#image_title

Après le coup d’État, le Niger passe de la France à la Russie

Au Niger, l’un des nombreux pays du Sahel en proie à des troubles politiques, le nouveau gouvernement militaire est passé des partenaires français et européens aux bras de la Russie et de l’Iran.

Manifestations à Niamey, Niger – Actusduweb.com
De jeunes Nigériennes manifestent avec une pancarte indiquant A ba la France A bas la France lors dun rassemblement sur la place de la Concertation devant le siège de lAssemblée nationale le 20 août 2023 dans la capitale Niamey <span class=image copyright> Getty Images<span>

En un mot

  • La situation au Niger s’est détériorée depuis le coup d’État d’août
  • La Russie cherche à arracher les États du Sahel à ses partenaires européens
  • La menace terroriste au Niger risque une déstabilisation totale

Dans une région souffrant depuis longtemps d’instabilité politique et économique, l’élection du président nigérien Mohamed Bazoum en 2021 a été un moment d’optimisme : le premier transfert de pouvoir pacifique et démocratique du pays depuis son indépendance de la France en 1960.

Un peu plus de deux ans plus tard, M. Bazoum est devenu le dernier chef d’État du Sahel à être renversé par un coup d’État. Pourquoi cet État d’Afrique de l’Ouest, l’un des plus pauvres au monde, a-t-il emboîté le pas à ses voisins le Burkina Faso et le Mali ?

Un nouveau coup d’État au Sahel

L’effet domino est frappant : de la même manière, un coup d’État militaire a eu lieu dans chacun de ces pays, remplaçant le dirigeant légitimement élu par un pseudo-sauveur de la nation. Dès leur entrée dans le palais présidentiel, chacun s’est empressé de licencier les forces françaises présentes dans le pays et de convoquer à leur place celles d’un nouveau grand frère russe. Étonnamment, les forces du groupe Wagner sont rapidement apparues, prêtes à contribuer à la formation d’une garde présidentielle ou à chasser les djihadistes.

Au Niger, le général Abdourahamane Tchiani a pris le pouvoir en juillet dernier. Il a immédiatement pris des mesures contre la France, dont les soldats étaient là depuis des années pour lutter contre la menace de l’extrémisme islamiste. La junte a rapidement exigé le départ des forces françaises, au nombre d’environ 1 500, et a dénoncé les accords de sécurité en vigueur avec Paris. Les derniers militaires français ont finalement quitté le pays le 22 décembre 2023.

Fin août, le régime militaire a également expulsé l’ambassadeur de France, Sylvain Itte, resté coincé à l’intérieur de la représentation diplomatique pendant près d’un mois après le coup d’État. Paris a fermé son ambassade à Niamey jusqu’à nouvel ordre début 2024, prévoyant de poursuivre ses activités depuis la France.

En savoir plus sur l’Afrique subsaharienne

Pendant ce temps, la situation au Niger n’a fait qu’empirer. En novembre, le pays a abrogé une loi contre le trafic illicite de migrants, adoptée aux côtés de l’Union européenne lors du sommet de La Valette en 2015. L’élan migratoire en provenance d’Afrique n’en est pas moins aujourd’hui saillant, presque aussi intense que lors de la crise de 2015-2016. période. Cette fois, le gouvernement nigérien a choisi son camp, qui n’est pas celui de la France ou de l’Europe. Les autorités locales et régionales saluent désormais la reprise du commerce migratoire, qui contribuerait à relancer l’économie. A Agadez, où l’activité touristique s’est effondrée à cause du jihadisme, les gens ont longtemps compté sur la manne apportée par ces migrants.

Aujourd’hui, la junte qui a pris le pouvoir à Niamey fait d’une pierre deux coups : améliorer l’économie (et même pas par des moyens illégitimes) tout en rachetant les Touaregs d’Agadez, tentés de se rallier à l’ancien président déchu. On peut ajouter à cette pierre un troisième coup, que Moscou connaît bien : utiliser la migration pour faire chanter l’Europe.

Soutien russe

Contrairement à ce que la propagande russe a longtemps prétendu, tant en France, avec des moyens tels que la chaîne Russia Today parrainée par le Kremlin, que dans toute l’Afrique elle-même, ces coups d’État au Sahel ont été bien préparés par Moscou. Cela a été rapidement mis en évidence par les décisions des usurpateurs. Après avoir pris le pouvoir, la junte de Niamey a dénoncé les précédents accords de coopération en matière de sécurité avec les Européens et a rapidement reçu un responsable russe en grande pompe, tout comme les nouveaux dirigeants militaires l’avaient fait au Mali et au Burkina Faso.

Le 4 décembre, le général Tchiani a reçu avec les honneurs le vice-ministre russe de la Défense, le colonel général Yunus-Bek Yevkurov. Le gouvernement nigérien a annoncé le renforcement de la coopération dans le domaine de la défense avec Moscou et la signature d’un protocole dont le contenu reste secret. Le vice-ministre Yevkurov a également rencontré le ministre de la Défense du Niger, le général Salifou Mody, considéré comme le deuxième homme fort du pays.

Dans une déclaration adressée à la délégation de l’Union européenne à Niamey, le régime a également dénoncé les deux accords régissant le soutien européen aux forces de défense et de sécurité nigériennes. L’EUCAP Sahel, une mission civile de quelque 130 personnes créée en 2012 pour soutenir les forces de sécurité aux frontières, et l’EUMPM Niger, la mission militaire créée en 2022 pour aider les soldats nigériens à lutter contre le terrorisme, ont été priées de faire leurs valises. C’est de bon augure pour l’arrivée du groupe russe Wagner au Niger. Il convient de noter que M. Yevkurov lui-même dirigerait l’Africa Corps, un effort du Kremlin visant à englober les activités paramilitaires de Wagner sur le continent après la mort de son fondateur Yevgeny Prigozhin.

Ursula von der Leyen et Mohamed Bazoum – Actusduweb.com
31 juillet 2017 Ursula von der Leyen alors ministre allemande de la Défense et aujourdhui présidente de la Commission européenne rencontre à Niamey Mohamed Bazoum président déchu du Niger qui était alors ministre de lIntérieur <span class=image copyright> Getty Images<span>

Certes, le sentiment pro-russe n’est pas nouveau au Sahel. Durant la période de décolonisation, qui a débuté dans les années 1950, l’Union soviétique a établi des liens étroits avec plusieurs pays africains et les a soutenus dans leurs luttes pour l’indépendance. Au plus fort de la guerre froide, Moscou avait formé de nombreux dirigeants et élites africains. Le Nigérien Abdou Moumouni Dioffo, qui a contribué à la fondation du Parti de l’indépendance africaine, est devenu le premier professeur agrégé africain de sciences physiques après avoir reçu une formation en Union soviétique, comme l’a noté l’experte Russie/Afrique Tatiana Smirnova. Aujourd’hui, il est l’homonyme de l’Université de Niamey.

Pourtant, l’éloignement du Niger par rapport à l’Occident ne se limite pas à la Russie. En janvier, le premier ministre nigérien Ali Lamine Zeine a été reçu à Téhéran par le vice-président iranien pour signer des partenariats dans les domaines de l’énergie, de la santé et de la finance, au nom de l’entraide entre deux victimes du système de domination.

Le Niger entend donner un nouveau souffle à la coopération avec la République islamique, a déclaré M. Zeine après la signature des accords conjoints. L’Iran forme, avec la Russie, un axe anti-occidental de plus en plus puissant qui a besoin du soutien de l’Afrique, notamment aux Nations Unies.

Menaces de sécurité

Sur le plan intérieur, les choses sont moins roses. L’économie du Niger a été endommagée par les lourdes sanctions économiques imposées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) depuis le coup d’État militaire qui a renversé le président Bazoum. Le Niger a formé l’Alliance des États du Sahel avec le Burkina Faso et le Mali en septembre dernier en réponse à cette suspension. Le groupe est allé jusqu’à discuter de la création d’une nouvelle monnaie qui remplacerait le franc CFA. Mais ces propositions ne semblent pas très crédibles, d’autant plus qu’on parle actuellement de grandes quantités d’or sortant du pays.

De même, sur le plan sécuritaire, le départ forcé des militaires français semble laisser libre cours aux terroristes et aux éléments jihadistes. Fin janvier, le gouvernement a dû reconnaître que dix soldats nigériens avaient été blessés lors de combats dans la région du sud-est du lac Tchad, tout en ajoutant, sans vérification, que plusieurs dizaines de combattants du groupe jihadiste Boko Haram avaient également été tués.

Selon le ministère nigérien de la Défense, les affrontements ont éclaté lorsque les forces de Boko Haram ont attaqué un bataillon spécial positionné à l’aéroport de NGuigmi, une ville de garnison dans la région de Diffa au Nigeria. Mais déjà quelques semaines plus tôt, trois civils avaient été tués et deux gendarmes blessés lors d’une attaque contre un poste de sécurité dans le village de Laoudou, à 17 kilomètres au sud de Niamey, le deuxième raid de ce type mené si près de la capitale.

Le pays qui revendique sa pleine indépendance vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale française s’est néanmoins remis entre les mains des Russes. Elle reste vulnérable à une déstabilisation totale due à la menace terroriste.

Pour des scénarios spécifiques à l’industrie et des renseignements géopolitiques sur mesure, Contactez-nous et nous vous fournirons plus d’informations sur nos services de conseil.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite