À prendre ou à laisser : l’acrimonie éclate au milieu d’un accord ténu sur l’aide climatique

Le débat du week-end a laissé presque tout le monde insatisfait, y compris les États-Unis.

Il s’agit d’un texte à prendre ou à laisser, a déclaré Outi Honkatukia, un négociateur finlandais qui copréside le comité de 24 pays chargé de concevoir le fonds climatique.

Le document fournit des recommandations sur la structure du fonds climatique pour les pays les plus pauvres qui subissent des dommages inévitables dus à la montée des mers, à l’intensification des inondations et aux sécheresses plus longues, connues sous le nom de pertes et dommages dans le langage des Nations Unies. La proposition sera reprise lors des négociations mondiales sur le climat connues sous le nom de COP28.

Le texte proposait également que la Banque mondiale hébergerait le fonds sur une base intérimaire de quatre ans, une victoire partielle pour les États-Unis, et chargeait un futur conseil d’administration de créer un système de distribution des fonds. Les États-Unis ont proposé d’héberger le fonds de façon permanente à la Banque mondiale.

Des milliards de personnes, de vies et de moyens de subsistance vulnérables aux effets du changement climatique dépendent de l’adoption de cette approche recommandée lors de la COP28, a déclaré le sultan Ahmed al-Jaber, président émirati de la conférence de cette année, dans un communiqué.

Le drame a imprégné les discussions jusqu’à leurs derniers instants. Après qu’Honkatukia ait frappé avec son marteau et déclaré le texte final, la négociatrice américaine, Christina Chan, a déclaré au groupe : « Ce n’est pas un document de consensus.

Un responsable du Département d’État a déclaré dans un courriel que les États-Unis étaient heureux que le comité ait pu parvenir à un accord sur de nombreux aspects du fonds pour pertes et dommages.

Dans le même temps, nous regrettons que le texte ne reflète pas un consensus sur la nécessité de clarifier le caractère volontaire des contributions, a déclaré le responsable.

Certains militants pour le climat ont critiqué le résultat.

Le fait que les États-Unis n’aient finalement même pas pu accepter le texte massivement édulcoré après avoir poussé les pays en développement à l’accepter témoigne de leur manque d’efforts de bonne foi pour réellement mettre en place un fonds efficace, a déclaré Lien Vandamme, un responsable de campagne au Centre pour les droits de l’homme. Droit international de l’environnement.

Des questions non résolues pesaient sur le comité lorsqu’il a commencé à se réunir vendredi à Abou Dhabi, notamment le lieu où le fonds serait hébergé et les pays qui auraient accès à son argent. Mais déterminer qui contribuerait en espèces était la question la plus délicate.

Les pays en développement ont reproché aux États-Unis et à d’autres pays riches de ne pas avoir soutenu les pays pauvres et vulnérables après des catastrophes provoquées par le climat.

Les pays les plus pauvres subissent une dette accrue et des pertes accrues pour faire face à ces pertes et à ces dommages. Nous ne pouvons donc pas accepter un retrait du volontariat, a déclaré samedi Avinash Persaud, le principal négociateur de la Barbade.

Le texte final exhorte les pays développés à fournir un soutien financier et indique que le fonds peut recevoir de l’argent d’une grande variété de sources autres que les gouvernements, y compris le secteur privé et des sources innovantes.

Les pays développés et en développement ont déclaré qu’ils accepteraient le texte dans l’espoir de pouvoir améliorer le fonds à l’avenir.

Il y a beaucoup de choses que nous voulions et que nous n’avons pas pu obtenir, a déclaré Diann Black-Layne, négociatrice pour une alliance de petits États insulaires. Je peux partir d’ici en sachant que nous vivrons pour nous battre un autre jour.

L’accord pour créer le fonds a été une réussite éclatante lors des négociations sur le climat de l’année dernière en Égypte, après des décennies de résistance de la part des États-Unis et d’autres pays riches.

Un comité composé de 24 membres représentant les pays riches et pauvres a travaillé cette année pour définir les détails du fonctionnement du fonds.

Mais les négociations ont échoué le mois dernier en raison de profondes divisions entre pays développés et pays en développement. Les frustrations se sont accrues au point que le négociateur égyptien a menacé de tenir les États-Unis et d’autres grands pollueurs légalement responsables des dommages climatiques s’ils refusaient de s’engager à verser de l’argent au fonds.

Les États-Unis ont pressé le comité de rendre les contributions volontaires, affirmant que les pays riches ne sont pas obligés, en vertu de l’Accord de Paris, de payer pour les pertes et les dommages. Les États-Unis se heurtent depuis longtemps à l’opposition du Congrès en matière de financement climatique.

L’engagement pris en 2009 par les pays riches de fournir 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour aider les pays les plus pauvres à se remettre des impacts climatiques n’a toujours pas été tenu. Les pays en développement souhaitent que le fonds distinct pour les pertes et dommages reçoive également 100 milliards de dollars par an d’ici 2030.

Jusqu’à présent, seule une poignée de petits pays ont promis de contribuer au fonds pour les pertes et dommages futurs. Les États-Unis n’en font pas partie.

Les recommandations du comité seront désormais soumises aux négociateurs nationaux pour en discuter lors de la COP28, dans le but de mettre le fonds en service le plus rapidement possible.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite