Un nouveau projet créera « l’Internet des échantillons »

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Un nouveau projet créera « l’Internet des échantillons »

La National Science Foundation (NSF) a accordé à l’Observatoire de la Terre Lamont-Doherty et à des institutions partenaires 4 millions de dollars pour développer une cyberinfrastructure innovante qui intégrera des échantillons scientifiques dans un écosystème de données numériques : iSamples, l’Internet des échantillons.

Un échantillon de tuf prélevé dans la vallée du Rift en Afrique de l'Est

Un échantillon de tuf prélevé dans la vallée du Rift de l’Afrique de l’Est. Photo : Kevin Krajick/Institut de la Terre

La spécialiste en géoinformatique de Lamont, Kerstin Lehnert, est la chercheuse principale. Trop souvent, dit-elle, les chercheurs se donnent beaucoup de mal et dépensent beaucoup pour prélever des échantillons en mer, dans les régions polaires ou dans d’autres régions éloignées, seulement pour que les échantillons prennent la poussière ou soient même jetés après avoir atteint leur objectif initial. Au cours des quatre prochaines années, le projet iSamples créera un système où les chercheurs de toutes les disciplines et du monde entier pourront partager et accéder aux métadonnées sur les échantillons existants.

Cela établira une infrastructure qui, espérons-le, changera la culture. Dans de nombreuses universités et institutions, les collections sont jetées. Avec iSamples, ils seront [uniformly] enregistrées et leur utilisation peut être suivie, ouvrant la voie à la démonstration de la valeur de ces collections, a déclaré Lehnert.

Le projet iSamples arrive à un moment particulièrement opportun. Depuis mars, la pandémie a écourté le travail de terrain.

De nombreux chercheurs et étudiants devront compter sur l’accès à l’information et aux données en ligne dans le cadre spécifique du projet iSamples. Avec les restrictions COVID pour les voyages, les chercheurs n’ont pas pu se rendre sur le terrain pour collecter de nouveaux échantillons et l’accès aux collections existantes n’a donc jamais été aussi important, a déclaré Lehnert.

Les deux premières années du projet se concentreront en grande partie sur la conception et le développement des composants de la cyberinfrastructure, et les années trois et quatre se concentreront sur la mise en œuvre des services iSamples dans plusieurs systèmes de données servant différents objectifs et communautés, y compris le système exploité par Lamont pour la Terre. Sample Registration (SESAR), la base de données des collections d’histoire naturelle de la Smithsonian Institution of Washington et la base de données de métadonnées des observatoires génomiques (GEOME). Il y aura un engagement communautaire continu tout au long de la subvention pour recueillir les commentaires d’autres utilisateurs potentiels.

Le projet est en collaboration avec l’Université de l’Arizona, l’Université du Kansas et l’UC Berkeley Data Science Institute, avec des sous-subventions à Open Context, un système de données pour l’archéologie, et la Smithsonian Institution de Washington.


www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite