#image_title

La Fédération française de football limite son soutien au respect du Ramadan par les joueurs. Les critiques voient de la discrimination

Pour les footballeurs musulmans d’une France profondément laïque, observer le Ramadan est un défi de taille, et cela n’est pas prêt de changer.

Brandissant le principe de neutralité religieuse inscrit dans la Constitution française, la fédération française de football ne facilite pas la tâche des joueurs internationaux qui souhaitent s’abstenir de boire ou de manger de l’aube au coucher du soleil pendant le mois sacré islamique.

Avant les camps d’entraînement qui ont eu lieu en mars, la fédération a clairement indiqué qu’elle ne modifierait pas le calendrier des repas et des entraînements pour accueillir les joueurs souhaitant observer pleinement le rituel religieux.

Certains hommes politiques de gauche, entraîneurs et anciens joueurs ont été indignés ; la fédération a nié les accusations de discrimination religieuse.

Le contexte laïc en France empêche également les arbitres de championnat d’autoriser des pauses dans les matchs pour permettre aux joueurs musulmans de rompre leur jeûne en mangeant un morceau et en buvant en marge pendant les matchs du soir. De telles pauses ont été autorisées dans des pays voisins comme l’Allemagne, l’Angleterre et les Pays-Bas.

La laïcité française, tout en affirmant la liberté religieuse, prévoit que l’État ne favorise aucune religion et reste neutre. La Fédération française de football (FFF) affirme qu’une partie de sa mission consiste à défendre le strict respect de la laïcité dans la vie publique.

Les critiques disent que cela conduit à des règles anti-musulmanes.

Vous voulez leur interdire d’être musulmans. Qu’on le veuille ou non, c’est une part de leur identité qu’on cherche à effacer, a déclaré Demba Ba, l’ancien international sénégalais né en France et musulman.

Il dit avoir jeûné pendant le Ramadan tout au long de sa carrière professionnelle, même les jours de match. Il a décrit des journées particulièrement difficiles lorsqu’il jouait en Premier League anglaise avec Newcastle, avec des matchs parfois programmés à 13 heures l’été, lorsque le soleil se couche tard dans cette partie de l’Angleterre.

Si le catholicisme reste la religion principale, l’islam est la deuxième religion en France, regroupant environ 10 % de la population.

LE MANQUE DE LOGEMENTS EN FRANCE POUR LE RAMADAN VA À CONTRE LA TENDANCE

Dans les pays musulmans, les clubs modifient leur programme d’entraînement pour faciliter la tâche des joueurs qui jeûnent pendant le Ramadan. Ces dernières années, les pays occidentaux ont emboîté le pas et l’approche française semble de plus en plus isolée.

Dans la Premier League anglaise, les capitaines des clubs comptant des joueurs musulmans peuvent s’arranger avec les arbitres pour créer une pause au coucher du soleil afin de permettre aux joueurs de rompre leur jeûne. Les responsables du football australien ont adopté la même approche, en introduisant des pauses pour les joueurs observant le Ramadan pour la première fois cette saison. Aux États-Unis, la Major League Soccer introduit des pauses boissons l’année dernière.

De plus, certaines équipes de Premier League ont signé un Charte des athlètes musulmanss’engageant à créer un environnement plus inclusif.

En France, l’entraîneur nantais Antoine Kombouaré a déclaré l’année dernière qu’il avait aidé ses joueurs à adapter leur emploi du temps aux exigences du Ramadan, mais que le jeûne le jour du match était interdit. pas une option.

Kombouaré laisserait les joueurs jeûner pendant la semaine, mais le jour du match, il ne sélectionnerait pas ceux qui le font.

Je respecte le fait qu’un joueur jeûne. Mais d’un autre côté, il doit respecter les règles que j’ai mises en place, et cela vaut pour tout le monde, a déclaré Kombouaré.

Philippe Diallo, le président de la FFF, nie les accusations selon lesquelles la fédération interdirait effectivement le respect du Ramadan en raison de ses règles strictes.

Personne à la fédération, à commencer par moi, n’a interdit à quiconque de jeûner, a déclaré Diallo à France Info. Je n’accepte pas qu’on dise que la FFF pratique une discrimination religieuse.

La FFF affirme que les joueurs à jeun sont autorisés à sauter des repas et se voient proposer un avis médical. Il affirme également que les joueurs musulmans qui choisissent de reporter leurs jours de jeûne auront une excuse valable aux yeux des autorités religieuses.

La controverse a éclaté l’année dernière lorsque les joueurs français des moins de 23 ans auraient menacé de faire grève pour le droit au jeûne, après qu’Habib Beye, l’entraîneur du Red Star basé à Paris, ait critiqué le cadre de la fédération lié au jeûne religieux.

Je respecte vraiment la foi de mes joueurs, quelle qu’elle soit, a déclaré Beye la semaine dernière. J’ai aussi des joueurs qui pratiquent le Carême. On n’en voit que les inconvénients, mais moi, je n’en vois que les avantages. Cela crée une cohésion, des échanges, une solidarité que les gens ne voient peut-être pas sur un terrain de football.

Beye, qui se dit fils d’un musulman et d’un catholique, estime que les règles strictes sont imposées uniquement aux joueurs musulmans.

J’appelle cela de la discrimination religieuse, a-t-il déclaré.

L’eau et les dattes sont la manière traditionnelle musulmane de rompre le jeûne pendant le Ramadan. L’année dernière, les supporters du Paris Saint-Germain se moquaient des règles de la fédération en déployant lors d’un match une banderole sur laquelle on pouvait lire : Un rendez-vous, un verre d’eau : le cauchemar de la FFF.

LES LIMITES DU FOOTBALL RÉALISENT LA SÉPARATION DU DÉBAT DE L’ÉGLISE ET DE L’ÉTAT

Ces polémiques alimentent le débat persistant sur la laïcité, toujours volatile plus d’un siècle après la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État qui l’a érigée en principe de la République française. La Constitution du pays stipule que la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité de tous les citoyens devant la loi, sans distinction d’origine, de race ou de religion.

Razika Adnani, philosophe laïque qui étudie le rapport à l’islam, a salué la décision de la FFF de maintenir l’interdiction de rompre le jeûne pendant les matches. En refusant de telles pauses, elle a déclaré que la fédération protège les musulmans qui ne jeûnent pas mais pourraient faire semblant de jeûner et s’abstiennent de boire de l’eau, afin d’éviter les représailles de leurs supporters musulmans.

A l’origine, rompre le jeûne était une affaire privée, écrit-elle dans une tribune au journal Le Figaro. Cela se faisait à la maison, en famille ou au restaurant. Interrompre les matches pour permettre aux joueurs de rompre leur jeûne du Ramadan, qui est plus qu’une simple pause rafraîchissante, revient à instaurer cette ambiance du Ramadan sur le terrain de football et à l’imposer à tous les joueurs, à tous les supporters, à tous les spectateurs, dans une forme de fait accompli. .

Aucun incident lié au Ramadan n’a été signalé au cours le dernier rassemblement des joueurs internationaux seniors français. Mais des médias français ont rapporté la semaine dernière que le milieu de terrain lyonnais Mahamadou Diawara avait refusé de rejoindre le camp d’entraînement de l’équipe de France des moins de 19 ans après avoir pris connaissance des règles relatives au jeûne religieux. Sollicités pour commentaires, Lyon et la fédération française n’ont pas donné de raison sur le refus de Diawaras de venir.

Pour garantir une approche neutre, Diallo a déclaré qu’il ne pouvait y avoir de changements dans les horaires et les pratiques communes dans les camps d’entraînement pour des raisons purement religieuses.

Je respecte les convictions de chacun, a-t-il déclaré. Lorsque les joueurs sont sélectionnés en équipe de France, je ne leur pose pas de questions sur leur religion.

La FFF insiste sur le fait que les règles ne sont pas anti-islam et que les joueurs qui souhaiteraient observer le jeûne lié au Carême, par exemple, devraient également respecter le cadre de la fédération et ne seraient pas pris en compte.

Ces polémiques rappellent le débat houleux qui a éclaté lorsque le plus haut tribunal administratif de France a statué l’année dernière que la fédération française de football avait le droit de interdire le foulard dans les compétitions, même si la mesure pourrait limiter la liberté d’expression.

Le Conseil d’État a rendu son arrêt après qu’un groupe de footballeurs portant le foulard, appelé Les Hijabeuses (le mot hijab fait référence au foulard), a fait campagne contre l’interdiction et a lancé une action en justice.

___

Football AP : https://apnews.com/hub/soccer

___

La couverture religieuse d’Associated Press reçoit le soutien des AP collaboration avec The Conversation US, avec le financement de Lilly Endowment Inc. L’AP est seul responsable de ce contenu.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite