#image_title

La cruauté de la France envers les enfants

Lire la version en franais/Lisez l’édition allemande ici/Lire la version espagnole

Jetons dans les rues de la ville les enfants souffrant de maladies infectieuses, cela vous semble-t-il une bonne idée ?

C’est ce que font les autorités aux enfants de Marseille, la deuxième plus grande ville de France, apparemment indifférentes à l’immoralité brutale de ce qu’elles font, sans parler des problèmes de santé publique.

Pour comprendre cette rupture de la décence humaine, concentrons-nous sur un cas, celui d’un adolescent bien appelé R.

Né en Afrique de l’Ouest, R. s’est retrouvé à Marseille, où il a pu séjourner dans un premier temps dans un hébergement d’urgence en février 2021. Là, il a attendu une évaluation de l’âge très importantec’est-à-dire si les autorités régionales des Bouches-du-Rhône le considéraient comme un enfant ou un adulte.

Pendant son séjour là-bas, le centre national de lutte contre la tuberculose lui a diagnostiqué la tuberculose. Aujourd’hui, la tuberculose est évitable et guérissable, mais elle peut être mortelle sans traitement. En fait, après la COVID-19, la tuberculose est aujourd’hui la deuxième cause infectieuse de mortalité dans le monde.

C’est donc naturellement que le Centre national de lutte contre la tuberculose a informé les autorités départementales du diagnostic de Rs et a demandé qu’il soit envoyé dans leurs établissements pour y être soigné. Cependant, malgré de nombreuses relances au service pendant plusieurs mois, R. n’a jamais été redirigé vers ce traitement.

Au lieu de cela, en avril 2021, son évaluation de l’âge a déclaré qu’il n’était pas un enfant et il s’est retrouvé à la rue sans traitement antituberculeux ni soins de suivi.

Ces évaluations de l’âge en France sont souvent ainsi cruciales, mais le les décisions sont super douteuses. Dans près de 75 pour cent des cas, les évaluations sont annulées en appel. Malheureusement, cet examen par les tribunaux peut prendre des mois, voire des années. En attendant, les enfants n’ont pas droit à un hébergement d’urgence, c’est-à-dire qu’ils sont souvent contraints de vivre sans abri, dans la rue.

Ils n’ont pas non plus accès à des services tels que l’éducation, l’assistance juridique, la désignation d’un tuteur et la protection universelle de la santé.

Ce qui nous ramène à l’adolescent R. Non soigné, sa tuberculose s’est propagée à ses os et à sa moelle épinière. En novembre 2021, R. a brusquement perdu toute sensation dans ses deux jambes. Les médecins ont pratiqué une arthrodèse d’urgence, une fusion articulaire et inséré des plaques métalliques dans ses vertèbres.

Aujourd’hui encore, R. souffre de douleurs physiques intenses, il a perdu 60 pour cent de sa mobilité et il y a des mouvements qu’il ne pourra plus jamais refaire. Son le cauchemar aurait pu être évité Si les autorités avaient agi dix mois plus tôt, lorsque R. avait reçu son premier diagnostic.

La mesquinerie, la honte, la myopie des actions des autorités sont épouvantables, mais ce qui est encore pire, c’est que le cas de Rs n’est pas inhabituel.

Un nouveau rapport documente comment le département français des Bouches-du-Rhône, qui comprend Marseille, ne parvient pas à fournir aux enfants migrants non accompagnés les protections dont ils ont besoin et auxquelles ils ont droit.

Ils obligent des enfants à dormir dans la rue pendant des jours ou des semaines à cause de la tuberculose, du VIH, du stress post-traumatique ou de grossesses non détectées en attendant leurs recours en matière d’évaluation de l’âge qui, là encore, sont couronnés de succès dans trois cas sur quatre.

Les autorités devraient cesser d’essayer de se cacher derrière la bureaucratie trop souvent fallacieuse des évaluations de l’âge. Ils devraient supposer que ces gens sont des enfants, car la plupart d’entre eux le sont, et les traiter humainement, sans les jeter à la rue.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite