#image_title

La loi sur les marchés numériques va changer la façon dont vous utilisez les applications

Un grand changement est là pour la grande technologie et cela pourrait bien améliorer votre vie en cours de route.

Premièrement, un certain contexte s’impose. Depuis plusieurs années, les entreprises technologiques et les régulateurs européens se battent pour les magasins d’applications, l’accès équitable et le marché numérique en général. Cela a conduit l’UE à donner vie à la loi sur les marchés numériques (DMA) en 2022.

Bien que le DMA soit complexe et multiforme, ses règles visent globalement à rendre l’économie numérique plus juste et plus ouverte. Cela signifie que les entreprises qui sont souvent les gardiens du contenu numérique, comme Apple et Google, seront obligées de s’ouvrir, permettant l’interopérabilité et davantage de concurrence dans tous les domaines, des paiements à la messagerie.

Alors pourquoi les choses se réchauffent-elles maintenant ? Eh bien, lorsque le DMA est entré en vigueur, les entreprises concernées par ses règles se sont vu accorder un délai pour se mettre en conformité, mais ce délai approche très bientôt. Le 6 mars en fait.

Le <3 de la technologie européenne

Les dernières rumeurs sur la scène technologique européenne, une histoire de notre sage vieux fondateur Boris et un art de l’IA discutable. C’est gratuit, chaque semaine, dans votre boîte de réception. S’inscrire maintenant!

Cela nous laisse avec quelques questions : que va changer exactement le DMA ? À quoi ressemblera l’avenir du monde numérique ? Et quel impact cela aura-t-il sur vous ?

Pour en savoir plus, nous nous sommes entretenus avec Enrique Collado, vice-président de la croissance et du marketing chez Softonic, une plateforme de distribution de logiciels fondée en 1997.

Photo de profil d – Actusduweb.com'Enrique Collado, vice-président de la croissance et du marketing chez Softonic
<a target= blank href= data url=httpstwittercomintenttweeturl=https3A2F2Feditorialthenextwebcom2Fecosystems2F20242F012F312Fthe digital markets act will change how you use apps2Fvia=thenextwebrelated=thenextwebtext=Check out this picture on Enrique Collado VP of Growth and Marketing at Softonic data title=Share Enrique Collado VP of Growth and Marketing at Softonic on Twitter data width=685 data height=500 class=post image share popitup title=Share Enrique Collado VP of Growth and Marketing at Softonic on Twitter rel=noopener><i class=icon icon inline icon twitter dark><a>Enrique Collado vice président de la croissance et du marketing chez Softonic
Photo de profil d – Actusduweb.com'Enrique Collado, vice-président de la croissance et du marketing chez Softonic

Pourquoi le DMA est-il important ?

Tout d’abord. Collado me dit que la loi sur les marchés numériques brisera le monopole des grandes technologies sur leurs plates-formes, les services qu’elles fournissent et la manière dont leurs systèmes sont construits.

Il souligne que le terme utilisé par l’UE pour parler de ces énormes sociétés gardiennes est particulièrement approprié, car c’est littéralement ce que font des entreprises comme Amazon et Google : contrôler l’accès.

Ils vous obligent à suivre un chemin spécifique pour interagir, explique Collado, qu’il s’agisse de manipuler la façon dont une personne ordinaire peut utiliser une application ou la manière dont les fournisseurs de logiciels peuvent travailler avec les utilisateurs.

En d’autres termes, avant le DMA, les entreprises technologiques avaient carte blanche pour dicter leur comportement, décider de ce qui était autorisé et restreindre la liberté de choix. Des entreprises comme Apple, Google et Amazon sont devenues, en fait, des barons du numérique.

Alors, que signifie le DMA pour les personnes engagées dans l’économie numérique en tant que fournisseurs ou utilisateurs ? Simple : plus de liberté.

La véritable menace pour les grandes technologies réside dans l’action mondiale que le DMA pourrait inspirer.

Ce qui est intéressant, c’est que même si la réglementation n’est pas encore appliquée, un changement est déjà en cours.

Le spectre imminent du DMA

Collado me fait remarquer que le DMA a déjà un impact sur les entreprises. Cela provoque un changement dans l’esprit et le comportement des six grandes plateformes, dit-il. Les six auxquels il fait référence sont Alphabet, Meta, société mère de Google, ByteDance, propriétaire de TikTok, Microsoft, Amazon et Apple.

Poursuivant, Collado explique que même si l’impact du DMA sur chaque entreprise varie, ils sont unis pour considérer la réglementation comme une menace.

Apple, par exemple, gagne énormément d’argent grâce à son monopole sur l’App Store et fera donc tout son possible pour atténuer l’impact de la réglementation, ce sur quoi il a déjà publié une déclaration.

Cependant, d’autres entreprises se trouvent dans une position unique : elles partagent leurs utilisateurs sur plusieurs plates-formes. Pour Meta, par exemple, il pourrait y avoir des avantages, car la réglementation pourrait permettre un accès plus facile à ces utilisateurs et une plus grande interopérabilité.

La véritable menace pour les grandes technologies vient de la façon dont la loi sur les marchés numériques inspire une action mondiale.

Cela sert d’exemple pour d’autres marchés qui commencent à évoluer dans la même direction, me dit Collado.

Il désigne les États-Unis, le Royaume-Uni et le Japon, certaines des économies les plus avancées du monde, comme étant ceux où cela se produit avec le plus de zèle. Ici, les législateurs proposent divers projets de loi qui auraient un impact similaire à celui de la réglementation européenne.

En étant le premier, le DMA propose un modèle qui pourrait profiter aux utilisateurs du monde entier, et pas seulement à ceux qui vivent à l’intérieur du bloc.

La grande technologie ne s’effondrera pas sans combat

Le changement est déjà en marche, mais que se passera-t-il lorsque le délai pour se conformer au DMA expirera ?

Malheureusement, Collado estime qu’il est peu probable qu’il y ait des changements importants dans l’immédiat. En fait, il faudra peut-être un certain temps avant que les gens se rendent compte de l’impact.

Ce sera un processus lent, dit-il, expliquant que cela est dû au fait qu’il faut du temps pour changer les habitudes des utilisateurs. Cela est particulièrement pertinent lorsque les entreprises font tout ce qui est en leur pouvoir pour dissuader les utilisateurs de profiter des avantages du DMA, qu’il s’agisse d’utiliser des magasins d’applications alternatifs ou d’intégrer des applications de messagerie.

Apple a a déjà montré sa mainsoulignant que les développeurs seront tenus de soumettre leurs applications pour examen et de payer des frais à l’entreprise, même s’ils utilisent des méthodes de paiement différentes.

C’est là que se déroulera le combat, dit Collado.

Android affiche déjà un grand nombre d’avertissements aux utilisateurs lorsqu’ils tentent d’installer des magasins d’applications tiers. et nous pouvons presque garantir qu’Apple fera de même bientôt.

Il s’agit d’une stratégie délibérée qui vise à semer l’incertitude chez l’utilisateur. Le message est clair : vous peut quittez notre jardin clos, mais vous ne devriez vraiment pas.

La manière d’éviter cela, explique Collado, est de construire [user] confiance au fil du temps. Les fournisseurs tiers de logiciels et de services devront fournir un environnement sûr et faire passer ce message.

Ce n’est pas quelque chose qui risque d’arriver ni rapidement ni bientôt.

Mais cela arrivera, dit Collado, je suis convaincu que cela arrivera.

Loi sur les marchés numériques : le grand égalisateur

Même si le DMA ne changera peut-être pas les choses au début, avec suffisamment de temps, les gens verront une véritable différence.

Collado estime que deux groupes seront sensiblement touchés par la réglementation : ceux qui travaillent avec des logiciels et ceux qui les consomment.

Pour le premier, qui comprend des entreprises et des professionnels tels que les développeurs, Collado estime que cela ouvrira un nouveau monde d’opportunités.

Les petites entreprises auront enfin la possibilité de rivaliser sur un pied d’égalité.

Actuellement, ils sont obligés de suivre un certain chemin lorsqu’ils créent des éléments tels que des certificats d’authentification, l’identification des utilisateurs ou des paiements dans leur logiciel. Le DMA pourrait faire sortir tout cela de l’eau.

Cela ouvre la possibilité aux acteurs de différents terrains d’être plus compétitifs et de proposer de meilleures offres sur différentes plateformes qui sont aujourd’hui inexistantes, dit Collado.

Il cite Softonic, sa propre entreprise, comme exemple de la manière dont le DMA pourrait révolutionner les entreprises de cette manière. Actuellement, sur Android, plus de 20 millions d’applications sont téléchargées chaque mois via Softonic, même si Google tente d’en dissuader les utilisateurs.

Si la DMA impose que l’expérience offerte par les magasins alternatifs soit compétitive par rapport à l’expérience officielle, nous voyons un énorme potentiel de croissance dans ce domaine, dit Collado.

Et si iOS s’ouvrait de la même manière ? Collado pense que cela changera complètement la donne, avec un grand nombre de personnes affluant vers des distributeurs alternatifs comme Softonic.

Pour les développeurs et les entreprises, c’est également extrêmement pertinent, dit-il, car ils ne seront pas liés à une solution unique pour commercialiser leurs logiciels dans le monde. Cela leur donne le choix. Possibilités.

Qu’il s’agisse de nouveaux fournisseurs de distribution, de paiements ou d’identification, de nouveaux secteurs entiers pourraient être ouverts par le DMA, dont la création pourrait faire avancer l’ensemble de l’industrie technologique.

Les gagnants : Toi et moi

Alors qu’en est-il du deuxième groupe qui sera énormément impacté par le DMA ? Eh bien, c’est nous : le consommateur final. Le changement, au fil du temps, pourrait être sismique. Tout revient à ce dont nous avons parlé plus tôt : la liberté.

C’est le choix de télécharger des choses d’où vous voulez, de travailler sur différents services et plates-formes, de vous libérer de la situation actuelle.

Voici un petit exemple : pourquoi les applications de messagerie instantanée ne fonctionneraient-elles pas comme le courrier électronique ? Pourquoi ne pouvons-nous pas envoyer une note à quelqu’un sur Facebook Messenger et nous attendre à ce qu’il la voie sur iMessage ? La seule raison pour laquelle nous ne pouvons pas le faire, c’est parce que les grandes entreprises l’ont décidé. Le DMA pourrait résoudre ce problème ainsi qu’une myriade d’autres problèmes, depuis la possibilité de télécharger d’anciennes versions d’applications jusqu’à la manière dont nous réglons les paiements.

En espérant un avenir radieux

Il est temps que l’ensemble de l’écosystème change, dit Collado.

Alors qu’Internet a été construit à l’origine sur des idées d’ouverture et d’interopérabilité, l’essor des grandes technologies a vu une grande partie de ces éléments mis de côté et remplacés par des monopoles et des contrôleurs d’accès.

La loi sur les marchés numériques vise à résoudre ce problème.

Les petites entreprises auront enfin la possibilité de rivaliser sur un pied d’égalité.

Pourtant, à long terme, le DMA et les réglementations similaires pourraient être bénéfiques pour la technologie dans son ensemble. Les startups et les entreprises en plein essor qui obtiennent davantage de parts de marché augmenteront la concurrence, stimuleront l’innovation et façonneront le secteur pour le mieux.

La loi sur les marchés numériques n’est qu’un début. Nous ne savons peut-être pas exactement quand, mais un changement va survenir.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite