Qu’est-ce que Starlink ? L’entreprise Internet par satellite d’Elon Musk expliquée

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Blog-1219672105

Le SpaceX Falcon 9 a décollé du Kennedy Space Center en mai de l’année dernière.

Joe Burbank/Orlando Sentinel/Tribune News Service/Getty Images

Quand vous pensez à l’entrepreneur milliardaire Elon Musk, il y a de fortes chances que vous pensiez à sonentreprise de voitures électriques Tesla, le sienentreprise d’exploration spatiale SpaceXou son passage hébergement de Saturday Night Live (pour ne rien dire de sonhistoire de susciter la polémique sur les réseaux sociauxou fumer de l’herbe avec Joe Rogan). Peut-être que vous le connaissez juste comme l’une des personnes les plus riches de la Terre.

Quelque chose que vous connaissez peut-être moins est une entreprise appelée Starlink, qui vise à vendre des connexions Internet à presque n’importe qui sur la planète au moyen d’un réseau croissant de satellites privés en orbite au-dessus.

Après des années de développement au sein de SpaceX — et la sécurisation de près de 885,5 millions de dollars de subventions de la Federal Communications Commissionfin 2020 — Starlink a accéléré en 2021. En janvier, après trois ans de lancements réussis, le projet a dépassé les 1 000 satellites mis en orbite. Et en juin, SpaceX a déclaré le nombre était d’environ 1 800. En février, la société de Musk a révélé que Starlink servait plus de 10 000 clients. Maintenant, après étendre les précommandes à encore plus de clients potentielset d’explorer la possibilité de fournir une connexion Wi-Fi en vol pour les avions de passagers, Musk dit que Starlink a expédié plus de 100 000 bornes Internet par satellite à des clients dans 14 pays.

SpaceX a déclaré qu’il s’attendait à ce que Starlink atteignemaintenance mondiale à l’automne 2021— bien que la disponibilité régionale dépende de l’approbation réglementaire. Lors d’une conférence au Mobile World Congress en juin 2021, Musk a déclaré à un public que Starlink serait disponible dans le monde entier, sauf aux pôles Nord et Sud. à partir d’août. En septembre, Musk a tweeté que Starlink sortirait de sa phase bêta initiale en octobre, ce qui indique que le service continue de s’étendre et de s’étendre, bien que le fournisseur de services haut débit en herbe soit confronté à un arriéré de clients potentiels attendant de recevoir l’équipement et de démarrer le service.

Starlink n’est pas sans controverses. Des membres de la communauté scientifique ont fait part de leurs inquiétudes quant à l’impact des satellites en orbite terrestre basse de Starlink sur la visibilité du ciel nocturne. Pendant ce temps, concurrents Internet par satellitey compris Viasat, HughesNet et Le projet Kuiper d’Amazon ont également pris note de l’élan de Starlink, provoquant de nombreuses joutes réglementaires et des tentatives pour ralentir Musk.

Tout cela fait que Starlink mérite d’être surveillé en 2021. Pour l’instant, voici tout ce que vous devez savoir à ce sujet.


Now playing:
Watch this:

Testing out SpaceX Starlink satellite internet



12:32

OK, start at the beginning: What is Starlink, exactly?

Technically a division within SpaceX, Starlink is also the name of the spaceflight company’s growing network — or « constellation » — of orbital satellites. The development of that network began in 2015, with the first prototype satellites launched into orbit in 2018.

In the years since, SpaceX has deployed over 1,000 Starlink satellites into orbit across dozens of successful launches. In January, for its first Starlink mission of 2021,SpaceX launched 60 satellites into orbit from Kennedy Space Center using the landable, relaunchableFalcon 9 orbital rocket. Subsequent launches, the most recent of which delivered another 51 satellites into orbit on September 13, have brought the total number of satellites in the constellation up to 1,791, though some of those satellites are prototypes or nonoperational units that aren’t functioning parts of the network.

And those satellites can connect my home to the internet?

That’s the idea, yes.

Just like existing providers of satellite internet like HughesNet or Viasat, Starlink wants to sell internet access — particularly to people in rural areas and other parts of the world who don’t already have access to high-speed broadband.

spacex hardware kit

SpaceX’s Starlink hardware includes a satellite dish and router, which you’ll set up at home to receive the signal from space. The newest version of the dish, seen here, is less expensive for SpaceX to produce, and further improvements to the design could be on the way in 2022 — but for now, the initial equipment cost is still a steep $499.


SpaceX

« Starlink is ideally suited for areas of the globe where connectivity has typically been a challenge, » the Starlink website reads. « Unbounded by traditional ground infrastructure, Starlink can deliver high-speed broadband internet to locations where access has been unreliable or completely unavailable. »

All you need to do to make the connection is set up a small satellite dish at your home to receive the signal and pass the bandwidth on to your router. The company offers a number of mounting options for rooftops, yards and the exterior of your home. There’s even a Starlink app forAndroid andiOS that uses augmented reality to help customers pick the best location and position for their receivers.

Starlink’s service is only available in select regions in the US, Canada and abroad at this point, but the service now boasts more than 100,000 satellite terminals shipped to customers, and the coverage map will continue to grow as more satellites make their way into the constellation. Eventually, Starlink hopes to blanket the entire planet in a usable, high-speed Wi-Fi signal.

How fast is Starlink’s internet service?

« Users can expect to see data speeds vary from 50 to 150 megabits per second and latency from 20 to 40 milliseconds in most locations over the next several months, » Starlink’s website says, while also warning of brief periods of no connectivity at all. « As we launch more satellites, install more ground stations and improve our networking software, data speed, latency and uptime will improve dramatically. »

To that end, Musk tweeted in February that he expects the service to double its top speeds to 300Mbps by the end of 2021.

CNET’s John Kim signed up for the service at his home in California and recently began testing it out at a variety of locations. At home, he averaged download speeds around 78Mbps, and latency around 36ms. You can see more of his first impressions in the video posted above, or by clicking here.

How much does Starlink cost?

Starlink has begun accepting preorders from customers interested in joining the company’s « Better Than Nothing » beta program. The cost of the service is billed at $99 per month, plus taxes and fees, plus an initial payment of $499 for the mountable satellite dish and router that you’ll need to install at home.

Starlink says that it’s taking orders from customers on a first-come, first-served basis and that some preorders could take as long as six months to fulfill.

$99 per month is a lot for an internet connection, especially one that isn’t nearly as fast as a fiber connection, but Musk is betting that the cost will be worth it for people who have thus far lived without access to a reliably fast connection at all.

SpaceX President Gwynne Shotwell recently told a forum on satellite technology that Starlink had no plans to add speed or pricing tiers, with the intention of keeping the service’s pricing as straightforward as possible. Additionally, Shotwell said that she expects the $499 upfront cost of the receiver dish to come down in the coming yearsas SpaceX refines its dish design to lower production costs. The newest version of the dish, introduced with FCC approval in November, is smaller and less expensive to produce than the previous version, though customers will still need to pay an upfront fee of $499 to use it.

Where is Starlink available?

starlink-coverage-map-december-2020.png

This FCC coverage map shows areas serviced by Starlink as of December 2020, when Starlink was first starting as beta. Future FCC releases in 2022 will give a better look at how much the service grew in 2021. For now, note that the initial coverage held close to a set latitude across the northern US. As the constellation of satellites grows, that serviceability should expand.


FCC/Mapbox

Despite promising to blanket the entire globe in coverage by this fall, Starlink service is currently limited to select regions in select countries, but the coverage map will grow considerably as more satellites join the constellation. Per Musk, the list of countries currently serviced by the growing network of low-earth orbit satellites includes the US, Canada, the UK, France, Germany, Austria, the Netherlands, Ireland, Belgium, Switzerland, Denmark, Portugal, Australia and New Zealand. Starlink’s preorder agreement includes options for requesting service in other countries, too, including Italy, Poland, Spain and Chile.

There’s still a ways to go — Starlink will likely need at least 10,000 satellites in orbit before it can claim to offer full service to a majority of the globe (and SpaceX has shown signs that it wants as many as 42,000 satellites in the constellation). Right now, it’s only about 20% of the way there at best, with coverage focused on regions sitting between 45 and 53 degrees north latitude.

Still, Musk has been bullish about the Starlink timeline. During an interview at 2021’s Mobile World Congress, Musk said that Starlink will hit worldwide availability except at the North and South Poles starting in August. Earlier in June, Shotwell expressed a similar sentiment, and said that Starlink would reach global serviceability sometime this fall.

« We’ve successfully deployed 1,800 or so satellites, and once all those satellites reach their operational orbit we will have continuous global coverage so that should be like [the] calendrier de septembre », a-t-elle déclaré.

En septembre, un utilisateur de Twitter a demandé à Musk quand Starlink terminerait sa phase bêta. « Le mois prochain, » Musk a répondu.

Selon la FCC, qui a récemment ajouté Starlink à sa base de données de fournisseurs de haut débit, le service était disponible pour 0,08 % des Américains en décembre 2020, lorsque Starlink venait de lancer sa version bêta. À ce stade, 100% des clients avaient accès à des vitesses de téléchargement maximales de 100 Mbps et des vitesses de téléchargement allant jusqu’à 10 Mbps. Les futures versions de la FCC nous donneront un bon aperçu de la croissance du service au cours d’une année 2021 chargée – nous mettrons à jour cela lorsque ces versions arriveront en 2022.

Pourquoi des satellites, de toute façon ? La fibre n’est-elle pas plus rapide ?

La fibre, ou Internet via un câble à fibre optique posé au sol, offre des vitesses de téléchargement et de téléchargement qui sont en effet beaucoup plus rapides que l’Internet par satellite – mais, comme des entreprises comme Google vous le diront, il n’y a rien de rapide à déployer l’infrastructure nécessaire pour acheminer la fibre jusqu’au domicile des gens. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien de simple à lancer des satellites dans l’espace, mais avec moins de concurrents aux coudes acérés – et avec beaucoup moins de paperasserie à couper – il y a tout lieu de croire que des services comme Starlink atteindront la majeure partie des mal desservis. communautés bien avant que la fibre ne le fasse. Les récents dépôts de la FCC suggèrent également que Starlink pourrait également servir de service téléphonique dédié.

Et n’oubliez pas que c’est d’Elon Musk dont nous parlons. SpaceX est la seule entreprise de la planète à disposer d’une fusée atterrissable et réutilisable capable de mettre en orbite charge utile après charge utile. C’est un avantage considérable dans la course à l’espace commercial. En plus de cela, Musk a déclaré en 2018 que Starlink aiderait à fournir à SpaceX les revenus nécessaires pour financer l’ambition de longue date de l’entreprise d’établir une base sur Mars.

Si ce jour arrive, il est également probable que SpaceX essaiera également d’établir une constellation de satellites sur la planète rouge. Cela signifie que les clients de Starlink servent potentiellement de cobayes pour les réseaux sans fil martiens du futur.

« Si vous envoyez un million de personnes sur Mars, vous feriez mieux de leur fournir un moyen de communiquer », a déclaré Shotwell en 2016, évoquant la vision à long terme de l’entreprise pour Starlink. « Je ne pense pas que les gens qui vont sur Mars seront satisfaits de certaines radios terribles et démodées. Ils voudront leurs iPhones ou leurs androïdes sur Mars. »

Les conditions de service de Starlink incluent une clause Mars – les utilisateurs doivent accepter que Mars est une planète libre non liée par l’autorité ou la souveraineté de tout gouvernement lié à la Terre.

Starling/Capture d’écran par Ry Crist/CNET

Comme Jesse Orral de CNET l’a noté dans une vidéo récente sur Starlink, vous trouverez même des indices sur les plans de Musk pour Mars dans les conditions d’utilisation de Starlink, qui à un moment donné se lit comme suit :

« Pour les services fournis sur Mars, ou en transit vers Mars via Starship ou autre vaisseau spatial de colonisation, les parties reconnaissent Mars comme une planète libre et qu’aucun gouvernement basé sur Terre n’a autorité ou souveraineté sur les activités martiennes. »

Pourtant, avec des vitesses de pointe actuellement fixées à 150 Mbps, l’Internet par satellite de Starlink ne sera pas du tout proche des vitesses de fibre gigabit auxquelles les gens sur Terre sont habitués de sitôt – et cela est dû à la distance que chaque transmission doit parcourir lors de son aller-retour depuis votre maison à la stratosphère. C’est un facteur qui augmente également la latence, c’est pourquoi vous remarquerez souvent des accalmies gênantes dans la conversation si vous parlez à quelqu’un via une connexion satellite.

Cela dit, Starlink promet d’améliorer les attentes existantes en matière de connexions par satellite en plaçant des satellites en orbite à des altitudes plus basses qu’auparavant – 60 fois plus près de la surface de la Terre que les satellites traditionnels, selon les affirmations de la société. Cette approche en orbite terrestre basse signifie qu’il y a moins de distance à parcourir pour ces signaux Starlink – et donc moins de latence. Nous vous ferons savoir comment ces revendications tiennent une fois que nous serons en mesure de tester le réseau Starlink par nous-mêmes.

starlink-mai-6-panne

Une panne de Starlink le 6 mai, répertoriée ici sur DownDetector et signalée par les utilisateurs de Reddit, a semblé affecter les utilisateurs pendant quelques heures.

Détecteur de baisse

Starlink est-il fiable ?

Les premiers rapports de points de vente tels que Fast Company et CNBC semblent indiquer que les premiers clients de Starlink sont satisfaits du service, bien que la société avertisse de « brèves périodes d’absence de connectivité du tout » pendant la version bêta.

Le site Web DownDetector.com, qui suit les pannes de service, répertorie quatre interruptions de Starlink en 2021, une en janvier, février et avril, la panne la plus récente ayant eu lieu le 6 mai. À titre de comparaison, DownDetector ne répertorie aucune panne majeure en 2021 pour HughesNet et une en février pour ViaSat.

Les utilisateurs de Starlink allant de l’Arizona à l’Alberta, au Canada, ont noté la panne de Reddit en mai – pour la plupart, le service a semblé reprendre en quelques heures.

Qu’en est-il du mauvais temps et des autres obstacles ?

C’est certainement l’un des inconvénients de l’Internet par satellite. Selon la FAQ de Starlink, le récepteur est capable de faire fondre la neige qui atterrit dessus, mais il ne peut rien faire contre l’accumulation de neige environnante et d’autres obstacles qui pourraient bloquer sa ligne de mire vers le satellite.

« Nous recommandons d’installer Starlink dans un endroit qui évite l’accumulation de neige et d’autres obstructions de bloquer le champ de vision », lit-on dans la FAQ. « De fortes pluies ou du vent peuvent également affecter votre connexion Internet par satellite, entraînant potentiellement des vitesses plus lentes ou une panne rare. »

Y a-t-il d’autres problèmes avec les satellites de Starlink ?

La prolifération des satellites privés dans l’espace suscite de nombreuses inquiétudes, et controverse dans les cercles astronomiques sur l’impact des satellites en orbite basse sur le ciel nocturne lui-même.

Cette image à longue exposition d’un groupe de galaxies éloignées de l’observatoire Lowell en Arizona est entachée de lignes diagonales provenant de la lumière réfléchie par les satellites Starlink, peu de temps après leur lancement en 2019.

Observatoire Victoria Girgis/Lowell

En 2019, peu après le déploiement des premiers satellites haut débit de Starlink, le L’Union astronomique internationale a publié une déclaration alarmante avertissement des conséquences imprévues pour l’observation des étoiles et pour la protection de la faune nocturne.

« Nous ne comprenons pas encore l’impact de milliers de ces satellites visibles dispersés dans le ciel nocturne et malgré leurs bonnes intentions, ces constellations de satellites peuvent menacer les deux », indique le communiqué.

Depuis lors, Starlink a commencé à tester une variété de nouvelles conceptions destinées à réduire la luminosité et la visibilité de ses satellites. Début 2020, la société a testé un satellite « DarkSat » comprenant un revêtement spécial non réfléchissant. Plus tard, en juin 2020, la société a lancé un satellite « VisorSat » doté d’un pare-soleil spécial. En août, Starlink a lancé un autre lot de satellites – cette fois, tous étaient équipés de visières.

« Nous voulons nous assurer que nous faisons la bonne chose pour nous assurer que les petits enfants peuvent regarder à travers leur télescope », a déclaré Shotwell. « C’est cool pour eux de voir un Starlink. Mais ils devraient regarder Saturne, la lune… et ne pas vouloir être interrompus. »

« Les équipes de Starlink ont ​​travaillé en étroite collaboration avec des astronomes de premier plan du monde entier pour mieux comprendre les spécificités de leurs observations et les modifications techniques que nous pouvons apporter pour réduire la luminosité des satellites », indique le site Web de la société.

D’ACCORD. Où puis-je en savoir plus sur Starlink ?

Nous continuerons à couvrir les progrès de Starlink sous divers angles ici sur CNET, alors restez à l’écoute. Vous devez également vous assurer de lire l’excellent profil d’Eric Mack sur Starlink – entre autres, il examine de près les objectifs et les défis du projet, ainsi que les implications pour les consommateurs Internet mal desservis et pour les astronomes concernés par la pollution lumineuse obstruant les vues dans le ciel nocturne.

Au-delà de cela, nous prévoyons de continuer à tester le réseau de Starlink par nous-mêmes tout au long de cette année. Lorsque nous en saurons plus sur la façon dont le service par satellite se situe en tant que fournisseur d’accès Internet, nous vous dirons tout à ce sujet.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite