Ram Madhav sur les émeutes en France : les migrants maghrébins ne se sont pas adaptés aux valeurs françaises

La France est le pays des révolutions. Nous connaissons trois révolutions, en 1789, 1830 et 1848. Mais il y eut aussi de nombreuses quasi-révolutions courtes. Ils n’étaient pas pacifiques. Ils ont impliqué beaucoup d’effusion de sang. Mais ils étaient destinés à une noble cause et ont valu à la France la réputation d’être le berceau des droits de l’homme.

Malheureusement, ces révolutions ont également donné lieu à une vague de gauche libérale dans la politique française.

Soutien pour le violence dans les rues de Paris et de dizaines d’autres villes françaises et les banlieues de la semaine dernière est la dernière manifestation de cette séquence. L’incendie de milliers de voitures, le pillage de centaines de banques et le vol de supermarchés et de magasins haut de gamme comme Nike et Apple par les foules indisciplinées ont reçu le soutien de dirigeants incendiaires comme Jean-Luc Mlenchon du parti de gauche France Insoumise. Ils ont refusé de qualifier les auteurs d’émeutiers. Au lieu de cela, ils ont été décrits comme des manifestants et la violence comme un mouvement social auto-organisé et politiquement conscient luttant contre le racisme systémique. Les médias internationaux libéraux se sont également joints à ce blanchiment.

Le meurtre brutal d’un adolescent d’origine maghrébine en banlieue parisienne commis par un policier français est un crime abominable qui appelle un sérieux bilan au sein de l’institution policière. Mais la violence qui a suivi, plutôt que d’être un mouvement social politiquement conscient, a dégénéré en pillages et incendies criminels par des voyous, identifiés en grande partie comme appartenant à la population immigrée.

La France a éclaté à plusieurs reprises au cours des six dernières décennies. Dans la plupart des cas, la violence était liée aux immigrés. Les pires ont été les émeutes au plus fort de la guerre d’Algérie dans les années 1960 lorsque les Algériens vivant en France et dans d’autres villes, soutenus par l’establishment politique libéral de gauche, se sont affrontés avec la police. Plus de 200 personnes ont été tuées. Depuis lors, les émeutes sont restées une caractéristique constante de la politique française.

Immigrant est un euphémisme vaguement utilisé par les deux camps lors de telles poussées. La gauche projette la discrimination et l’injustice infligées aux immigrés comme la cause profonde de la violence. La droite, une force croissante et dominante dans la politique française, rejette carrément la faute sur les immigrés.

L’immigration n’est pas nouvelle en France. C’était autrefois le pays avec la plus grande population d’immigrants en Europe. Il n’est pas rare de rencontrer un patronyme juif, polonais ou autrichien dans toutes les villes françaises encore aujourd’hui. Sauf pendant les années d’occupation nazie, lorsque les dirigeants français étaient de connivence avec Hitler et envoyaient des Juifs dans des camps de concentration, les immigrants européens n’avaient pas eu beaucoup de problèmes à s’intégrer au courant dominant français.

Ces immigrants ne sont pas le problème aujourd’hui, mais ceux qui ont émigré dans le pays après la Seconde Guerre mondiale. Contrairement à leurs homologues européens, ces immigrants, pour la plupart originaires d’Afrique du Nord et d’Asie occidentale, ont refusé de s’intégrer à l’ordre social français et ont insisté sur le maintien de leur identité distincte. Ils étaient souvent pauvres et beaucoup étaient des entrants illégaux dans le pays. L’establishment libéral de gauche, ivre de l’idée mythique du multiculturalisme, les a accueillis les mains ouvertes. La France, de par ses traditions constitutionnelles, ne reconnaît à ses citoyens aucune identité autre que l’identité nationale française. Il ne conserve aucune trace des profils religieux ou autres. Pourtant, c’est à cette francité que des sections de la nouvelle vague d’immigrants refusent d’adhérer.

Comme le débat sur le racisme en Amérique, le débat sur les immigrés en France est également embourbé dans de nombreux mythes et exagérations évidentes. Tout discours sur le respect du mode de vie français pour tous les citoyens est immédiatement qualifié par les libéraux de gauche d’intégrationnisme et de racisme. Le multiculturalisme est soutenu comme un trophée à célébrer.

L’idée intégrationniste américaine du creuset, où différentes identités culturelles, linguistiques et ethniques s’assimilent pour produire un noyau national, a été contestée par John Gibbon en 1938 dans son livre Canadian Mosaic: The Making of a Northern Nation. Le multiculturalisme a gagné du terrain après le mouvement des droits civiques en Amérique dans les années 1960. Les dernières décennies du siècle dernier ont vu les libéraux en Europe et en Amérique tomber éperdument amoureux du multiculturalisme.

Mais alors que l’immigration, légale et illégale, devenait un déluge et que pays après pays étaient inondés de personnes refusant de suivre les coutumes et pratiques locales, la romance avec l’idée multiculturelle a pris fin. Lorsque les immigrés ont refusé de se lever pour l’hymne national français ou lorsqu’ils ont choisi de huer l’équipe de France et d’agiter les drapeaux algériens dans le stade, certains en France ont pris conscience du danger imminent.

Lorsque la mort de deux adolescents dans une centrale électrique a provoqué des émeutes massives et des pillages à grande échelle dans toute la France en 2005, obligeant le président Jacques Chirac à déclarer l’état d’urgence interne, Nicolas Sarkozy, successeur de Chirac, a décidé d’appeler le bluff du multiculturalisme. La vérité est que dans toutes nos démocraties, nous avons été trop préoccupés par l’identité de ceux qui sont arrivés et pas assez par l’identité du pays qui les a accueillis, a déclaré Sarkozy, ajoutant que le multiculturalisme est un échec.

Il n’était pas seul. Parlant des travailleurs immigrés, la voisine de Sarkozy, Angela Merkel, a déclaré lors d’une convention de jeunesse du Parti chrétien-démocrate que la tendance avait été de dire, adoptons le concept multiculturel et vivons heureux côte à côte et soyons heureux de vivre les uns avec les autres. Mais ce concept a échoué et complètement échoué.

Sarkozy pourrait résister à l’intimidation libérale et insister pour rejeter la politique identitaire. Il a même parlé d’expulser des centaines de milliers d’immigrants illégaux de son pays. Avec son ancienne association avec les socialistes, et également à la tête d’une coalition délicate au parlement, le président Emmanuel Macron pourrait avoir du mal à prendre une position ferme.

Pendant ce temps, alors que Paris brûlait, l’Union européenne faisait pression pour l’assouplissement des lois sur l’immigration dans les pays membres facilitant l’entrée des demandeurs d’asile. Seuls les dirigeants hongrois et polonais résistent à ce plan suicidaire, qui a le potentiel de pousser de plus en plus de villes européennes dans le bourbier dans lequel Paris se trouve aujourd’hui.

L’écrivain, président, India Foundation, est avec le RSS

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite