Philipsen remporte l’étape, Yates conserve la tête du TDF

Presse associée4 juillet 2023, 13h00 HE3 minutes de lecture

NOGARO, France – Le coureur belge Jasper Philipsen a remporté un sprint de masse pour remporter une deuxième victoire d’étape consécutive au Tour de France mardi, tandis qu’Adam Yates a conservé le maillot jaune du leader de la course en direction des Pyrénées.

Philipsen a poursuivi sa victoire lors de la troisième étape de lundi et a de nouveau été habilement aidé à se positionner pour attaquer par son coéquipier Alpecin-Deceuninck et compatriote Mathieu van der Poel.

Philipsen a montré sa vitesse pure en repoussant le pilote australien Caleb Ewan sur la ligne pour souligner ses références pour remporter le maillot vert du sprinter avec une autre performance impressionnante. Le compatriote de Philipsen, Wout van Aert, l’a remporté l’année dernière.

Jasper Philipsen a devancé plusieurs coureurs dans la dernière ligne droite pour remporter une deuxième victoire d’étape consécutive au Tour de France mardi.Photo AP/Daniel Cole

« Caleb était juste à côté de moi. Je n’étais pas trop confiant. Il m’a presque rattrapé à la fin, c’était vraiment éprouvant pour les nerfs », a déclaré Philipsen. « Je suis extrêmement fier d’avoir gagné deux fois de suite. L’arrivée a été super rapide, on avait l’impression d’être des voitures de course. Il y avait des virages larges qui se serraient parfois. »

Le pilote allemand Phil Bauhaus a terminé troisième pour en faire le même top trois que lundi, Ewan battant Bauhaus cette fois. Plusieurs coureurs derrière eux se sont écrasés alors qu’ils se bousculaient pour se positionner dans la dernière ligne droite.

Le parcours de 181,8 kilomètres (112,7 milles) de Dax à Nogaro dans le sud-ouest de la France était presque totalement plat et a de nouveau favorisé les sprinteurs.

A la veille de la première étape de montagne du Tour – une randonnée pyrénéenne difficile – les coureurs ont tenu à économiser de l’énergie.

Le peloton a commencé à un rythme tranquille sans aucune équipe prête à placer un coureur dans une échappée. Il était donc temps de jeter un coup d’œil et d’admirer certains paysages de la campagne, comme l’église Saint-Saturnin du XIIe siècle.

La douce procession a été interrompue lorsque la première attaque a eu lieu à environ 100 kilomètres (62 miles), lorsque les Français Benot Cosnefroy et Anthony Delaplace ont formé une échappée. Ils étaient toujours ensemble lorsqu’ils ont surmonté la seule ascension de la journée – la modeste Cte ​​de Dmu est petite par rapport aux ascensions de mercredi – mais ont été rattrapés avec 25 kilomètres (15,5 miles) restants.

Les dernières étapes se sont déroulées autour d’un circuit avec un tarmac lisse, mais cela n’a pas facilité la tâche du sprinter danois Fabio Jakobsen, qui est tombé de son vélo, et de plusieurs autres coureurs qui ont chuté en franchissant des barrières dans une finition nerveuse.

Mais le Néerlandais d’origine belge Van der Poel a montré à la fois sa classe et son art de la course en chronométrant une attaque sur la gauche et en plaçant Philipsen dans une position idéale à partir de laquelle il n’a commis aucune erreur.

« Je suis vraiment content de ne pas avoir touché le pont. J’ai vu qu’il y avait beaucoup de chutes », a déclaré Philipsen. « Il faut aussi de la chance, mais quand on a quelqu’un comme Mathieu avec soi, même dans une situation difficile où tout est sur le fil du rasoir, il arrive à nous ramener devant. »

Cela a effectivement donné à Philipsen un tour du chapeau de victoires d’étape de sprint après avoir remporté la dernière étape du Tour de l’année dernière.

« Mon objectif dans ce Tour était de gagner une étape », a-t-il déclaré. « Nous avons déjà coché cette case hier. Maintenant, nous en voulons plus. Et nous voulons viser les points [green jersey]. »

Pendant ce temps, Yates a maintenu son avance de six secondes sur le Slovène Tadej Pogaar, double vainqueur du Tour, et son frère jumeau Simon Yates en troisième.

« Nous verrons comment ça se passe demain. Je pense que c’est la toute première chance d’une échappée, donc tout va se déchaîner au départ », a déclaré Yates, qui roule pour UAE Team Emirates. « Ensuite, il y a les bonus sur la dernière montée, donc ça va être un peu difficile pour moi [to keep the yellow jersey]. Mais nous avons de la chance d’avoir Tadej dans notre équipe. »

Le champion en titre Jonas Vingaard, du Danemark, est resté sixième, mais pourrait rattraper du terrain mercredi.

C’est alors que Vingaard et d’autres grimpeurs experts testent leurs jambes avec deux grandes ascensions sur l’étape 5.

Le trek de 162,7 kilomètres (100,9 milles) de Pau à Laruns comprend une redoutable ascension du Col de Soudet de 15,2 kilomètres (9,4 milles) qui a la cote de catégorie la plus difficile.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite