Bras de fer minier en haute mer opposant la France et l’Allemagne à la Chine

La France et l’Allemagne mènent une lutte contre les plans visant à autoriser l’exploitation minière commerciale à grande échelle en haute mer, avertissant qu’une poussée soutenue par la Chine pour récolter les métaux des batteries dans les fonds marins pourrait causer des dommages durables.

Des représentants de 168 États membres de l’Autorité internationale des fonds marins se réuniront lundi pour une négociation marathon de trois semaines sur l’opportunité d’établir les premières directives opérationnelles pour l’industrie naissante.

Les pourparlers organisés par l’obscur organe intergouvernemental, basé en Jamaïque, pourraient ouvrir une ruée vers le développement de pans de fonds océaniques jusqu’à présent bénéficiant d’une protection spéciale en tant que patrimoine commun de l’humanité. Des pays comme la Corée du Sud, la Russie et la Norvège, ainsi que la Chine, sont favorables à aller de l’avant.

Les dilemmes concernant la levée des restrictions, débattus depuis les années 1960, ont pris une urgence accrue en raison des craintes que la pénurie de métaux de batterie comme le cuivre et le cobalt ne fasse échouer les plans d’électrification dans le monde.

Toby Fisher, un avocat au Royaume-Uni qui a conseillé l’ISA, a décrit le cadre juridique des fonds marins dans les eaux internationales comme extraordinaire et comparable uniquement aux lois qui régissent l’exploration spatiale.

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron s’exprime lors d’une table ronde avec des spécialistes des océans : la France veut une approche plus prudente de la libéralisation Ludovic Marin/AFP/Getty Images

La raison pour laquelle cela est si compliqué et unique est que, normalement, le monde dans son ensemble n’a aucune propriété ou intérêt dans un projet de développement, a-t-il déclaré. Mais plutôt que de dire que les riches vont continuer, les pays ont accepté ce cadre.

Des États sceptiques comme la France, l’Allemagne et le Chili défendent une approche plus prudente de la libéralisation, arguant qu’une pause sur l’activité en haute mer devrait être prolongée afin que des règles puissent être convenues pour éviter d’endommager un écosystème mal compris.

Louisa Casson, militante des océans chez Greenpeace, a déclaré que l’élan s’est déplacé vers le maintien des restrictions. Mais Paris et Berlin sont confrontés à une bataille difficile pour contrôler les partisans de l’exploitation minière en haute mer, selon les soumissions écrites faites avant les réunions et les envoyés à l’ISA.

Les diplomates doivent généralement s’entendre sur des sujets par consensus lors des réunions de l’assemblée de l’ISA, et devraient réunir une majorité des deux tiers pour rejeter toute proposition d’exploitation minière commerciale que la puissante commission juridique et technique des régulateurs pourrait chercher à approuver.

Les discussions ont reçu un délai par l’utilisation d’une clause obscure dans le cadre juridique des ISA, qui ouvre en effet lundi une nouvelle ère pour le partage des bénéfices dans les eaux internationales, obligeant potentiellement le régulateur à donner son feu vert aux applications minières commerciales à partir de cette date.

Carte du monde montrant les trois principaux types de gisements minéraux des fonds marins et les endroits où ils sont concentrés

L’île pacifique de Nauru a déclenché ce processus accéléré il y a deux ans pour le compte de son entrepreneur, la start-up basée à Vancouver The Metals Company. Il a promis aux investisseurs de soumettre la première demande de licence commerciale au monde dans les eaux internationales d’ici la fin de cette année en vue de démarrer la production en 2025.

Avant les réunions, la France, le Chili et les républiques du Pacifique de Vanuatu et des Palaos ont tenté de renforcer le soutien à une pause de précaution dans l’exploitation minière en haute mer jusqu’à ce qu’un ensemble de règles régissant la protection de l’environnement, ainsi qu’un régime de conformité et d’inspection, puissent être convenus. par les États membres de l’ISA. La Suisse et la Suède ont soutenu une pause ces dernières semaines.

L’Allemagne et les Pays-Bas ont fait des recommandations similaires en mars. Berlin a également suggéré que des consultants externes examinent le bon fonctionnement du régulateur, une obligation légale régulière que l’ISA est actuellement en retard de remplir. Certains diplomates ont accusé le corps d’une position trop favorable à l’exploitation minière.

Franziska Brantner, secrétaire d’État au ministère allemand de l’Économie, a déclaré qu’elle préférerait aller devant un tribunal international si une demande d’exploitation minière est accélérée par la commission juridique et technique de l’ISA. L’ISA rejette les allégations d’un parti pris pro-mining et dit qu’elle favorise une approche de précaution. Toute décision d’autoriser la poursuite de l’exploitation minière appartiendra en fin de compte aux États membres, a ajouté l’ISA.

Le Royaume-Uni s’est concentré sur la promotion d’un code approprié à convenir avant toute exploitation minière, plutôt que d’empêcher l’ISA de donner le feu vert aux applications. Cela a incité les militants à accuser le Royaume-Uni d’hypocrisie compte tenu de son rôle dans la négociation d’accords comme le Traité sur la haute mer, qui plus tôt cette année engageait les pays à protéger 30 % des terres et des océans d’ici 2030.

Salle de contrôle pour l'exploitation minière en haute mer

Les pourparlers organisés par l’Autorité internationale des fonds marins pourraient ouvrir une ruée vers le développement de vastes étendues de fonds océaniques Metals Company

La bonne question à poser à l’Autorité internationale des fonds marins n’est pas Devons-nous trouver un moyen de le faire ? mais plutôt Êtes-vous complètement fou ?, a écrit la semaine dernière Lord William Hague, l’ancien ministre britannique des Affaires étrangères.

Il a averti que les espèces, y compris les coraux délicats et les pieuvres blanches, qui ont évolué au cours de millions d’années, ne prendront que quelques minutes pour que les machines soient détruites. Hague a évoqué le spectre d’une pollution sonore perturbant la vie des baleines ainsi que la propagation potentielle de particules radioactives sur les fonds marins.

Les négociations sur les modalités d’intéressement de la future industrie pourraient être encore plus houleuses que celles sur l’environnement.

Les pays en développement craignent que le principe d’indemnisation inscrit dans la Convention sur le droit de la mer, selon lequel les bénéfices de l’exploitation minière des fonds marins soient redistribués aux pays dotés de grandes industries minières terrestres, ne soit édulcoré dans la hâte de procéder, disent les diplomates.

Avant les réunions, un groupe de pays africains, dont l’Afrique du Sud, a proposé un taux d’imposition effectif de 45 % sur les bénéfices miniers. Cela se compare à la proposition de la Chinas Beijing Hi-Tech Corporations selon laquelle le taux de redevance sur les revenus ne devrait être que de 2 %.

La société chinoise a fait valoir dans une communication en mai que l’ISA devrait se concentrer sur l’attraction de capital-risque pour accélérer l’exploitation des ressources minérales des grands fonds plutôt que de facturer des taxes et des frais déraisonnables pour augmenter la charge financière des entrepreneurs.

Il a également fait pression pour que toute taxe ne couvre que le produit le moins précieux de la chaîne d’approvisionnement, par exemple les nodules riches en cobalt qui, selon lui, vaudraient jusqu’à 150 dollars par tonne sèche, et non le métal transformé qui pourrait rapporter jusqu’à 1 075 dollars.

La Chine est le plus grand État membre de l’ISA à parier explicitement que les fonds marins pourraient l’aider à prolonger son emprise sur les chaînes d’approvisionnement en minéraux critiques, alors que la productivité des mines terrestres continue de baisser.

Il détient cinq des 31 licences d’exploration, y compris dans une zone particulièrement fertile pour les métaux de l’océan Pacifique plus que tout autre Etat et doit envoyer lundi quatre représentants ainsi que sept conseillers en Jamaïque.

Il est bien connu que la Chine y voit un moyen de conserver sa domination géostratégique sur les minerais, a déclaré un ambassadeur auprès de l’ISA. Leur attitude générale est de s’assurer que le travail avance le plus vite possible… ils sont très sérieux.

Cela a attiré l’attention à Washington. Un rapport du House Armed Services Committee du mois dernier s’est plaint des mesures agressives et effrontées de la Chine pour dominer l’exploitation minière des fonds marins et a demandé au département de la Défense d’examiner comment ces mesures pourraient être traitées au niveau national.

Diagramme à barres de la production de cuivre affiné, par pays et régions sélectionnés en 2022 en millions de tonnes montrant une demande accrue de cuivre pour atteindre les objectifs verts, risque de dépendre excessivement des approvisionnements chinois.  Plus un graphique à barres montrant la croissance de la demande de certains minéraux si le monde atteint le zéro net d'ici 2050 en comparant 2040 à 2020 comme indice

Les États-Unis détiennent des permis d’exploration dans le Pacifique mais ne sont pas membres de l’ISA. Le groupe de défense américain Lockheed Martin a récemment vendu deux contrats d’exploration qu’il détenait pour le compte du Royaume-Uni.

Alors que les grandes puissances se disputent le contrôle des fonds marins, la position des pays à revenu intermédiaire est plus complexe. Le Brésil a récemment étendu les limites officielles de son plateau continental de sorte que sa zone d’exploration des métaux des grands fonds ne relève plus de la compétence de l’ISA.

Mais il envisage également de soutenir publiquement une pause dans l’exploitation minière en haute mer, à la fois pour des raisons financières et environnementales. Elza Moreira Marcelino de Castro, émissaire du Brésil à la conférence, a déclaré que les ministères concernés débattaient toujours des nombreux intérêts en jeu.

Elle a ajouté : Les ressources minérales de la région étant un patrimoine commun de l’humanité, nous ne pouvons envisager l’exploitation minière que si nous disposons d’un mécanisme clair de répartition des bénéfices financiers et non financiers.

Capitale du climat

Là où le changement climatique rencontre les affaires, les marchés et la politique. Découvrez la couverture des FT ici.

Êtes-vous curieux de connaître les engagements de FT en matière de durabilité environnementale ? En savoir plus sur nos objectifs scientifiques ici

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite