#image_title

Donald Trump pourrait-il invoquer une menace à la sécurité nationale pour couper Internet ? | Brookings

Une disposition obscure cachée à la fin de la loi sur les communications (Sec.706, codifiée 47 USC 606) autorise le président à provoquer la fermeture de toute station de communication radio (telle que les réseaux de radiodiffusion ou de téléphonie mobile) ainsi qu’à provoquer la fermeture de toute station de communication radio (telle que les réseaux de radiodiffusion ou de téléphonie mobile). de toute installation ou station de communication filaire (telle que les réseaux téléphoniques et Internet). Il suffit, pour exercer ces immenses pouvoirs, d’une proclamation par le Président de l’état d’urgence nationale dans le cas des stations de radiodiffusion et des téléphones portables, ou de l’intérêt de la sécurité nationale pour l’Internet ou les réseaux téléphoniques. La loi donne également au président le pouvoir de suspendre ou de modifier les réglementations de la FCC.

Une telle autorité fait trembler lorsqu’on la compare à la conviction déclarée de Donald Trump : «Quand quelqu’un est président des États-Unis, l’autorité est totale». Sa récente menace de fermeture des plateformes de médias sociaux poursuit ses efforts pour utiliser l’autorité gouvernementale pour contraindre et manipuler les médias.

Parmi les menaces précédentes, citons un tweet de septembre 2018 ciblant les licences de télévision d’une entreprise qui lui déplaisait. J’ai longtemps critiqué NBC et ses normes journalistiques pire encore que CNN, il a écrit. Puis il a menacé le gouvernement d’agir : Regardez leur permis ? Bien entendu, NBC, le réseau, ne détient pas de licence, mais la société mère possède de très précieuses licences de diffusion de télévision accordées par la FCC dans de nombreuses grandes villes. Même si le retrait de ces licences n’a jamais eu lieu, la menace a été conçue pour avoir un effet dissuasif sur les décisions éditoriales du réseau (il n’y a aucune preuve que cela ait été le cas chez NBC).

Il y a quelques semaines, lors d’un événement soigneusement orchestré dans le Bureau Ovale, le président a tenté le même type d’intimidation avec les réseaux sociaux Internet. Lorsque Twitter a commencé à publier des liens de contenu factuel aux côtés des tweets plus absurdes de Trump, sa solution a été de faire valoir le pouvoir des agences fédérales. Avec le procureur général à ses côtés, le président a publié un décret qui, entre autres choses, charge la FCC de se lancer dans la surveillance de la liberté d’expression et de déterminer si de telles décisions sont prises de bonne foi. L’un des commissaires de la FCC nommés par Trump, Brendan Carr, s’est immédiatement rangé au rang, affirmant que la proposition était logique.

Il n’y a pas grand-chose entre l’utilisation du pouvoir du gouvernement pour menacer la liberté d’expression et l’action concrète pour restreindre cette expression. Il suffit d’une proclamation unilatérale par le Président de l’existence d’une urgence nationale.

De telles déclarations d’urgence nationale sont devenues une solution privilégiée par ce président pour obtenir ce qu’il veut. Quelques jours seulement après avoir prêté serment, il a restreint les voyages en provenance des pays à majorité musulmane pour des raisons de sécurité présumées. Dans le cadre de sa guerre commerciale, Trump a imposé des droits de douane sur l’acier et l’aluminium étrangers, déclarant que l’importation constituait une menace pour la sécurité nationale en raison de son impact sur la production nationale. Lorsque le Congrès n’a pas voulu lui accorder le financement qu’il souhaitait pour le mur frontalier mexicain, le président a simplement utilisé une déclaration d’urgence nationale pour réaffecter les fonds du ministère de la Défense à la construction du mur. Dans sa volonté d’aider l’industrie charbonnière, le président a même envisagé de déclarer que l’utilisation du gaz naturel pour alimenter la production d’électricité constituait un risque pour la sécurité nationale, car les gazoducs pourraient devenir des cibles terroristes.

Un rapport publié plus tôt cette année par le Congressional Research Service ne peut qu’accroître les inquiétudes. Le rapport concluait ainsi : « Dans l’expérience gouvernementale américaine, l’exercice des pouvoirs d’urgence dépend dans une certaine mesure de l’opinion des chefs d’entreprise à l’égard du bureau présidentiel. Ce chef de l’exécutif nous a exposé à tous sa vision de la présidence : J’ai un Article II [of the Constitution]où j’ai le droit de faire ce que je veux en tant que président.

Ces questions revêtent une importance particulière à l’heure où nous entrons dans une élection qui déterminera l’avenir de Donald Trump. Qu’il réfléchisse à deux fois avant d’utiliser ce qu’il considère comme son autorité totale comme outil dans cette campagne est l’une des menaces existentielles qui pèsent sur cette grande expérience appelée démocratie américaine.

Au cœur de chaque élection se trouvent les réseaux qui nous connectent avec une libre circulation des idées. Aucun président n’a jamais utilisé son pouvoir sur ces réseaux pour influencer le résultat d’une élection. Mais aucun président n’a jamais utilisé de gaz et de balles en caoutchouc pour ouvrir la voie à une séance photo de campagne.

Un rapport du Sénat américain de 2010 sur la cybersécurité observait : Le Comité comprend que l’article 706 donne au président le pouvoir de prendre en charge les communications filaires aux États-Unis et, si le président le souhaite, de fermer un réseau. Notez les termes de prise de relais et d’arrêt d’un réseau. Pour un président qui s’est appuyé sur les déclarations d’urgence pour parvenir à ses fins, l’opportunité pourrait être alléchante.

Par exemple, après sa rencontre avec Kim Jong-Un, le président a tweeté triomphalement : « Il n’y a plus de menace nucléaire de la part de la Corée du Nord » et a fait l’éloge du dictateur. Aujourd’hui, Fox News met en garde : la Corée du Nord risque d’attaquer l’élection présidentielle américaine de novembre. Face à la nécessité d’une réhabilitation à mi-campagne de sa relation avec Kim, un état d’urgence imposé par la Corée du Nord pourrait être une excuse pour déclencher l’article 706.

Nous avons tous observé que, même avant les élections de 2016, la communauté du renseignement avait averti que les puissances étrangères utilisaient Internet pour interférer dans l’exercice de la démocratie. Trump a ignoré ces informations, craignant qu’elles ne mettent en cause sa légitimité. Mais que se passerait-il si les élections de 2020 commençaient à mal tourner pour lui ? Donald Trump pourrait-il soudainement annoncer de nouvelles preuves d’une menace d’infiltration étrangère pour la sécurité nationale afin de déclencher l’article 706 et de fermer ou de restreindre Internet ?

Et puis il y a la période post-électorale. Alors que les États du pays se précipitent pour étendre le vote à distance en réponse au COVID-19, le président a déclaré à un intervieweur que si sa campagne ne gagnait pas les procès contestant le vote par correspondance, cela mettrait l’élection en danger. Et alors ? Donald Trump a déjà tweeté : Il n’y a AUCUNE VOIE (ZÉRO !) que les bulletins de vote par correspondance soient autre chose que substantiellement frauduleux. Pourrait-il, après les élections, déclarer l’état d’urgence nationale en raison de bulletins de vote frauduleux ?

Que devons-nous faire en tant que citoyens ? Jusqu’à présent, les tribunaux ont été les chiens de garde lorsque Trump allait trop loin. Mais le contrôle judiciaire est un processus lent qui nécessite un événement déclencheur. Les chances que le congrès divisé agisse sont infinitésimales, et même dans ce cas, Trump devrait signer le projet de loi.

Notre meilleure défense est la vigilance. Alors que nous nous dirigeons vers les élections de 2020, la Chambre des représentants devrait tenir des audiences pour braquer les projecteurs sur les pouvoirs présidentiels que les gens ignorent, notamment l’article 706. Bien entendu, un public informé et conscient constitue la première défense contre les abus autoritaires. Mais aussi, si nous avons appris quelque chose de la COVID-19, c’est l’importance d’anticiper les problèmes et d’identifier des solutions avant qu’ils ne surviennent.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite