Cinq observations sur la monnaie numérique de la banque centrale du Nigeria

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

La nouvelle monnaie numérique de la banque centrale du Nigeria, l'eNaira, devrait accroître l'inclusion financière et faciliter les envois de fonds, mais les risques potentiels devront être gérés.  (Photo : André M. Chang/ZUMAPRESS/Newscom)

La nouvelle monnaie numérique de la banque centrale du Nigeria, l’eNaira, devrait accroître l’inclusion financière et faciliter les envois de fonds, mais les risques potentiels devront être gérés. (Photo : André M. Chang/ZUMAPRESS/Newscom)

Cinq observations sur la monnaie numérique de la banque centrale du Nigeria

Par Jack Ree
Département Afrique du FMI

16 novembre 2021

La Banque centrale du Nigéria (CBN) a officiellement lancé la « eNaira » – une monnaie numérique de la banque centrale (CBDC) – le 25 octobre 2021. Il s’agit de la deuxième CBDC entièrement ouverte au public après les Bahamas.

D’autres pays et régions, tels que la Chine et l’Union monétaire des Caraïbes orientales, ont mené des projets pilotes de CBDC avec un sous-ensemble de leurs citoyens. Compte tenu de la taille et de la complexité de l’économie nigériane, ce lancement suscite un intérêt considérable du monde extérieur, y compris des banques centrales.

1.
Qu’est-ce qu’eNaira ?

Comme les pièces ou les espèces, l’eNaira est un passif de la CBN. L’eNaira utilise la même technologie blockchain que Bitcoin ou Ethereum et, comme eux, l’eNaira est stocké dans des portefeuilles numériques et peut être utilisé pour les transactions de paiement ; et il peut être transféré numériquement et pratiquement sans frais à n’importe qui dans le monde avec un portefeuille eNaira. Il existe cependant des différences importantes. Premièrement, l’eNaira comporte des contrôles de droit d’accès stricts par la banque centrale. Deuxièmement, contrairement à ces crypto-actifs, l’eNaira n’est pas un actif financier en soi mais une forme numérique d’une monnaie nationale et tire sa valeur du naira physique, auquel il est rattaché à parité.

2.
Pourquoi le Nigeria a-t-il introduit eNaira ?

Selon le CBN, l’eNaira devrait apporter de multiples avantages, qui devraient se matérialiser progressivement à mesure que l’eNaira se généralisera et s’appuiera sur un système de réglementation robuste. Les principaux avantages sont les suivants :

  • Augmentation de l’inclusion financière.
    Pour l’instant, le portefeuille eNaira n’est fourni qu’aux personnes disposant de comptes bancaires, mais sa couverture devrait éventuellement s’étendre à toute personne possédant un téléphone portable, même si elle n’a pas de compte bancaire. Un grand nombre de personnes n’ont pas de compte bancaire (38 millions de personnes ; 36 pour cent de la population adulte), et permettre à ceux d’entre eux avec un téléphone portable d’avoir accès à l’eNaira augmenterait l’inclusion financière et faciliterait une mise en œuvre plus directe et efficace de programmes de transferts sociaux. On s’attend à ce que le déménagement permette à jusqu’à 90 pour cent de la population d’utiliser l’eNaira.
  • Facilitation des envois de fonds.
    Le Nigeria fait partie des principales destinations d’envois de fonds en Afrique subsaharienne, avec des envois de fonds s’élevant à 24 milliards de dollars en 2019. Les envois de fonds sont généralement effectués par l’intermédiaire d’opérateurs internationaux de transfert d’argent (par exemple, Western Union) avec des frais allant de 1 % à 5 % de la valeur. de l’opération. L’eNaira devrait réduire les coûts de transfert de fonds, ce qui permettra à la diaspora nigériane d’envoyer plus facilement des fonds au Nigeria en obtenant des eNaira auprès d’opérateurs internationaux de transfert d’argent et en les transférant aux destinataires au Nigeria par des transferts de portefeuille à portefeuille gratuits. Des réformes des taux de change, y compris un taux d’équilibre du marché unifié, qui réduisent l’écart entre les taux de change officiels et les taux de change du marché parallèle renforceraient les incitations à utiliser les portefeuilles eNaira pour envoyer des fonds.
  • Réduction de l’informalité.
    Le Nigeria a une grande économie informelle, avec des transactions et des emplois équivalents, respectivement, à plus de la moitié du PIB et 80 pour cent de l’emploi. L’eNaira est basé sur un compte et les transactions sont en principe entièrement traçables, contrairement aux transactions d’actifs cryptographiques basées sur des jetons. Une fois que l’eNaira sera plus répandue et intégrée à l’économie, elle pourra apporter une plus grande transparence aux paiements informels et renforcer l’assiette fiscale. Les entreprises informelles et formelles peuvent également en bénéficier si l’adoption d’eNaira améliore la consommation grâce à une plus grande inclusion financière.

3.
Quels sont les risques potentiels ?

Comme les monnaies numériques ailleurs, l’eNaira comporte des risques pour la mise en œuvre de la politique monétaire, la cybersécurité, la résilience opérationnelle, ainsi que l’intégrité et la stabilité financières. Par exemple, les portefeuilles eNaira peuvent être perçus, ou même fonctionner efficacement, comme un dépôt à la banque centrale, ce qui peut réduire la demande de dépôts dans les banques commerciales. S’appuyant sur le numérique, il est nécessaire de gérer la cybersécurité et les risques opérationnels associés à l’eNaira.

4.

Que font les autorités pour atténuer les risques potentiels ?

Les autorités ont pris des mesures pour gérer les risques. Le transfert de fonds des dépôts bancaires vers les portefeuilles eNaira est soumis à des transactions quotidiennes et à des limites de solde afin d’atténuer les risques de diminution du rôle des banques et autres institutions financières. Les risques d’intégrité financière, tels que ceux résultant de l’utilisation potentielle de l’eNaira à des fins de blanchiment d’argent, sont atténués en utilisant un système de vérification d’identité à plusieurs niveaux et en appliquant des contrôles plus stricts à des utilisateurs relativement moins vérifiés. Par exemple, pour l’instant, seules les personnes disposant d’un numéro de vérification bancaire peuvent ouvrir un portefeuille, mais avec le temps, la couverture sera étendue aux personnes disposant de cartes SIM enregistrées et à celles disposant de téléphones portables mais sans numéro d’identification. Ces dernières catégories de détenteurs seraient soumises à des transactions et à des limites de solde plus strictes. Même ainsi, les détenteurs de portefeuilles qui répondent aux normes de vérification d’identité les plus strictes ne peuvent pas détenir plus de 5 millions de nairas (environ 12 200 $) chacun dans leurs portefeuilles eNaira. Pour faire face au risque de cybersécurité, des évaluations régulières de la sécurité informatique doivent être menées.

5.
Que peut faire le FMI ?

Le FMI reste disponible pour apporter une assistance technique et des conseils stratégiques. Le Département des marchés monétaires et de capitaux du FMI a participé au processus de déploiement d’eNaira, notamment en fournissant des examens de la conception du produit. La mission de 2021 du FMI au titre de l’article IV a souligné la nécessité de surveiller les risques et les impacts macrofinanciers associés à une monnaie numérique de banque centrale.

[1]

Le FMI est prêt à collaborer avec les autorités sur l’analyse des données, les études transnationales, le partage de l’expérience eNaira avec d’autres pays et la discussion de l’évolution future de l’eNaira, y compris sa conception, son cadre réglementaire et d’autres aspects.

Jack Ree est économiste au Département Afrique du FMI


[1]

Le communiqué de presse pour la conclusion de la consultation de 2021 au Nigéria au titre de l’article IV devrait être publié à la mi-novembre 2021.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite