France : Le mythe de Libert, Egalit et Fraternit | The Guardian Nigeria News – Nigeria et nouvelles du monde

La France aime souvent se targuer d’être l’héritière de révolutionnaires régicides progressistes, comme le consacre sa devise nationale : libert, galit et fraternit (liberté, égalité et fraternité). Les récentes émeutes dans le pays ont cependant révélé les profondes failles socio-économiques et le racisme pur et dur d’un pays en déni profond. La France a historiquement utilisé une mission civilisatrice perverse pour s’engager dans trois siècles d’esclavage brutal dans les Caraïbes et les Amériques, suivis d’un siècle d’un colonialisme souvent sauvage en Afrique qui a abouti à un million de morts algériens et à un massacre à Madagascar. Il n’a pas présenté d’excuses complètes, et encore moins payé des réparations, pour ces atrocités. Les six dernières décennies ont également été témoins d’une relation politique, militaire et économique néocoloniale obstinée et souvent abusive avec l’Afrique, qui s’effiloche maintenant sur les bords, alors que la nudité des empereurs gaulois est de plus en plus exposée.

Suite à l’apparition de la vidéo du meurtre de type exécution d’un jeune algéro-marocano-français de 17 ans, Nahel Merzouk, en plein jour, par un policier français à un arrêt de la circulation dans une banlieue parisienne, six nuits d’émeutes ont éclaté à Paris, Marseille, Lyon, Lille, Dijon, Toulouse et Strasbourg. Ces attaques ont entraîné 3 700 arrestations ; 5 000 voitures incendiées ; 11 000 feux allumés ; 2 000 magasins pillés ; et des attaques contre des postes de police, des mairies, des bureaux des impôts et des bureaux de poste : tous considérés comme des symboles de l’oppression de l’État. Les dommages causés par ces attaques ont atteint environ 1 milliard.

L’officier qui a tué Nahel a été accusé d’homicide. Cela s’est produit uniquement en raison de la preuve vidéo de l’automobiliste qui s’éloignait du policier qui avait pointé une arme sur la tête de Nahel et menacé de lui tirer dessus. Avant la diffusion de la vidéo, la police française avait publiquement menti en disant que Nahel avait foncé droit sur le policier qui, selon elle, avait agi en état de légitime défense.

Maghrébins marginalisés, Noirs brutalisés
Ces événements mettent une fois de plus en évidence la colère refoulée des populations noires et brunes brutalisées et marginalisées dans les banlieues démunies de France qui manquent de services sociaux de base et d’écoles, d’hôpitaux et de logements décents, malgré les efforts timides de rénovation urbaine et l’échec de l’esprit d’entreprise. projets. Pertinent également le racisme institutionnel de la police française et le harcèlement constant des jeunes maghrébins et noirs africains vivant dans des cités précaires. Une culture d’impunité est répandue parmi la police française de ces communautés, attisée par des politiciens traditionnels, dirigés par le président Emmanuel Macron.

La colère des émeutiers est si vive parce que les jeunes noirs et bruns savent que, comme Nahel, ils auraient facilement pu être abattus par la police. Tant de jeunes Africains et Maghrébins sont morts aux mains de la police française dans des circonstances suspectes : Lamine Dieng (2007) ; Hakim Ajimi (2008); Amine Bentoussi (2012) ; Amadou Koum (2015); Adama Traor (2016); et Jean-Paul Benjamin (2022), ne sont que quelques-uns ces dernières années. La mort de Nahel n’était donc pas inhabituelle, ce qui aide à contextualiser la rage des émeutiers. Depuis 2020, la police française a tué 21 personnes dans des contrôles routiers similaires à ceux de Nahels. La plupart d’entre eux sont des citoyens noirs et bruns qui sont 20 fois plus susceptibles d’être arrêtés par la police que leurs compatriotes blancs. La police française à la gâchette facile est ainsi perçue dans ces communautés comme une source dangereuse d’insécurité et de terreur, et non comme des protecteurs publics. Ils servent l’État, pas les collectivités locales.

L’empereur jupitéen
Plutôt que de montrer de la sympathie et de la solidarité avec la victime de cet horrible meurtre, le soi-disant président jupitérien de France, Emmanuel Macron, a plutôt publiquement embrassé les chefs de police, notant lors d’une réunion : Nous sommes avec vous, tout en louant le professionnalisme apparent de la police. Bien qu’il ait d’abord décrit le tir de Nahels comme inexcusable, Macron a rapidement recouru à son machisme réflexif, déployant 45 000 policiers pour faire face à une situation qui était traitée comme une guerre contre des citoyens brandissant des pierres et des feux d’artifice. Le président français a été sourd aux demandes d’annuler ses chiens enragés lâchés contre des citoyens en colère dans des ghettos pauvres. À la suite des émeutes, les juges accélérés des tribunaux fantoches ont été encouragés à prononcer des peines de prison rapides dans des procès fictifs dans lesquels les principes les plus élémentaires de l’État de droit ne semblaient pas avoir été respectés. Plus de 380 personnes ont été emprisonnées au cours des deux premiers jours des émeutes : un homme de 28 ans a été emprisonné pendant 10 mois pour avoir volé une canette de Red Bull dans un supermarché pillé. Cette justice accélérée a été mise en contraste avec les 5 à 10 ans qu’il peut falloir pour engager des poursuites contre des policiers qui ont tué des citoyens noirs et bruns non armés.

Plutôt que de s’attaquer aux causes profondes des véritables griefs qui ont déclenché cette violence, Macron a plutôt tenté de détourner l’attention des vrais problèmes. Jouant le politicien populiste, il a stupidement suggéré, comme les conservateurs de droite américains qui attaquent Hollywood d’être la source de toute la délinquance juvénile – que les jeux vidéo et les médias sociaux chez les jeunes avaient catalysé ces événements. Agissant comme un dictateur en fer-blanc, il a ensuite menacé de couper les réseaux sociaux qu’il accusait de propager la haine. croyances majoritaires, de cultures dépourvues de bonnes mœurs, dans une société qui considère déjà largement les personnes brunes et noires comme arriérées et non représentatives des valeurs françaises éclairées.

Politiciens, policiers et personnes racistes
En 2005, la police française avait poursuivi trois adolescents maghrébins et noirs qui rentraient chez eux après avoir joué au football dans une sous-station électrique, où deux d’entre eux, Zyed Benna et Bouna Traor, avaient été électrocutés, déclenchant trois semaines d’émeutes. Le ministre de l’Intérieur à couper le souffle, Nicolas Sarkozy, récemment condamné à trois ans de prison pour corruption et trafic d’influence, avait laissé entendre que les adolescents étaient des voleurs, car ils fuyaient la police. Il a également décrit les émeutes des jeunes maghrébins et noirs comme de la racaille.

Après les récentes émeutes, les politiciens français se sont de nouveau effondrés pour diffuser un message d’ordre public sévère. Le ministre de l’Intérieur, Grad Darmanin, a noté que : C’est la république qui gagnera, pas les émeutiers : langage, dégoulinant de jingoïsme vulgaire, qui était clairement conçu comme un message codé d’une république civilisée menacée par des barbares étrangers. Darmanin a fait plus tard la déclaration extraordinaire : la violence policière n’existe pas. Le président de droite du Sénat français, Bruno Retailleau, a également condamné le comportement des migrants français de deuxième et troisième génération, en termes racistes, comme une régression vers leurs racines ethniques.
Pour ne pas être en reste, deux des syndicats de police français ont décrit les émeutiers comme de la vermine et des hordes sauvages avec lesquelles ils étaient en guerre.

La police française indisciplinée semble avoir hérité de la culture policière coloniale de la sauvage guerre d’Algérie (1954-1962) lorsque la torture et le meurtre gratuit de civils innocents étaient monnaie courante. La police hautement militarisée, longtemps citée pour ses violations des droits de l’homme et son comportement discriminatoire par la Cour européenne des droits de l’homme, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, le Conseil de l’Europe, Amnesty International, Human Rights Watch et une pléthore d’organisations nationales de défense des droits civiques ont répondu de manière caractéristique aux émeutiers avec des véhicules blindés de transport de troupes, des hélicoptères, des grenades assourdissantes et des projectiles. Une loi de 2017 permettant aux policiers d’utiliser plus facilement leurs armes sans nécessairement avoir à se justifier sur la base de la légitime défense, a pratiquement donné à la police française le sentiment qu’elle avait un permis de tuer. La police du pays a également été critiquée pour avoir fait un usage excessif de la force contre les gilets jaunes et les manifestants anti-réforme des retraites.

En outre, il est important de noter que 41% de la population française – un chiffre stupéfiant de 13 millions de personnes – a voté pour l’extrême droite ouvertement raciste et anti-immigration Marine Le Pen lors de l’élection présidentielle de l’année dernière. Un montant étonnant de 1,6 million a été collecté pour soutenir le fonds de défense juridique du policier meurtrier, contre moins de 200 000 pour la famille de sa victime. Certaines parties des grands médias français sont également coupables de criminaliser les personnes noires et brunes dans leurs reportages. De nombreux universitaires français soi-disant progressistes tolèrent souvent la brutalité policière contre les étrangers.

Des gauchistes et des résistants
En contraste frappant avec les récits préjudiciables de nombreux politiciens et policiers gaulois, des dizaines de groupes civiques français et de politiciens de gauche ont fait preuve de plus de compréhension et de sympathie pour le sort des communautés opprimées. Près de 100 syndicats, associations et partis de gauche – dont les Verts et La France insoumise – ont défilé en solidarité pour exiger des réformes de la police après le meurtre de Nahels. Des groupes de la société civile tels que SOS Racisme, le Défenseur des droits, le Front des mères et la Maison communautaire pour le développement solidaire se sont vaillamment battus pour que les voix des marginalisés soient entendues et pour que le racisme institutionnalisé au sein de la police soit traité par des réformes concrètes telles que la création d’un organisme d’enquête indépendant et la réalisation d’un audit indépendant du racisme policier. Leurs marches, lettres et pétitions sont cependant souvent restées lettre morte.

Certains politiciens français ont également résisté à l’impulsion populiste et dénoncé les injustices. Le maire de Nanterre, Patrick Jarry, a noté le rôle que joue le manque d’emplois, de logements et de scolarisation pour alimenter la rage dans les banlieues minoritaires marginalisées. Le chef de la France insoumise, Jean-Luc Mlenchon, a également accusé le gouvernement d’avoir peur de la police et de soutenir efficacement ses excès.

Adieu au mythe assimilationniste ?
Le problème fondamental du modèle social français est qu’il insiste sur le mythe des valeurs imaginaires universalistes dans lequel il interdit la collecte de toute donnée raciale, tout en prétendant que le racisme n’existe pas. Ceci en dépit de nombreuses recherches montrant le fossé toujours plus grand entre les populations maghrébines et noires opprimées et le reste de la société. La France insiste sur une société daltonienne et se moque du multiculturalisme anglo-saxon, mais a fini par enraciner le racisme institutionnel et transformer les minorités noires et brunes politiquement invisibles et culturellement marginalisées en citoyens de seconde classe. Ses politiques d’assimilation se sont clairement avérées contre-productives, car de nombreuses communautés minoritaires continuent de rejeter une culture dominante qui, selon beaucoup, les a criminalisées et les a dépouillées de leur dignité et de leur humanité. Ces événements démontrent clairement que le modèle français de citoyenneté est complètement brisé.
Le professeur Adebajo est chercheur principal au Centre pour l’avancement des bourses de l’Université de Pretorias en Afrique du Sud.

!function(f,b,e,v,n,t,s)if(f.fbq)return;n=f.fbq=function()n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments);if(!f._fbq)f._fbq=n;
n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];s.parentNode.insertBefore(t,s)(window,
document,’script’,’https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘247107802609931’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite