Avis | Comment ne pas négocier avec la Russie

Inutile de dire que cela n’a pas fonctionné. Pendant que nous nous retenions, la Russie se construisait. Le processus de Minsk a pris fin lorsque la Russie a déclenché une guerre d’agression totale dévastatrice contre l’Ukraine fin février 2022.

C’est pourquoi l’ensemble de la communauté internationale doit étudier attentivement les leçons de Minsk afin de rétablir aujourd’hui la paix et la sécurité internationales et éviter de tomber dans de nouveaux pièges russes.

Voici cinq leçons que nous avons tirées des négociations avec la Russie.

Leçon n°1 : C’est une erreur de geler la guerre et de reporter la solution des problèmes territoriaux à l’avenir.

Les architectes de Minsk pensaient qu’il suffirait de fixer le statu quo et de réduire les hostilités pour que le conflit s’atténue progressivement. Cette croyance, basée sur une fausse prémisse de la prétendue volonté de compromis de la Russie, a conduit à un véritable désastre pour l’Ukraine, l’ordre européen et le monde.

En fait, dès le début des accords de Minsk et tout au long du processus de Minsk, Moscou se préparait à une guerre à grande échelle contre l’Ukraine. Alors que les représentants russes continuaient d’imiter la diplomatie, le Kremlin renforçait tranquillement ses forces militaires et prévoyait de détruire l’ordre international démocratique d’un seul coup dévastateur.

Leçon n°2 : La Russie ne négocie pas de bonne foi.

Le monde considérait Minsk comme une plate-forme de dialogue et une voie vers la paix, tandis que la Russie y voyait un instrument pour poursuivre ses objectifs agressifs et détruire l’Ukraine au moyen de pressions politiques et sans qu’il soit nécessaire de lancer une invasion à grande échelle.

Dès le début, le président russe Vladimir Poutine a voulu démanteler l’État ukrainien. Si cela était réalisable par des moyens politiques et diplomatiques, très bien, et il a essayé d’utiliser Minsk pour éroder la souveraineté ukrainienne. Mais si cela ne réussissait pas, il prévoyait depuis le début d’anéantir l’Ukraine par la force militaire brutale.

Les accords de Minsk étaient voués à l’échec pour une seule raison : le régime russe n’a jamais recherché la paix et le fair-play. Même à la veille de l’invasion à grande échelle, Poutine a continué à mentir directement aux dirigeants mondiaux, niant les plans d’attaque.

La tromperie est au cœur de la politique étrangère de la Russie et de la manière dont elle traite les partenaires internationaux en Europe, en Afrique, en Asie et dans d’autres régions. Victimes, faibles, hommes de main, voilà que Moscou préfère voir de l’autre côté de la table.

Leçon n°3 : La désoccupation de la Crimée ne peut être mise de côté.

La stratégie occidentale pour contrer la menace russe aurait dû être basée sur des mesures décisives pour désoccuper tous les territoires ukrainiens dès 2014.

Même maintenant, quand je dis que l’Ukraine vise à restaurer pleinement son intégrité territoriale, les journalistes décident parfois de préciser : y compris la Crimée ? Cette question est insensée et ne fait que renforcer le récit russe selon lequel la Crimée est spéciale. Non ce n’est pas. La Crimée va sans dire. L’une des plus graves erreurs de Minsk a été de laisser croire à la Russie que la question de la Crimée n’était pas sur la table.

Il n’y a pas, et il n’y a jamais eu de différence entre la Crimée, le Donbass, Kherson, Kyiv et d’autres régions. Chacun d’eux est important pour la protection réelle de la sécurité européenne et mondiale. Lorsque l’Occident a accepté de fermer de facto les yeux sur l’annexion de la Crimée, il a donné son feu vert à de nouveaux empiètements impérialistes russes.

Leçon n°4 : La Russie ne rend pas la pareille avec un langage et une politique constructifs.

Combien de fois avons-nous entendu des dirigeants russes dire qu’ils avaient été trompés ou déjoués par d’autres ? Mais ce n’est qu’une projection de leurs propres objectifs, car pour la Russie, toute victoire est une défaite pour quelqu’un. Poutine La Russie a inventé des combinaisons complexes pour tromper les autres, et non pour trouver un intérêt commun, même le plus pragmatique.

Dans l’esprit de Poutine, tout compromis est une faiblesse. C’est pourquoi la seule façon de lui parler est dans le langage de la force. Aujourd’hui, Poutine a fait son dernier pari en décidant de procéder à tout prix à une guerre d’agression génocidaire contre l’Ukraine. Cela signifie qu’il n’y a plus rien à discuter avec lui. Il a fait son choix et doit être vaincu.

Leçon n° 5 : Les partenaires doivent forcer la Russie, et non l’Ukraine, à faire des concessions.

En 2015, l’Ukraine se tenait toujours sur des sables mouvants. Nous venions de commencer à reconstruire notre armée, certaines parties de nos territoires étaient occupées et l’économie commençait tout juste à se remettre du choc de la révolution et de la guerre. La Russie disposait d’une armée puissante, de leviers de pression énergétique et de réseaux d’agents d’influence.

Certains de nos partenaires ont ainsi tenté de faire pression sur l’Ukraine pour qu’elle soit constructive, car nous avions plus de mal à dire non.

Malgré tous les défauts du processus de Minsk, l’Ukraine a respecté ses obligations. Avec la France et l’Allemagne, nous avons recherché un règlement transparent et une paix juste. Le régime russe, à son tour, n’a pas rempli un seul point des accords de Minsk-1 et Minsk-2.

Ni le premier, un cessez-le-feu total, ni le second, le retrait de toutes les armes lourdes, ni d’autres points : l’autorisation de surveillance de l’OSCE, l’échange tous pour tous de prisonniers politiques et de prisonniers de guerre et la mise en place d’un mécanisme d’acheminement de l’aide humanitaire.

Depuis son élection en 2019, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a tenté de renverser le processus de Minsk, de le sortir de son impasse, malgré tous ses défauts. Sous sa présidence, l’Ukraine a tenu 88 cycles de négociations avec la Russie. Les efforts pour trouver une solution transparente et honnête sont tombés dans l’oreille d’un sourd au Kremlin. Les Russes ne voulaient pas d’un règlement, encore moins d’une paix juste. Et la Russie était assez cynique pour exiger des autres que les préoccupations de sécurité de Moscou soient entendues.

Maintenant que le Kremlin n’a pas réussi à atteindre les objectifs de son agression à grande échelle, il essaie maintenant de déjouer l’Ukraine et la communauté internationale. Les dernières déclarations russes laissent entrevoir leur souhait d’obtenir un nouvel accord de Minsk, un nouveau piège pour le monde. Mais ce que la Russie veut vraiment, c’est une pause, pas la paix.

Tout Minsk-3 hypothétique ne peut avoir qu’un seul résultat : une guerre encore plus sanglante, qui affectera non seulement l’Ukraine, mais attirera tout l’espace euro-atlantique et le monde dans son ensemble. Répéter des erreurs ne donnera pas de meilleurs résultats.

Aucune autre nation n’aspire plus à la paix que l’Ukraine. Mais nous avons besoin d’une paix juste et durable qui empêchera toute nouvelle guerre génocidaire contre les Ukrainiens et les autres nations. C’est pourquoi Zelenskyy a proposé une formule de paix avec 10 étapes spécifiques couvrant la restauration de la sécurité nucléaire, alimentaire et énergétique dans l’intérêt de l’ensemble de la communauté internationale.

Si l’ensemble de la communauté internationale adopte une position forte et consolidée, la Russie n’aura d’autre choix que d’arrêter de tuer des Ukrainiens et de s’engager dans de véritables négociations de fond. La volonté unie du monde est la clé d’une diplomatie efficace et de la réalisation d’une paix durable pour de nombreuses décennies à venir.

De plus, je crois que la voix de l’Occident n’est pas suffisante pour résoudre la crise de sécurité mondiale déclenchée par la guerre de Russie et garantir une paix internationale à long terme. Nous sommes arrivés à un tournant où la position des États du Sud global peut contribuer à atteindre ce résultat. Le sort de la résolution diplomatique de la guerre dépend de l’intensification et de l’utilisation de leur poids et de leur influence par les pays d’Asie, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Amérique latine. Chaque voix et chaque pays est important, car dans la charte de l’ONU, il n’y a pas de grands et de petits États, d’influents et de non influents, de champions ou d’étrangers.

Ceux qui recherchent sincèrement la paix devraient se joindre aux efforts internationaux consolidés pour mettre en œuvre la formule de paix ukrainienne. Nous l’avons conçu de manière flexible, permettant aux États de s’engager uniquement sur les éléments de la formule qu’ils partagent pleinement et de prendre le leadership dans certains domaines spécifiques des efforts de consolidation de la paix sans s’engager sur les autres.

Les failles du processus de Minsk ne doivent pas se répéter. En fait, ils doivent servir d’exemple de la façon dont ne pas négocier avec la Russie. Dans le langage diplomatique, à minsk, minsking est devenu un raccourci pour décrire les tentatives de négocier la fin d’une guerre qui n’apporte que le résultat opposé et permet à un agresseur de lancer une agression encore plus sanglante et plus dure.

Par conséquent, mon message d’aujourd’hui est simple. Ne minsk pas l’Ukraine et le monde à nouveau !

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite