sur la place des Trois Pouvoirs ravagée par des émeutiers fidèles à l’ancien président Jair Bolsonaro le 8 janvier 2023. et la quasi-totalité du gouvernement brésilien présent, Lula a tenu à saluer solennellement son hôte français, qu’il a serré dans ses bras à plusieurs reprises, avant de lui remettre la plus haute distinction du pays réservée aux étrangers, la Grand-Croix de l’Ordre du Croix du Sud. En échange, Macron a décerné la Légion d’honneur française à la première dame du Brésil, Rosngela da Silva, dite « Janja ». Pourtant, derrière ces sourires et ces embrassades légères, la rencontre entre les deux dirigeants a été dominée par des sujets graves, à commencer par les guerres d’Ukraine et de Gaza.

A l’issue de leur entretien, le président brésilien a martelé son engagement à « négocier » pour la « paix », alors que son homologue français n’avait pas exclu, il y a un mois, d’envoyer des troupes en Ukraine pour l’aider à résister aux assauts russes. « Je suis à tellement de milliers de kilomètres de l’Ukraine que je ne suis pas obligé d’éprouver la même nervosité que les Français qui sont plus proches », a déclaré Lula, ajoutant que Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine « doivent s’entendre ».

« La France est une puissance de paix, mais elle n’est pas faible et défend la démocratie et le droit international », a rétorqué Macron, qui a estimé que la participation du président russe au sommet du G20 au Brésil en novembre, à l’invitation de Lula, devait faire l’objet d’une discussion. consensus des membres du groupe avant d’être confirmé. « Si ce n’est pas une réunion utile et si elle crée des divisions, il ne faut pas la faire », a suggéré le dirigeant français à son homologue.

« Lula ne peut pas tourner le dos à la Russie »

Il vous reste 62,75% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite