Un laboratoire indien s’associe à Frances Naval Group sur la technologie des sous-marins

NEW DELHI Un laboratoire de défense indien et la société française Naval Group s’associent pour intégrer des systèmes de propulsion indépendants de l’air à base de piles à combustible dans les sous-marins de la classe Kalvari.

Dans le cadre de l’accord conclu lundi entre Naval Materials Research Laboratory et Naval Group, ce dernier certifiera la conception de l’AIP. Le système AIP, que le laboratoire a déjà développé, améliorera l’endurance des sous-marins diesel-électriques indiens, a déclaré le ministère indien de la Défense dans un communiqué.

La technologie AIP est connue pour améliorer l’endurance des sous-marins conventionnels, ou non nucléaires, d’environ 24 heures à 14-21 jours. La marine indienne a décidé d’équiper les six sous-marins de la classe Kalvari du système AIP conçu en laboratoire lorsque les bateaux subiront leurs premiers radoubs majeurs, le premier étant prévu dans deux ans.

Le laboratoire, qui fait partie de l’Organisation gouvernementale de recherche et de développement pour la défense, mène actuellement des recherches sur des matériaux stratégiques pour la Marine. Selon DRDO, les efforts consistent à développer une conception optimisée pour un système de pile à combustible à acide phosphorique, des générateurs d’hydrogène, des conditionneurs d’alimentation, des systèmes de contrôle, des échangeurs de chaleur, un système d’eau de déminéralisation et des auxiliaires pour le système AIP.

Le plus grand entrepreneur privé de la défense de l’Inde, Larsen & Toubro, servira de maître d’œuvre pour les systèmes AIP, tandis qu’une autre société privée, Thermax, fournira les piles à combustible. La Marine n’a pas encore commandé de systèmes AIP auprès de maîtres d’œuvre nationaux.

DRDO a refusé de commenter le coût de développement de la technologie.

À ce jour, le gouvernement indien n’a testé que des prototypes AIP, qui ont satisfait aux exigences de conception.

Les conceptions de prototypes sont avancées car le système à bord du sous-marin utilise le borohydrure de sodium chimique, ce qui atténue les risques puisque l’hydrogène n’est ni transporté ni stocké, ce qui est le cas avec d’autres systèmes AIP, selon le commodore de la marine indienne à la retraite Mukesh Bhargava. Le stockage d’hydrogène, un élément inflammable à bord d’un sous-marin, comporte un risque d’explosion.

Lundi également, la marine indienne a mis en service son cinquième sous-marin de classe Kalvari, l’INS Vagir. Le service a indiqué que ce type de sous-marin dispose d’une technologie furtive avancée et est équipé de torpilles guidées à longue portée et de missiles anti-navires.

La société d’État Mazagon Dock Shipbuilders Ltd. en Inde construit les sous-marins en collaboration avec Naval Group.

Vivek Raghuvanshi est le correspondant indien de Defence News.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite