Frances EDF en lice pour construire une nouvelle centrale nucléaire tchèque

Le français EDF, le sud-coréen KHNP et le groupe américano-canadien Westinghouse Electric ont fait des offres initiales pour construire une nouvelle unité à la centrale nucléaire de Dukovany en République tchèque, a annoncé mercredi 30 novembre le service public tchèque EZ.

La République tchèque a été un fervent partisan de l’énergie nucléaire en tant que source d’énergie sans carbone pour l’avenir, contrairement aux voisins de l’Union européenne, l’Allemagne et l’Autriche.

La société publique majoritaire EZ, qui a lancé l’appel d’offres pour l’expansion de Dukovany en mars, a déclaré que les offres finales seraient reçues d’ici la fin septembre 2023.

« Nous nous attendons à ce que les contrats soient finalisés en 2024 », a déclaré le membre du conseil d’administration, Tomas Pleskac, dans un communiqué.

L’unité de 1 200 mégawatts devrait être achevée en 2036 et aider le pays à remplacer les unités actuelles de conception soviétique à Dukovany qui seront éventuellement mises hors service.

EZ prévoit de construire trois autres unités nucléaires en plus de celle actuellement prévue sur ses sites nucléaires de Dukovany et de Temelin, alors que le pays se diversifie loin du charbon. Il envisage également de construire des centrales nucléaires modulaires plus petites.

Le nucléaire représentait 36 ​​% de la production d’électricité tchèque en 2021.

Neuf pays de l’UE rejoignent la France dans une alliance nucléaire

Neuf pays de l’UE ont signé une déclaration commune en faveur de l’utilisation future de l’énergie nucléaire pour lutter efficacement contre le changement climatique. Selon la déclaration commune, l’énergie nucléaire représente une source d’énergie fiable pour assurer un avenir à faible émission de carbone. La

Les candidats chinois et russes ont été exclus pour des raisons de sécurité, contrairement à la Hongrie qui a choisi le russe Rosatom pour son projet nucléaire.

La Pologne a choisi Westinghouse le mois dernier pour construire sa première centrale nucléaire et a également accepté de coopérer avec la Corée du Sud sur d’éventuelles unités supplémentaires.

Le gouvernement tchèque envisage de restructurer EZ, détenue à 70 % par l’État, la plus grande société cotée à Prague avec une capitalisation boursière de 18,4 milliards de dollars, dans les années à venir, ce qui pourrait conduire l’État à reprendre entièrement les projets nucléaires.

En 2020, le coût du projet hors financement et inflation était estimé à 6 milliards. C’était avant la récente flambée de l’inflation mondiale et EZ n’a pas donné d’estimation mise à jour.

Avant que les prix de l’électricité ne montent en flèche après l’invasion de l’Ukraine par la Russie cette année, le gouvernement a accepté de fournir un financement sans intérêt pour le projet et d’acheter de l’électricité à la centrale à des prix prédéterminés dérivés des coûts de construction.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite