Un vaisseau spatial de la NASA voyage à travers les vents solaires pour trouver la source d’une potentielle « apocalypse Internet »

BERKELEY, Californie – La sonde solaire Parker (PSP) de la NASA s’est aventurée dans les vents solaires pour la première fois dans le cadre d’un effort proactif visant à prévenir une potentielle « apocalypse Internet » dans notre avenir. Le vaisseau spatial a manœuvré près de l’origine du vent solaire, près de la surface du Soleil, où un flux continu de particules chargées provient de l’atmosphère la plus externe connue sous le nom de couronne.

Résistant à la chaleur et aux radiations intenses, la sonde Parker recueille de nouvelles informations sur le fonctionnement de notre étoile. Des études antérieures ont déjà révélé à quel point des tempêtes solaires intenses pourraient un jour provoquer des pannes d’électricité à l’échelle de la planète en interférant avec les signaux électroniques de la Terre.

Les vents transportent beaucoup d’informations du Soleil à la Terre, il est donc important de comprendre le mécanisme derrière le vent du Soleil pour des raisons pratiques sur Terre, déclare le co-responsable de l’étude James Drake de l’Université du Maryland-College Park. Cela va affecter notre capacité à comprendre comment le Soleil libère de l’énergie et génère des orages géomagnétiques, qui constituent une menace pour nos réseaux de communication.

Les scientifiques mettent en garde contre une éventuelle frappe solaire au cours de la prochaine décennie qui pourrait déclencher cette apocalypse Internet. Le rayonnement qui en résulte pourrait assommer les satellites et les lignes électriques, laissant les gens hors ligne pendant des mois, voire des années.

La sonde Parker a détecté le vent solaire avec des détails sans précédent, révélant des informations qui se dissipent généralement lorsque le vent sort de la couronne dans une grêle de photons et d’électrons. L’équipe a comparé cette observation à « voir des jets d’eau émanant d’une pomme de douche à travers le souffle d’eau qui vous frappe au visage ».

Les phénomènes observés correspondent à des « flux de supergranulation » au sein de trous coronaux d’où émergent des champs magnétiques. Ceci suggère que ces régions pourraient être à l’origine du vent solaire « rapide ». Pendant les périodes calmes du Soleil, ces trous se produisent généralement aux pôles, empêchant le vent de frapper la Terre. Cependant, tous les 11 ans, lorsque le champ magnétique du Soleil bascule, les trous apparaissent sur toute la surface, générant des rafales de vent solaire dirigées directement vers nous.

Une carte aplatie de toute la surface du Soleil – Actusduweb.comUne carte aplatie de toute la surface du Soleil – Actusduweb.com
Une carte aplatie de la surface entière du soleil ou couronne imagée dans des longueurs donde ultraviolettes extrêmes par le satellite Solar Dynamics Observatory SDO de la NASA Les deux régions sombres sous le milieu de limage sont les trous coronaux échantillonnés par la Parker Solar Probe Dans ces trous coronaux les flux dans latmosphère solaire créent des champs magnétiques intenses et complexes qui sannihilent et produisent la pression et lénergie nécessaires pour surmonter la gravité solaire et envoyer des particules à haute énergie vers le vent solaire rapide Les entonnoirs de champ magnétique intense où le vent solaire rapide génère en fait de grandes cellules de convection appelées supergranulations ne sont pas visibles à lintérieur des trous coronaux Image reproduite avec laimable autorisation de la NASA

L’étude, publiée dans la revue Nature, aidera à prévoir les tempêtes solaires qui non seulement génèrent de belles aurores sur Terre, mais peuvent également faire des ravages avec les satellites et le réseau électrique. La recherche suggère que les trous coronaux agissent de la même manière que les pommes de douche, avec des jets régulièrement espacés émergeant de points lumineux où les lignes de champ magnétique entrent et sortent de la surface du soleil.

Lorsque des champs dirigés de manière opposée passent dans ces entonnoirs, qui peuvent mesurer 18 000 milles de diamètre, ils se brisent et se reconnectent souvent, projetant des particules chargées hors du Soleil.

La photosphère est recouverte de cellules de convection, comme dans une marmite d’eau bouillante, et le flux de convection à plus grande échelle est appelé supergranulation, explique le responsable de l’étude Stuart D. Bale, professeur de physique à l’UC Berkeley, dans un communiqué universitaire.

Là où ces cellules de supergranulation se rencontrent et descendent, elles entraînent le champ magnétique sur leur chemin dans cette sorte d’entonnoir descendant. Le champ magnétique s’y intensifie car il vient de se coincer. C’est une sorte de boule de champ magnétique descendant dans un drain. Et la séparation spatiale de ces petits drains, ces entonnoirs, c’est ce que l’on voyait maintenant avec les données des sondes solaires.

 – Actusduweb.com – Actusduweb.com
Mur de plasma vu sétendant au dessus de la surface du Soleil Crédit Eduardo Schaberger Poupeau SWNS

Les scanners de Parker ont détecté des particules extrêmement énergétiques se déplaçant jusqu’à 100 fois plus vite que le vent solaire. Les chercheurs en ont déduit que ce vent ne pouvait être créé que par un processus connu sous le nom de reconnexion magnétique. Lancé il y a cinq ans, Parker est conçu pour faire des passages répétés et toujours plus proches du Soleil, voyageant à des vitesses colossales de plus de 320 000 mph. Protégé par un écran thermique épais, le vaisseau spatial capture des mesures de l’environnement solaire avec un ensemble d’instruments.

L’objectif principal de la NASA était de déterminer l’origine des particules de haute énergie qui constituent le vent solaire, qu’elles soient le produit d’une reconnexion magnétique ou d’une accélération par plasma ou ondes d’Alfven.

La grande conclusion est que sa reconnexion magnétique au sein de ces structures en entonnoir fournit la source d’énergie du vent solaire rapide, poursuit Bale. Il ne vient pas de partout dans un trou coronal, il est sous-structuré dans les trous coronaux de ces cellules de supergranulation. Il provient de ces petits faisceaux d’énergie magnétique associés aux flux de convection. Nos résultats, pensons-nous, sont une preuve solide que sa reconnexion est en train de faire cela.

Les structures en entonnoir correspondent probablement aux jetlets brillants visibles de la Terre dans les trous coronaux, comme l’a récemment rapporté le projet Parker. Alors que la sonde continue de s’aventurer plus profondément dans la couronne, elle devrait atteindre à moins de quatre millions de kilomètres de la photosphère d’ici 2025, fournissant des données inestimables.

Les connaissances de Parker, ainsi que celles d’autres observatoires solaires, ont des implications directes pour la vie sur Terre. Alors que la sonde poursuit ses séjours dans l’espace lointain dans la couronne solaire, elle fournira encore plus d’informations, approfondissant notre compréhension de ces phénomènes solaires et nous aidant à mieux prévoir et à nous protéger contre les effets potentiels de tels événements météorologiques spatiaux sur notre planète.

Vous pourriez aussi être intéressé par:

L’écrivain du South West News Service, Mark Waghorn, a contribué à ce rapport.

Vidéo YoutubeVidéo Youtube

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite