Ian Bremmer explique : Faut-il s’inquiéter de l’IA ?

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Notre premier arrêt est le long de la frontière glaciale et sombre de la Biélorussie, où des milliers de migrants, pour la plupart originaires du Moyen-Orient, tentent depuis juin de pénétrer dans les États membres de l’UE, la Lituanie et la Pologne.

Ces derniers jours, les tensions à ces frontières se sont considérablement intensifiées. Les migrants, prétendument poussés par la police biélorusse, tentent de franchir les barrières frontalières polonaises. La Lituanie, qui avait initialement laissé entrer certains migrants, a maintenant déclaré l’état d’urgence. Les Polonais, quant à eux, ont envoyé quelque 12.000 soldats à la frontière pour les arrêter, et les responsables polonais accusent les troupes biélorusses de tirer des coups de semonce en l’air pour intimider leurs homologues polonais.

Des responsables européens affirment que la Biélorussie utilise les migrants gelés et mal nourris comme des pions dans une confrontation diplomatique avec l’UE, qui a imposé l’année dernière des sanctions à l’homme fort du président Alexandre Loukachenko pour sa fausse réélection en 2020 et ses violations des droits de l’homme, ainsi que son détournement d’un vol Ryanair en mai dernier. Mais même si cela est vrai, soulignent les critiques de l’UE, les Européens ont eu des mois pour préparer un plan cohérent pour gérer ce problème frontalier et n’ont pas agi. Une querelle en cours entre les fonctionnaires de l’UE et le gouvernement polonais sur des questions d’état de droit a aggravé les choses : les Polonais n’ont pas demandé l’aide des autorités frontalières de l’UE.

Loukachenko, pour sa part, déclare que les mouvements de troupes polonaises constituent une menace pour la Biélorussie et blâme l’UE et les États-Unis pour l’instabilité qui pousse les gens du Moyen-Orient à chercher refuge en Europe en premier lieu.

L’UE, prise au dépourvu, menace désormais d’imposer encore plus de sanctions au régime de Loukachenko et punir les compagnies aériennes qui transportent des migrants potentiels vers Minsk en provenance de pays comme l’Irak, les Émirats arabes unis, le Liban et la Turquie. Cela pourrait soulever des problèmes en Irlande, membre de l’UE, où sont basées de nombreuses sociétés qui louent des avions aux compagnies aériennes.

Mais plus de sanctions ne semblent pas susceptibles de changer le comportement biélorusse. Surtout quand le vieil ennemi de Loukachenko, Vladimir Poutine, l’encourage avec impatience. Et tandis que l’UE a géré d’autres problèmes de réfugiés en payant simplement des pays voisins comme la Libye ou la Turquie pour empêcher les migrants d’atteindre les frontières de l’UE, ce n’est pas une option ici : vous ne pouvez pas envoyer d’argent à un gouvernement que vous sanctionnez.

Maintenant, volons à des milliers de kilomètres au sud-est, vers les marais de l’est de l’Ukraine et du sud de la Russie, où le Kremlin a récemment commencé (à nouveau) à rassembler des troupes le long d’une « frontière » ukrainienne qui n’est pas vraiment une frontière. Il s’agit plutôt d’une ligne de démarcation poreuse administrée par la Russie et les séparatistes soutenus par le Kremlin qui contrôlent certaines parties de l’est de l’Ukraine.

Moscou a déployé quelque 90 000 soldats dans la région, suscitant des craintes persistantes quant aux desseins plus larges de la Russie sur l’Ukraine. Les États-Unis appellent l’accumulation « inhabituelle ». Et il est suffisamment alarmant que le directeur de la CIA, Bill Burns, ait discuté de la question avec Poutine à Moscou la semaine dernière.

Rappelons qu’en avril, la Russie a amené jusqu’à 150 000 soldats dans la région, avant de les retirer lentement. Que fait Moscou en ce moment ?

Pour être clair, il est difficile d’imaginer que le Kremlin ait l’intention d’envahir (et d’occuper) une partie importante de l’Ukraine. Le coût en argent et en vies russes ne serait pas populaire à la maison.

Mais Poutine aime secouer ce sabre de temps en temps, en partie pour rappeler aux Européens et aux Américains qu’il le peut. Et dernièrement, la Russie se sent particulièrement irritée : Moscou a rompu ses liens avec l’OTAN le mois dernier et est mécontente des navires de guerre américains naviguant autour de la mer Noire. La récente livraison de 60 millions de dollars d’aide militaire américaine à l’Ukraine ne s’est pas non plus bien passée au Kremlin.

Avec l’arrivée de l’hiver, c’est en fait un grand moment pour la Russie de se muscler un peu. L’Europe est actuellement embourbée dans une crise des prix de l’énergie causée par une pénurie de gaz naturel. Le seul pays qui pourrait aider à atténuer cette pression est, bien sûr, le principal exportateur, la Russie. Mais le Kremlin, qui fait toujours l’objet d’une série de sanctions en réponse à son invasion de l’Ukraine en 2014, a refusé d’ouvrir les robinets jusqu’à ce que la Russie soit mieux traitée par Bruxelles.

Résultat: Une fois de plus, certains des problèmes les plus insolubles de l’UE se posent à l’Est. Et les choses ne vont pas devenir plus faciles une fois que la gestionnaire de crise expérimentée Angela Merkel prendra sa retraite le mois prochain.

.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite